Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 mai 2011 1 23 /05 /mai /2011 09:13

Paranoiak-affiche.jpg

 

Placé sous contrôle judiciaire et devant purger sa peine à domicile, Kale Brecht passe ses journées à épier ses voisins. Ce petit jeu prend une tournure inquiétante lorsque Kale et sa nouvelle copine découvrent qu'un de leurs voisins, l'énigmatique M. Turner, pourrait bien être un tueur en série...

Kale et ses amis vont alors se lancer dans une course contre la mort électrisante, qui vous mettra les nerfs à vif...

 

 

 

Voilà un de mes films préférés, notamment grâce à la présence de Shia LaBeouf (Transformers 1, 2 et bientôt 3, La guerre des Stevens) il faut bien l'avouer...

 

Paranoiak-Shia.jpg

 

Ce film réalisé par D.J. Caruso (Numéro 4, 2011) est placé dans la liste des thrillers. Cependant, avec Shia LaBeouf on s'attend bien sur à des rires et on découvre également de l'émotion dés le début avec la mort du père de Kale dans un accident de voiture.

Cet ado alors perdu, en pleine dépression et se sentant coupable va être condamné à une assignation à résidence pour coups et blessures.

La télé et la musique confisquées par sa mère dépassée, il ne lui reste plus qu'à faire (plus ou moins bien) les corvées, manger et attendre que les jours passent... Jusqu'au jour où de nouveaux voisins emménagent ainsi que leur fille : 18 ans, blonde, maillot de bain et compagnie, ... (Sarah Roemer : The Grudge 2, Petits Suicides Entre Amis).

 

Paranoiak Ashley

 

Kale vit sa vie par procuration en espionnant ses voisins avec des jumelles. Cette vie de voyeur va continuer tranquillement mais il va se faire griller par Ashley en pleine séance de mattage intensif.

On passe des rires aux larmes, on suit Kale dont la solitude l'ammène à devenir parano et à parfois s'imaginer des choses plus ou moins graves et possibles... Et embarque Ashley et Ronnie (son meilleur ami) dans ses suspissions.

Une enquête, une petite histoire d'amour naissante, ... Quoi de plus pour me faire craquer ? Un bon choix d'acteurs et une jolie bande son (SOAD, Nada Surf, ...) !

 

Paranoiak

Repost 0
20 mai 2011 5 20 /05 /mai /2011 09:34

Ou comment kidnapper un mari quand on n'a rien pour plaire.

 

Contemporaine.

Version publiée en 2011,

aux éditions 10/18,

domaine Etranger.

219 pages.

 

 

Dans le Northumberland, depuis des générations, les dames Grope font régner la terreur autour d'elles. 

Signes distinctifs : un physique ingrat, une nature antipathique et des pulsions castratrices inversement proportionnelles à leur volonté de se reproduire. Qu'à cela ne tienne !

Chez les Grope, on kidnappe les hommes de mère en fille. Une coutume familiale dont le jeune Esmond Burnes va faire les frais...

Forcé de se réfugier chez son oncle suite à une agression alcoolisée de son père, l'innocent garçon va tomber entre les griffes de sa tante Belinda, née Grope, épouse frustrée et ménagère forcenée...

Disparitions suspectes, soûleries aggravées et torrides accés de folie... Même la police va perdre le fil.

 

Le gang des mégères inapprivoisées

 

Et bien, c'est un livre surprenant !

En effet, en lisant tout d'abord le titre et ensuite le résumé, on s'attend à voir des hommes soumis par des sorcières, où seules ces femmes peuvent donner leurs avis, ...

Et en fait pas du tout !!

Sans vouloir vous dévoiler tout le livre, mais le résumé est un peu à l'opposé du livre en lui même... (le suspens hein !!)

L'effet de surprise passé, l'humour décapant typiquement anglais est bien sûr présent tout au long du roman avec des scènes rocambolesques et improbables. Sans parler des personnages hauts en couleurs : la mère du héros qui se croit perpétuellement dans un roman à l'eau de rose, un père qui hait sa femme et passe ses soirées au pub pour ne pas tuer son fils, un oncle mafieux sur les bords propriétaire d'un abbattoir self-service, et une tante née Grope qui sort un peu du lot, qui est belle et déroge aux règles de la famille... Avec ça, le héros, Esmond ne peut être qu'un peu dérangé, et ben pas tant que ça ! Plutôt calme et normal, couvé par sa mère et detesté par son père, il est le seul personnage qui n'est pas complétement déjanté.

