Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 décembre 2014 1 22 /12 /décembre /2014 10:42

Policier.

Exemplaire publié en 2014,

aux éditions La Bourdonnaye.

266 pages.

 

Un assassin, qui se fait appeler le Prince, exécute des mères de famille sous les yeux horrifiés de leurs jeunes fils âgés de 7 ans. Opérant à l’arme blanche avec une rare sauvagerie, le meurtrier taille ses victimes en lanières. Telle est la punition qu’il inflige. Mais qui punit-il ? Et de quoi ?
Pour répondre à ces deux questions fondamentales, le commandant Falier s’adjoint les services du professeur Bareuil, spécialiste des crimes rituels, « retraité » de la Sorbonne, et de Jeanne Lumet, qui fut sa plus brillante élève. Or la jeune femme est mère d’un petit garçon de 7 ans. Détail qui n’échappera sans doute pas au Prince…

 

http://img4.hostingpics.net/pics/519679InsigneBoiteux.jpg

 

Margaud en avait parlé dans une de ses vidéos bilan et l'histoire m'avait intrigué.

 

J'ai bien aimé le style de l'auteur même s'il est difficile au départ de se plonger dans son univers. Les personnages ont pour la plupart un langage assez vulgaire, que l'on découvre dès les premières lignes : pour certains ça leur colle à la peau, pour d'autres c'est un peu plus perturbant.

Cependant, le récit en lui-même est agréable à lire et le suspense présent donne envie de connaître le dénouement.

 

Les personnages sont bien travaillés et crédibles malgré ce petit souci de langage. Falier a le profil type du commandant qui parle fort et assez vulgairement mais la personnalité de Jeanne, que j'ai perçu comme une femme discrète et menue ne colle pas réellement à certaines tournures de phrases typiquement masculines à mon goût.

La plupart du temps, elle s'exprime de façon correcte mais à certains passages elle change complètement...

Les autres personnages, secondaires comme Bareuil (quoiqu'il ait un rôle important dans l'histoire) ainsi que Paul et Léo sont également fouillés et attachants même si Bareuil reste antipathique une bonne partie du roman.

 

L'intrigue est très intéressante car T. Berlanda ne nous laisse pas entrer dans l'esprit du coupable : on découvre alors au fur et à mesure certains indices qui nous poussent vers un personnage ou un autre mais le lecteur est obligé d'être surpris par le dénouement et l'identité du meurtrier puisqu'il n'a, à aucun moment, pu deviner qui il était.

L'explication du rituel du tueur est originale et quelques flash-back nous montrent plus ou moins la voie.

Cependant, je trouve que le résumé du livre en dévoile un peu trop puisque du coup, on s'attend forcément à ce que Jeanne soit impliquée plus que prévu dans le scénario du Prince. C'est dommage car sans ce détail, les lecteurs les plus coriaces aurait pu deviner mais les autres se serait laisser prendre au jeu et aurait sûrement été encore plus surpris par le final.

Final qui, pour moi, clôt l'enquête et l'histoire entière puisqu'il n'y a pas d'ouverture vers d'autres indices ou meurtres.

 

 

En bref, l'intrigue est intéressante et la personnalité du tueur originale. Malgré une entrée en matière qui pourra surprendre certains lecteurs, ce roman se lit très vite et l'enquête nous fait tourner les pages jusqu'à la fin. Je ne vois pas vraiment quelle suite l'auteur pourrait donner aux personnages, mais je serais toutefois contente de les découvrir dans d'autres aventures.

 

 

 

Cette lecture m'a été offerte par l'auteur et les éditions, merci beaucoup.

 

Elle me permet de participer au challenge gourmand de Lecture-addict, le chocolat : «Elle prépare le chocolat chaud et dit qu'elle n'a pas le temps de déjeuner mais qu'elle sera de retour à midi et qu'elle préparera un super gâteau pour eux trois.»

http://img15.hostingpics.net/pics/601573challengegourmand.png

 

 

 

Pour aller plus loin : La bibliographie de l'auteur – Un tome 2 est apparemment prévu pour février 2015.

 

 

 

Fiche Babelio de l'auteur Site des éditions La Bourdonnaye

 

 

 

http://www.livraddict.com/images/logo_liv.jpg

 

 

 

Repost 0
15 décembre 2014 1 15 /12 /décembre /2014 10:07

Contemporain.

