Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mars 2013 5 01 /03 /mars /2013 08:18

Thriller.

Version publiée en 1983,

aux éditions Olivier Orban.

309 pages.

 

Cela se passe, une nuit, dans Central Park, à New York : sept adolescents sont sauvagement agressés, battus, violés. Mais ces sept-là ne sont pas comme les autres : ce sont des enfants-génies.

De l'horreur, ils vont tirer contre le monde une haine froide, mathématique, éternelle. Avec leur intelligence, ils volent des centaines de millions de dollars, ils accumulent les crimes parfaits. Car ces sept-là ne sont pas sept : ils sont un.

Ils ont un seul esprit, une seule volonté. Celui qui l'a compris, Jimbo Farrar, lutte contre eux de toutes ses forces. A moins qu'il ne soit de leur côté... Cela, personne ne le sait. Alors, si ces sept-là n'étaient pas sept, mais huit ?

S'ils étaient huit, alors le monde serait à eux et ce serait la nuit, la longue nuit, LA NUIT DES ENFANTS ROIS.

 

la-nuit-des-enfants-rois-copie-1.jpg

 

J'ai découvert ce livre grâce à l'adaptation ciné qui en a été fait en 2011, je ne connaissais pas du tout ni l'histoire, ni l'auteur ! Comme d'habitude, je n'ai toujours pas vu le film mais j'ai bien aimé le livre.

 

Démarrons par un côté un peu négatif, le style de l'auteur : agréable et simple, renforcé par des chapitres très courts (parfois moins d'une page), j'ai trouvé qu'il y a avait pas mal de répétitions avec des phrases courtes et des passages un peu superficiels, sans réelle profondeur dans la psychologie des personnages.

Néanmoins, l'action n'en est que décuplée : la rapidité des paragraphes et des phrases permet d'enchaîner les rebondissements, les changements de lieux et de points de vue...

 

Les personnages paraissent lointains : ils sont attachants, notamment Jimbo ou même Fozzy l'ordinateur pourtant leur intelligence engendre un sentiment de supériorité, on se sent un peu débiles à côté surtout lors du passage de l'énigme que Jimbo pose au premier des Sept...

Et la notion de superficialité des personnages est encore plus importante ici puisque l'auteur nous donne l'impression qu'ils n'ont pas de sentiments ou très peu...

J'aurais préféré en savoir encore un peu plus sur Jimbo ainsi que sur les Sept puisque dans le roman, un seul enfant est réellement développé. Il s'agit du plus ''mauvais'', peut-être le plus intéressant mais en tout cas le plus froid et le moins attachant... De plus, même cet enfant qui a le droit a quelques chapitres n'est pas vraiment fouillé : on sait juste qu'il a envie de tuer tout le monde, point.

 

L'histoire est tout de même originale et intéressante !

Bernard Lenteric a su créer des liens entre des personnages qui étaient destinés à être plutôt renfermés sur eux-mêmes et nous écrire une histoire qui tient tout de même en haleine jusqu'au bout puisqu'on se demande jusqu'aux dernière pages si l'on va réussir à arrêter ces sept adolescents prêts à tout !

 

 

En bref, un assez bon thriller original et intéressant. Il aurait peut-être mérité que B. Lenteric fouille un peu plus ses personnages sur le plan psychologique quitte à effacer des personnages secondaires pas inoubliables... J'aurais aussi aimé avoir une fin axée sur les adolescents et leurs avenirs plutôt que sur Jimbo et Ann, qui devient du coup assez cliché et prévisible.

 

 

Reveline et Luna l'ont également lu.

 

Cette lecture me permet de participer au challenge Un mot, des titres de Calypso : ''roi''

Challenge Un mot, des titres

 

Pour aller plus loin : j'aimerais maintenant découvrir le film d'animation tiré de ce roman.

 

Fiche Babelio de l'auteurBande annonce de l'adaptation ciné

 

http://www.livraddict.com/images/logo_liv.jpg

http://www.nouslisons.fr/on/images/button150x60.png

 

 

 


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Luna 02/03/2013 11:15


Je garde un assez bon souvenir de ce livre mais aussi flou ! L'idée des "grosses têtes" m'avait bien plu...

Riz-Deux-ZzZ 02/03/2013 22:26



C'est vrai que c'est original !


 


Merci d'être passée.



  • : Riz-Deux-ZzZ
  • Riz-Deux-ZzZ
  • : On ne devrait lire que les livres qui nous piquent et nous mordent. Si le livre que nous lisons ne nous réveille pas d'un coup de poing sur le crâne, à quoi bon le lire ? [Franz Kafka]
  • Contact

En Cours...

Glacé de B. Minier

 

 

LC prévues...

17.01 -> La délicatesse de D. Foenkinos

24.01 -> Les mères de S. Hayes

 

28.02 -> L'assassin royal, tome 3 : La nef du crépuscule de R. Hobb

L'épreuve, tome 1 : Le labyrinthe de J. Dashner

 


Rechercher

Instagram

Youtube

Facebook