En conclusion, un résumé mensonger pour un roman drôle mais pas aussi surprenant que l'on imaginait avant d'ouvrir le livre... C'est dommage !

Cependant, il paraît que ses autres livres (Wilt par exemple, qui est dans ma LAL) sont plus dans l'esprit recherché, je n'abandonne donc pas ! =)

 

Snow, Plume et TuLisQuoi l'ont également lu.

 

Cette lecture participe au challenge God Save The Livre.

Challenge God Save The Livre

Repost 0
18 mai 2011 3 18 /05 /mai /2011 08:11

wishlist1

 

 

Thérapie de Sebastian FITZEK

 

Josie, la fille du psychanalyste Viktor Larenz, souffre d'une maladie inconnue et disparaît mystérieusement.

Quatre ans ont passé, Larenz s'est retiré sur une île au nord de l'Allemagne et reçoit une visite d'une romancière qui souffre d'une forme rare de schizophrénie : les personnages qu'elle invente prennent vie et son dernier roman ressemble étrangement à l'histoire de Josy...

 

Pourquoi est-il dans ma LAL ?

Je crois que je vais me répéter mais décidément, les histoires de schizophrénie et autres maladies mentales sont pour moi !! =)

En plus, ce serait une occasion pour découvrir l'auteur, et ce sera un premier thriller allemand dans ma biblio !

Cependant, j'ai un peu peur que cette histoire soit prévisible... En effet, le "étrangement" du résumé sonne déjà un peu faux...

Repost 0
Published by Riz-Deux-ZzZ - dans Mes envies du Mercredi
commenter cet article
16 mai 2011 1 16 /05 /mai /2011 10:02

Contemporain.

Version publiée en 2009,

aux éditions Pocket.

175 pages.

 

Un atelier de peinture fut le théâtre de leur coup de foudre.

A quarante et cinquante ans passés, Marc et Léone n'y croyaient plus. Il n'y avait que l'art pour les réunir ainsi, miraculeusement. L'art et leur ami Sainte-Rose, plasticien génial et entremetteur subtil.

Or, Sainte-Rose ne hait rien tant que les belles histoires. Les belles histoires et le peintre Watteau, chantre des amours harmonieuses. Ce qu'il a fait, il peut le défaire. Il doit le défaire, pour son oeuvre.

Insidieusement, le bon maître offre à Marc, romancier de son état, un sujet en or : une histoire d'amour qui commencerait comme la leur. Et qui finirait mal, très mal. Voilà Marc et Léone engagés dans un dangereux jeu de rôles, créateur de désastre.

Auteurs de leur propre vie, ils ont désormais le choix d'en faire une bluette, ou une tragédie...

 

Bord cadre

 

"Détruire ce que l'on aime, toujours, de peur d'en souffrir. Préférer être responsable du désastre plutôt que de le subir."

 

Reçu en cadeau lors d'une de mes commandes livresques, je ne connaissais ni le livre ni l'auteur (enfin seulement de nom avec Le Magasin des Suicides qui est dans ma wish list).

C'est un petit livre (150pages) racontant l'histoire d'un trio de personnages malmenés par la vie... Un trio qui m'a rappelé celui du Portrait de Doiran Gray, si on peut comparer les 2 oeuvres...

Bord Cadre est un roman que je qualifierais de vulgaire et malsain. Malsain de part l'histoire, un peintre joue avec ses amis pour son chef d'oeuvre, un romancier joue avec les sentiments de sa compagne pour son nouveau livre, une femme subit en silence mais parfois semble en redemander...

Vulgaire de part le vocabulaire utilisé par J. Teulé : les mots sont crus, les gros mots font légion autant dans les dialogues que dans la narration (le narrateur semble être l'auteur lui même, il prend à parti le lecteur).

Autant le côté malsain ne me dérange pas plus que ça, c'est ce qui contribue au roman et à ce qui nous retient page après page, mais la vulgarité et plus précisément dans les scènes érotiques et sexuelles me semble inutile... L'histoire met assez mal à l'aise comme ça sans en plus en rajouter ! Je peux sembler prude dans ce que je dis mais je pense que certains mots doivent rester dans le langage familier (et surtout oral !).

Mis à part ce petit reproche, j'ai quand même accroché à ce couple qui se déchire et à ce peintre qui ne peint que l'horreur et le malheur...