Version publiée en 2014,

aux éditions Rue Fromentin.

176 pages.

 

Un samedi soir, une librairie de quartier.

Comme toutes les nuits, sitôt le rideau tombé, les livres s’éveillent et se racontent leurs histoires... Mais ce soir, l’heure est grave : les nouveautés viennent d'arriver, et les romans du fond de la librairie n'ont plus que quelques jours pour trouver un lecteur !

Pour sortir par la grande porte, il leur faudra s'unir et prendre la place des best-sellers solidement empilés près de la caisse. Autant dire qu'ils n'ont pratiquement aucune chance...

 

http://img4.hostingpics.net/pics/407483souslescouvertures.jpg

 

Inconnu au bataillon avant que Price Minister me le propose, j'ai été attirée par le résumé : je suis curieuse de voir les auteurs parler de livres dans leurs romans.

 

La plume de B. Guillot est recherchée et assez poétique mais reste abordable et fluide. Il a réussi à faire d'un livre qui parle de livres une histoire vivante, parfois drôle, parfois plus profonde. Quelques allusions aux services presses et à Amazon m'ont fait sourire.

 

Les personnages principaux sont les livres, donc difficiles de s'y attacher. Pourtant, l'auteur les décrit par quelques mots sur leur histoire et on se prend à vouloir reconnaître le titre cité... Certains m'ont parlé, d'autres moins.

On découvre aussi quelques humains, notamment Sarah, la nouvelle libraire ainsi que le patron de la librairie que l'on découvre. J'ai largement préféré Sarah, qui essaye de faire redécoller cette librairie tandis que le patron m'a semblé totalement blasé de son métier...

 

L'intrigue est plutôt sommaire mais permet au lecteur de passer une agréable lecture. Les revendications des livres du Boudoir sont compréhensibles et leurs actions sont bien imaginées et retranscrites de façon à ce que l'on puisse imaginer la scène.

Néanmoins, certains petits détails m'ont gêné, notamment la confusion entre l'histoire du roman et son auteur : parfois, B. Guillot nous parle d'un livre par ses personnages et son action puis le décrit ensuite avec la personnalité de son auteur... Je trouve cet amalgame dommage, j'aurais préféré que l'on reste sur l'histoire des romans et que l'on laisse l'auteur de côté étant donné que c'est bien de livres que l'on parle ici...

J'ai également eu un peu de mal avec le ton très cynique du début du roman : le patron de la librairie ainsi que les livres ont des propos défaitistes et donnent l'impression que l'on doit s'apitoyer sur leur sort... La personnalité et les idées de Sarah remontent ensuite le moral mais justement, je trouve que l'auteur a passé un peu trop vite sur ce sentiment positif : on évoque très vite quelques bons exemples pour faire repartir la librairie mais sans s'y attarder.

 

 

En bref, c'est une bonne lecture du point de vue original des livres eux-mêmes. L'histoire principale est intéressante mais malheureusement, elle est un peu gâchée par des propos trop pessimistes au départ : certes, l'univers de la librairie n'est pas à son apogée en ce moment mais le côté larmoyant m'a gêné... On retiendra cependant des anecdotes ainsi qu'un ton ironique en seconde partie qui font sourire.

 

 

 

Cette lecture me permet de participer aux matchs de la rentrée littéraire organisés par Price Minister.

http://img11.hostingpics.net/pics/812067PMrentreeliteraire2013.png

 

 

 

Pour aller plus loin : La bibliographie de l'auteur

 

 

 

Fiche Babelio de l'auteur Site des éditions Rue Fromentin

 

 

 

http://www.livraddict.com/images/logo_liv.jpg

 

 

 

Repost 0
1 décembre 2014 1 01 /12 /décembre /2014 13:17

Bourbon Kid, tome 1.

 

Thriller.

Version publiée en 2010,

aux éditions Sonatine.

460 pages.

 

Santa Mondega, une ville d'Amérique du Sud oubliée du reste du monde, où sommeillent de terribles secrets.
Un serial killer qui assassine ceux qui ont eu la malchance de lire un énigmatique livre sans nom. La seule victime encore vivante du tueur, qui, après cinq ans de coma, se réveille, amnésique. Deux flics très spéciaux, des barons du crime, des moines férus d'arts martiaux, une pierre précieuse à la valeur inestimable, un massacre dans un monastère isolé, quelques clins d’œil à Seven et à The Ring, et voilà le thriller le plus rock'n'roll et le plus jubilatoire de l'année !

