Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 avril 2012 5 13 /04 /avril /2012 11:13

Historique.

Version publiée en 1978,

aux éditions Presses de la Cité,

collection Presses Pocket.

398 pages, l'acheter ici ou ici.

 

 

Au lendemain du débarquement de juin 1944, les différents services de police et de sécurité du Reich – pour une fois d'accord – estiment que la masse impressionnante des détenus des prisons de France ne doit en aucun cas grossir les effectifs des Forces Alliées d'invasion ou de la Résistance, mais au contraire participer dans les camps de concentration à l'effort de guerre allemand. Rassemblés dans le centre de triage de Compiègne, ces prisonniers alimentent les derniers grands convois de la déportation.

Le 2 juillet 1944, ils sont plus de 2000 entassés dans les wagons à bestiaux du train 7909. Cent hommes par wagon. La température extérieure est de 34 degrés. Les gardiens, irrités par un sabotage de voie et un déraillement de locomotive, interdisent le ravitaillement en eau. Les déportés sombrent dans la folie... des bagarres éclatent... Le 5 juillet, sur le quai de débarquement de Dachau sont alignés plus de 500 cadavres de « voyageurs ».

 

 

le train de la mort

 

 

« Arbeit macht frei ».

p. 337

 

 

J'ai acheté ce livre lors d'une bourse aux livres en novembre dernier.

 

Ce livre traite de la 2nde Guerre Mondiale et précisément du convoi de prisonniers allemands du 2 au 5 juillet 1944.

Cette guerre m'intéresse beaucoup depuis que je l'ai étudié au collège et particulièrement tout ce qui touche au nazisme et à la déportation, j'ai « besoin » de regarder tous les reportages et de lire tous les témoignages que je peux trouver... C'est comme une obsession (c'est bon, vous pouvez me prendre pour une folle maintenant!), je trouve cette période et tous ce qui a pu se passer tellement horrible que je n'arrive pas à décoller mes yeux d'un livre ou d'un film parlant de ces évènements.

J'ai commencé ce livre la semaine dernière mais je ne l'ai réellement lu qu'en 2 ou 3 jours (et encore en m'obligeant à fermer le livre pour aller me coucher) mais pour toute personne normale, je pense que ce livre n'est pas à lire d'un trait, mais plutôt par petites touches de temps en temps...

 

En effet, Christian Bernadac a construit ce livre à partir de témoignages d'anciens déportés de ce « Train de la Mort » qu'il a pu retrouvé. On suit donc ce convoi du départ à Compiègnes jusqu'à l'arrivée au camp de Dachau, jour par jour, presque minute par minute, grâce au recoupement de différents prisonniers dispersés dans les nombreux wagons qui le composait.

On découvre alors toute l'horreur, la folie et le désespoir, toutes les choses affreuses qui ont pu se passer dans chaque wagon parfois (voire même très souvent en fait) au su et au vu des S.S. qui surveillait le train.

Les survivants nous relatent tellement précisément après plus de 25 ans (la plupart des manuscrits sont datés de 1970) tout ce qu'ils ont vécu et enduré pendant ces 4 jours : l'entassement dans les wagons (ils seront plus de 100 par wagons qui sont prévus à la base pour « 8 chevaux en long »), l'air raréfié de minute en minute, la chaleur de ce mois de juillet qui a enregistré des pics à 34°C (je vous laisse imaginer la chaleur dans les wagons métalliques...), la folie qui s'empare des plus faibles, le sang, la soif, les morts et j'en passe...

En fait, maintenant que j'écris cette chronique j'en ai mal au ventre et je me demande comment j'ai pu enchaîné tout ça en si peu de temps.

Malgré tout cela, on découvre aussi que les passagers de cet horrible voyage ont fait preuve de beaucoup de courage évidemment mais aussi d'amitié, de beaucoup de calme pour certains (et franchement, je ne sais pas comment ils ont pu rester aussi calme et aussi pragmatique dans des moments comme ça) et pour les survivants du convoi mais également du camp, de la solidarité avec ceux qui n'ont pas résisté à l'Horreur et qui ont, coûte que coûte, essayer de retrouver les familles des disparus pour leur rendre les effets ou au moins une lettre de l'être cher...

 

Bref, je pense que vous l'aurez compris, c'est une « belle » lecture pour moi si je peux dire ça, mais je pense très éprouvante pour ceux qui ne sont pas obsédés par cette période et par cette horreur... Une lecture marquante et qui fait redescendre sur Terre !

 

 

Cette lecture compte dans le Challenge Le tour des Genres en 365 jours pour le genre "Historique".

challenge

 

Vous l'avez lu ? ou pas ? Laissez vos impressions !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

benebooks 14/12/2015 21:16

J'ai lu de cet auteur "les medecins maudits" totalement atroce mais bien nécessaire, je mets ce livre dans ma wish list toute cette période m'intéresse beaucoup

Anouchka 14/04/2012 18:11


Je n'ai pas lu ce livre, mais j'y penserai (si je retiens le titre). En tous cas, tu m'as donné envie de le lire. Et non, tu n'es pas folle, ou alors, je le suis aussi.


Vu ce que tu dis et si i tu ne l'as pas encore lu, je te recommande vivement Si c'est un homme de Primo Levi, d'ailleurs.

Riz-Deux-ZzZ 16/04/2012 16:37



Je ne l'ai pas lu mais je l'avais déjà repéré.



  • : Riz-Deux-ZzZ
  • Riz-Deux-ZzZ
  • : On ne devrait lire que les livres qui nous piquent et nous mordent. Si le livre que nous lisons ne nous réveille pas d'un coup de poing sur le crâne, à quoi bon le lire ? [Franz Kafka]
  • Contact

En Cours...

Glacé de B. Minier

 

 

LC prévues...

17.01 -> La délicatesse de D. Foenkinos

24.01 -> Les mères de S. Hayes

 

28.02 -> L'assassin royal, tome 3 : La nef du crépuscule de R. Hobb

L'épreuve, tome 1 : Le labyrinthe de J. Dashner

 


Rechercher

Instagram

Youtube

Facebook