En fait si, pour finir, un autre reproche : la fin ! Quant à vouloir mettre mal à l'aise et cracher son oeuvre avec des mots qui n'ont pas forcément leur place, l'auteur aurait du "avoir les couilles" (reprenons son langage) de continuer ainsi jusqu'à la fin du roman et ne pas nous pondre une fin à l'eau de rose, certes toujours emplie d'obscénités, mais tellement romantique !

 

Repost 0
Published by Riz-Deux-ZzZ - dans Déceptions
commenter cet article
13 mai 2011 5 13 /05 /mai /2011 09:53

Thriller.

Version publiée en 2000,

aux éditions France Loisirs.

409 pages.

Coup-de-coeur

 

Comment survivre lorsque votre fille de dix-sept ans disparaît sans plus donner signe de vie ?

Lorsque Mathilde découvre que sa fille est impliquée dans les activités d'une mystérieuse clinique privée, dont les méthodes ressemblent à s'y méprendre à celles d'une secte, son sang ne fait qu'un tour ! 

Elle doit sauver son enfant, dût-elle y laisser sa propre vie...

Un récit nerveux dont les éléments s'enchaînent en une spirale diabolique jusqu'au dénouement proprement étourdissant !

 

La nuit du verseau

 

"Bruno lui avait tout appris. A aimer, se maquiller, s'habiller, aguicher, s'ouvrir, simuler. A chauffer la cuiller, à planter l'aiguille dans la veine. A encaisser les coups et à se taire."

 

Ce roman est un véritable coup de coeur !!

L'histoire est magnifiquement ficelé, tous les personnages sont fouillés et très bien reliés ; à aucun moment on ne voit une erreur ou une faille dans le récit.

Au départ, j'ai eu peur de me perdre dans les doubles rôles des personnages et de mélanger les prénoms, et pas du tout, ce roman est tellement prenant qu'à aucun moment, on ne perd le fil de l'intrigue.

On voit que l'auteur a vraiment mis tout son coeur et son temps dans ce livre : la psychologie des personnages perdus dans leur vie, choqués par leurs passés, l'enrôlement et les ficelles d'une secte pour ramener des personnes au sein de leur groupe, l'ambiance des nuits parisiennes et ses débordements, ...

Bref, tout est là et on s'y croit réellement ! Sans parler de la fin, où l'auteur nous explique tous les rouages et les secrets des différents personnages, ce qui les relie et les a entrainés dans cet enfer.

Vous l'aurez compris, je n'ai trouvé aucun défaut à ce livre troqué avec O-Littéraires (et encore merci !). 

De plus, l'écriture française me manquait un peu, ces expressions Made In France que les traducteurs n'utilisent pas.

 

 

 

EDIT : Mon Envie du Mercredi #7 sera dans ma PAL en fin de semaine prochaine !

Repost 0
Published by Riz-Deux-ZzZ - dans Coups de coeur
commenter cet article
11 mai 2011 3 11 /05 /mai /2011 10:01

wishlist1

Les Rivières Pourpres de Jean-Christophe GRANGE

(acheté et chroniqué !)

Les rivières pourpres

Pierre Niémans, un commissaire aux méthodes musclées, est envoyé à Guernon, ville universitaire de l'Isère, pour élucider un meurtre atroce : un homme a été découvert nu, mutilé, coincé dans une paroi rocheuse en position foetale. 

Qui est l'auteur de cette mise en scène macabre ?

Parallèlement, dans sa commune du Lot, le jeune lieutenant Karim Abdouf a de quoi s'occuper : l'école primaire a été visitée et le tombeau d'un enfant profané.

Au départ bien distinctes et à des lieux l'une de l'autre, les deux enquêtes vont se recouper étrangement pour n'en faire qu'une, à la trame aussi hallucinante que terrifiante.

 

Pourquoi est-il dans ma wish-list ?

Je sais que j'ai dit que j'évitais les adaptations mais le film Les Rivières Pourpres est un de mes films cultes !

Je n'ai jamais lu de Grangé, mais s'il est à l'origine de cette histoire, je suis sur que je vais adorer !! =)

Repost 0
Published by Riz-Deux-ZzZ - dans Mes envies du Mercredi
commenter cet article
9 mai 2011 1 09 /05 /mai /2011 12:33

Into-the-Wild-Affiche.jpg

Christopher McCandless a 22 ans, de brillants diplômes et une vie qui sembre déjà toute tracée. Le jeune homme a pourtant bien d'autres routes dans le sang. Animé par une soif d'absolu et de liberté sans limite, il plaque tout du jour au lendemain pour partir à l'aventure.