 

http://img4.hostingpics.net/pics/821710lelivresansnom.jpg

 

Encore un livre qui traînait dans ma wish-list depuis trop longtemps... La quatrième de couverture nous promet du Tarantino, et c'est exactement ça que ce soit dans le fond ou dans la forme !

 

Le style est décapant : le langage quelque fois vulgaire, en tout cas très familier nous emmène dans une sorte de western des temps modernes.

Du coup, c'est très fluide et les pages se tournent toutes seules !

 

Les personnages, majoritairement masculins, n'ont pas une espérance de vie assez suffisante pour pouvoir réellement s'attacher... Seuls les personnages principaux nous permettent de suivre le fil rouge de l'histoire.

J'ai beaucoup aimé Jefe et Dante, et bizarrement je trouve le Bourbon Kid attachant... Je ne saurais dire pourquoi mais comme on a envie de savoir pourquoi il agit comme ça, cela nous rapproche un peu du personnage afin d'essayer de le comprendre.

Dans tous les cas, les personnages sont tous très atypiques et quoiqu'assez nombreux, ils ont tous des caractéristiques qui font qu'on ne peut les confondre ou les oublier malgré les différents groupes formés et les chapitres qui alternent chacun.

 

L'action est présente du début à la fin, on ne s'ennuie pas ! Cependant, ce que je reproche aux films de Tarantino se retrouve dans ce roman : le début est très brouillon, ou en tout casl'action est rapide sans vraiment d'explications... Heureusement, tout s'éclaire au fil des pages pour s’imbriquer parfaitement lors de l'explication finale.

Paradoxalement, ce premier tome intitulé Le livre sans nom (qui n'apparaît qu'à la moitié du roman) est plus axé sur L'oeil de la Lune (soit le nom du second tome), la pierre qui s'apparente au Graal à Santa Mondega et qui est le centre d'attention dés le départ. (voilà voilà, c’était la réflexion du jour...)

J'ai également été assez surprise de l'arrivée du surnaturel dans ce roman, je ne pense pas que ça soit indispensable même s'il donne au dénouement la surprise que j'attendais.

Je pense lire le second tome même si cette fin ne me donne pas le sentiment d'inachevé, j'ai quand même hâte de voir ce qu'on peut encore faire avec ces personnages et cette histoire.

 

 

En bref, un roman qui quoiqu'il en soit ne laissera pas indifférent le lecteur ! J'ai beaucoup aimé ce premier tome qui pour moi se suffit à lui-même. Que ce soit l'écriture, les personnages ou l'action : tout est original et cela donne un combo explosif. Le côté surnaturel est également surprenant mais permet des retournements de situation inattendus !

 

 

 

Cette lecture me permet de participer au challenge des 170 idées d'Helran, n°130 : quelqu'un faire quelque chose,

http://img15.hostingpics.net/pics/258800challenge170ides.jpg

 

au challenge Un mot, des titres : « sans »,

Challenge Un mot, des titres

 

et au challenge gourmand de Lecture-addict, le chocolat : «Jenson attendait Somers en sirotant tranquillement une énorme tasse de chocolat au lait au café Olé au lait.».

http://img15.hostingpics.net/pics/601573challengegourmand.png

 

 

 

Pour aller plus loin :Les autres tomes de la saga

 

 

 

Site des éditions Sonatine

 

 

 

http://www.livraddict.com/images/logo_liv.jpg

 

http://www.nouslisons.fr/on/images/button150x60.png

 

 

Repost 0
24 novembre 2014 1 24 /11 /novembre /2014 10:18

Saga Reilly Steel, tome 1.

 

Thriller.

Version publiée en 2012,

aux éditions France Loisirs.

416 pages.

 

Une experte de la police scientifique affronte un terrifiant serial killer, bien décidé à enfreindre tous les tabous...
Reilly Steel a quitté la Californie et le FBI pour un poste d'experte à Dublin. Elle espère fuir un passé familial assombri par de terribles secrets. Un jeune couple vient d'être retrouvé : nu dans un lit, tué par balles. Tout laisse croire à un suicide mais quelque chose ne colle pas... Bientôt, d'autres corps sont découverts, la mise en scène de leur mort est aussi choquante qu'étrange : un tueur en série s'amuse à un jeu sordide. Et il vient juste de commencer la partie...

