Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 janvier 2013 3 23 /01 /janvier /2013 20:29

Historique.

Version publiée en 2009,

aux éditions Pocket.

309 pages.

 

Coup-de-coeur 

 

Au temps du Roi-Soleil, avoir sa femme dans le lit du monarque était pour les nobles une source de privilèges inépuisable. Le jour où Louis XIV jeta son dévolu sur Mme de Montespan, chacun, à Versailles, félicita le mari de sa bonne fortune. C'était mal connaître Louis-Henri de Pardaillan, marquis de Montespan...

Gascon fiévreux et passionnément amoureux de son épouse, Louis-Henri prit très mal la chose. Dés qu'il eut connaissance de son infortune, il orna son carrosse de cornes gigantesques et entreprit de mener une guerre impitoyable contre l'homme qui profanait une union si parfaite. Refusant les honneurs et les prébendes, indifférent aux menaces répétées, aux procès en tous genres, emprisonnements, ruine ou tentatives d'assassinat, il poursuivit de sa haine l'homme le plus puissant de la planète pour tenter de récupérer sa femme...

 

le-montespan.jpg

 

J'étais dans ma période de bonté, et j'avais envie de donner des secondes chances à quelques auteurs qui m'avait déçus... Et c'est une réussite !

 

Le style vulgaire de Jean Teulé qui m'avait dérangé et finit par m'ennuyer dans Bord Cadre est un peu moins présent dans ce roman, ou en tout cas bien mieux placé et mieux employé. En effet, certains passages restent crus mais collent à l'histoire et à l'époque du Roi-Soleil, du moins par rapport à l'idée que je m'en fais c'est à dire dépravation, luxe et démesure.

Cependant, je sais qu'il est capable de réduire encore plus cette vulgarité car elle est quasiment absente de Le magasin des suicides, comme quoi, quand on fait des efforts...

 

Au niveau de l'intrigue, cette romance déchue entre deux jeunes gens est très bien racontée. On ressent toute la colère et le malheur de Louis-Henri qui ne peut rien faire contre le roi, et qui malgré lui, va voir sa femme devenir la favorite de Louis XIV sans qu'il ait son mot à dire.

Une conséquente bibliographie en fin de roman montre que l'auteur a effectué pas mal de recherches sur la vie à cette époque ainsi que les personnages importants du règne de Louis XIV. Moi qui aime beaucoup découvrir des époques et des modes de vie, j'ai été ravie.

 

Du côté des personnages, j'ai eu pitié pour Louis-Henri si décontenancé face à ce qui lui arrive ainsi que pour leur première fille Marie-Christine qui se meurt de chagrin depuis que sa mère est partie à la cour... J'ai bien sur été en colère contre Françoise alias Athénaïs qui abandonne son mari et ses enfants pour quelques heures de gloire et quelques richesses et j'ai été écœuré par la personnalité de Louis-Antoine, un des fils d'Athénaïs recueilli par Louis-Henri, qui n'a aucune reconnaissance envers lui et ne voit que par les manières de la cour. (Il y a des claques qui se perdent comme on dit par chez moi!)

Les domestiques de Louis-Henri sont aussi très attachants car très proches de leur maître déprimé.

 

En bref, une redécouverte de l'auteur avec qui j'ai passé un très bon moment au siècle de Louis XIV. Une histoire triste mais sûrement maintes fois vécue à cette époque, des personnages touchants. Un bon roman historique écrit avec humour noir et cynisme !

 

 

Pour aller plus loin : J'ai repéré pas mal d'autres œuvres de l'auteur comme Balade pour un père oublié ou, pour continuer dans l'historique, le récent Charly 9.


 

Du même auteur, sur le blog :

- Bord cadre

- Le magasin des suicides

- Fleur de tonnerre


Fiche Babelio de l'auteur - Vidéo sur Le Montespan - Site des éditions Pocket

http://www.livraddict.com/images/logo_liv.jpg

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Riz-Deux-ZzZ - dans Coups de coeur
commenter cet article

commentaires

dasola 28/01/2013 16:26


Rebonjour, on sent que J. Teulé éprouve beaucoup d'empathie pour Le Montespan, je n'en dirais pas autant de sa femme et de Louis XIV. Il y a des passages assez crus, ce n'est pas forcément
une lecture "tout public". Du même écrivain, j'avais beaucoup aimé "Je, François Villon". Bonne après-midi.

  • : Riz-Deux-ZzZ
  • Riz-Deux-ZzZ
  • : On ne devrait lire que les livres qui nous piquent et nous mordent. Si le livre que nous lisons ne nous réveille pas d'un coup de poing sur le crâne, à quoi bon le lire ? [Franz Kafka]
  • Contact

En Cours...

Glacé de B. Minier

 

 

LC prévues...

17.01 -> La délicatesse de D. Foenkinos

24.01 -> Les mères de S. Hayes

 

28.02 -> L'assassin royal, tome 3 : La nef du crépuscule de R. Hobb

L'épreuve, tome 1 : Le labyrinthe de J. Dashner

 


Rechercher

Instagram

Youtube

Facebook