Des champs de blé du Dakota aux flots déchaînés du Colorado, en passant par les déserts de Californie, Christopher croise des hommes et des femmes qui façonnent sa vision de la vie.

Au bout du voyage, le choc avec la nature brutale : l'Alaska.

 

 

"Now I walk... Into the Wild..."

 

Voici un film qui prend aux tripes et qui fait réfléchir même après le générique, une fois la télé éteinte...

On assiste à une expérience unique et solitaire (tirée d'une histoire vraie, je précise quand même !) à travers des acteurs magiques comme Emile Hirsch, et des images exceptionnelles grâce au réalisateur qui n'est autre que Sean Penn !

Into-the-Wild-Emile-Hirsh.jpg

Le scénario est bien écrit, avec des retours en arrière et une voix off afin d'avoir une vue globale de la vie de l'aventurier et des raisons de son envie d'évasion.

 

"I'm not Superman, I'm Supertramp and you're Superapple !"

 

Un seul mot : j'adore ! =)

 

Bon, il y a tellement de phrases et de passages entiers à retenir, je peux pas réécrire tout le scénario non plus... 

Chris lui même nous livre la morale de ce film, sa dernière phrase sur son "carnet de bord" : 

 

"Happiness only real when shared."

 

Into-the-Wild.jpg

Oui, oui c'est bien Kristen Stewart...

Repost 0
6 mai 2011 5 06 /05 /mai /2011 09:13

Drame contemporain.

Version publiée en 2007,

aux éditions J'ai Lu.

223 pages.

 

Dans un quartier résidentiel et huppé de Grosse-Pointe (Michigan), cinq soeurs, des adolescentes entre 13 et 17 ans, se suicident en l'espace d'une année. 

Cécilia, la plus jeune, ouvre le bal. Les autres l'imiteront un an après. Entre-temps, les gamins du voisinage auront vécu et souffert avec elles... à distance. Ce suicide les aura tant marqués qu'une vingtaine d'années plus tard, alors qu'ils frôlent les quarante ans, ceux-ci mèneront une enquête dans l'espoir un peu fou d'éclaircir toute cette affaire.

Ce récit en est le résultat, la reconstitution la plus minutieuse et la fidèle possible d'une année pour le moins particulière. Tous les témoins, les animès comme les objets les plus dérisoires, sont donc convoqués.

 

Virgin Suicides

 

"On voit bien, docteur, dit-elle, que vous n'avez jamais été une fille de treize ans."

 

J'avais déjà vu l'adaptation cinématographique étant plus jeune, et je n'en avais gardé qu'un faible souvenir, un film bizarre narrant une histoire bizarre...

En ouvrant ce livre, on a l'impression d'ouvrir un dossier judiciaire, on nous parle de pièces à conviction, d'indices, etc. Les jeunes voisins des Lisbon, fascinés par ces 5 jeunes filles de famille catholique, cloîtrées par leur mère telles des bonnes soeurs dans un couvent, passent leur temps libre à observer les faits et gestes de cette maison au début ordinaire.

Très vite vient le premier suicide, celui de Cécilia, qui déclenchera chez les Lisbon, une longue déchéance, et chez les voisins, une curiosité décuplée.

On suit ensuite les 4 soeurs restantes, ainsi que leurs parents, à travers les témoignages des voisins et des professeurs. 

Un seul détail m'a déçue, l'histoire n'est pas vraiment une enquête, plutôt des détails de personnes ayant croisées un jour les jeunes filles. La bande de gamins les observant sont plus obsédés par les sous-vêtements et le maquillage des soeurs plutôt que par leurs véritables problèmes. Une année se passe ainsi, on voie la famille Lisbon se liquéfier petit à petit, la maison se dégrade également de jour en jour.

Le dernier chapitre (il n'y en a que 5 parmi les 233 pages) est plus humain, moins distant. La fin, elle, est prévisible, même si la mise en scène peut nous faire douter du drame qui se prépare...

En conclusion, une roman qui se lit plutôt vite du fait qu'il soit présenté comme une enquête. Le peu de souvenirs qu'il me reste du film est assez fidèle à ce que je viens de lire.

Un dernier petit bémol : la cause réelle des suicides n'est pas clairement écrite étant donné qu'à aucun moment, les filles donnent leurs points de vue sur cette histoire... Seules des hypothèses sont distillées tout au long du roman, prenant comme cliché le mal-être des adolescents... 

 

L'adaptation ciné dont je parlais

De Sofia Coppola avec Kirsten Dunst et Josh Hartnett (1999) 

(Et maintenant, j'ai envie de le regarder !!)

 

Repost 0
4 mai 2011 3 04 /05 /mai /2011 10:31

wishlist1

 

Aujourd'hui, un OVNI de ma wish list : Hantise de Michele Jaffe.

http://img11.hostingpics.net/pics/602031Hantise.jpg

Heurtée de plein fouet par un chauffard, la jolie Jane est laissée pour morte dans un rosier. Elle ne se souvient pas de ce qui s'est passé, mais d'étranges messages laissées sur le miroir de l'hôpital et des menaces téléphoniques instillent en elle le doute : a-t-elle réellement été victime d'un accident, ou quelqu'un a-t-il vraiment tenté de la supprimer ? Qui ? Serait-elle en train de perdre la tête ? Et si le tueur était tou proche ? (fiche BBM)

 

Pourquoi est-il dans ma wish list ?

Comme je l'ai écrit plus haut, ce livre est plutôt une surprise dans ma wish list, un youg adult et, qui plus est, un BlackMoon, qui l'eut cru ?!

En fait, le résumé me tente bien, avec son ambiance de huit clos dans un hôpital... Alors pourquoi pas ! =)

Repost 0
Published by Riz-Deux-ZzZ - dans Mes envies du Mercredi
commenter cet article
3 mai 2011 2 03 /05 /mai /2011 08:26

Source-Code-Affiche.jpg

Colter Stevens se réveille en sursaut dans un train à destination de Chicago. Amnésique, il n’a aucun souvenir d’être monté dedans. Pire encore, les passagers du train se comportent avec lui avec familiarité alors qu’il ne les a jamais vus. Désorienté, il cherche à comprendre ce qui se passe mais une bombe explose tuant tout le monde à bord. 
Colter se réveille alors dans un caisson étrange et découvre qu’il participe à un procédé expérimental permettant de se projeter dans le corps d’une personne et de revivre les 8 dernières minutes de sa vie.

Sa mission : revivre sans cesse les quelques minutes précédant l’explosion afin d’identifier et d’arrêter les auteurs de l’attentat. A chaque échec, les chances de pouvoir revenir dans le passé s’amenuisent. 
Alors qu’il essaie d’empêcher l’explosion, ses supérieurs lui apprennent qu’un deuxième attentat est en préparation en plein cœur de Chicago et qu’il ne s’agit plus de protéger les quelques passagers du train mais la ville toute entière. La course contre la montre commence…

Hier soir, petite soirée ciné.

Je suis donc allée voir ce film de Duncan Jones (le fils de David Bowie) qui a notamment réalisé Moon (2009).

Parmi les acteurs, Jake Gyllenhaal (au nom qu'on n'écrit pas... mais il est tellement beau !) célèvre pour Prince of Persia (2010) notamment et Michelle Monaghan que l'on retrouve dans pas mal de films comme Constantine (2005), Mr & Mrs Smith (2005) ou encore Date Limite (2010).

Source-Code-duo.jpg

J'ai bien aimé même si ce film reste quand même américain avec le héros qui sauve des vies et tombe amoureux... avec une fin bien américaine également... En gros, un film aux scènes et réactions attendues qui ressemble un peu (trop) à Avatar malheureusement (sans les grands hommes bleus mais avec le monsieur enfermé dans la cabine qui entre dans un monde parallèle...).

Cependant, même si l'idée est déjà vu, les acteurs sont bons et le déroulement de l'enquête de Colter Stevens nous tient en haleine jusqu'au bout avec un coupable surprise !

Et puis, Jake est beau quoi !! =)

Source-Code-Jake.jpg

 


Repost 0

  • : Riz-Deux-ZzZ
  • Riz-Deux-ZzZ
  • : On ne devrait lire que les livres qui nous piquent et nous mordent. Si le livre que nous lisons ne nous réveille pas d'un coup de poing sur le crâne, à quoi bon le lire ? [Franz Kafka]
  • Contact

En Cours...

Glacé de B. Minier

 

 

LC prévues...

17.01 -> La délicatesse de D. Foenkinos

24.01 -> Les mères de S. Hayes

 

28.02 -> L'assassin royal, tome 3 : La nef du crépuscule de R. Hobb

L'épreuve, tome 1 : Le labyrinthe de J. Dashner

 


Rechercher

Instagram

Youtube

Facebook