 

http://img4.hostingpics.net/pics/863679tabou.jpg

 

Je l'avoue, j'ai encore une fois été attirée par la couverture... Finalement, elle n'a pas réellement de rapport avec l'histoire mais je ne regrette pas pour autant.

 

Le style est agréable, simple et fluide. Casey Hill est en fait un pseudonyme qui regroupe Mélissa Hill (auteur chick-lit) et son mari : l'écriture à quatre mains ne se remarque pas du tout, l'ensemble est cohérent.

 

Les personnages sont assez attachants quoique tout de même très clichés (et c'est ce que je reprocherais à ce roman tout au long de ma lecture) : on retrouve le personnage principal au secret horrible et le personnage secondaire, plus ordinaire et qui va servir à équilibrer le récit entre suspense et humour.

Néanmoins j'ai beaucoup aimé suivre Reilly et Chris, le couple fonctionne bien même si le rapprochement est attendu dés les premières pages...

 

Le mode opératoire du coupable est très original et bien exploité malgré, encore une fois, des ficelles assez grosses pour les habitués du genre. Les indices sont bien distribués et l'identité du meurtrier est surprenant même si on peut le prédire à partir des 2/3 du roman environ...

Le dénouement n'est pas spectaculaire mais marche bien et l'épilogue est fidèle à ce qu'on pouvait imaginer.

 

 

En bref, ce thriller ne révolutionne pas le genre mais fait passer un bon moment de lecture. L'intrigue reste tout de même originale car les auteurs ont bien travaillé la psychologie du coupable. Les férus de thriller retrouveront tous les clichés possibles, cependant le suspense présent leur donnera envie de tourner les pages jusqu'au dénouement.

 

 

 

Cette lecture me permet de participer à la LC organisée sur le forum Les Fêlés des LC,

http://img11.hostingpics.net/pics/237322TabouFLC.jpg

 

et au challenge des 170 idées d'Helran, n°143 : quelque chose de chaud (le sang).

http://img15.hostingpics.net/pics/258800challenge170ides.jpg

 

 

 

Pour aller plus loin : La bibliographie des auteurs

 

 

 

Site des auteurs

 

 

 

http://www.livraddict.com/images/logo_liv.jpg

 

 

 

 


Repost 0
12 novembre 2014 3 12 /11 /novembre /2014 09:16

Le livre perdu des sortilèges, tome 2.

 

Fantastique.

Version publiée en 2012,

aux éditions Orbit.

546 pages.

 

L'historienne Diana Bishop, issue d'une lignée de sorcières puissantes et le vampire Matthew Clairmont ont violé les lois de séparation des créatures. Lorsque Diana a découvert un manuscrit alchimique magique à la Bodleian Library, elle a déclenché une lutte dans laquelle elle est devenue liée à Matthew. Maintenant la coexistence fragile entre sorcières, démons, vampires et humains est dangereusement menacée.
Cherchant la sécurité, Diana et Matthew ont voyagé dans le temps pour se retrouver à Londres, en 1590. Mais ils réalisent vite que le passé n'est un havre de paix. Retrouvant son ancienne identité en tant que poète et espion de la reine Elizabeth, le vampire retombe avec un groupe de radicaux connus sous le nom de l'École de la Nuit. Beaucoup sont des démons rebelles, les esprits créatifs de l'âge, dont le dramaturge Christopher Marlowe et mathématicien Thomas Harriot.
Ensemble Matthieu et Diana chercheront le Londres des Tudor pour trouver le manuscrit insaisissable, l'Ashmole 782, et la sorcière qui va enseigner à Diana comment contrôler ses pouvoirs remarquables.

 

http://img4.hostingpics.net/pics/538070lcoledelanuit.jpg

 

http://img4.hostingpics.net/pics/384431rappeltome1.png

 

Tout d'abord, ce deuxième tome est tout aussi bien écrit que le premier. J'avais déjà remarqué le travail de recherche de l'auteure et cela se confirme encore puisque l'époque du XVIème siècle est énormément décrite, que ce soit dans l'architecture, dans les costumes ou dans les us et coutumes des différents endroits où les personnages vont évoluer.

J'ai également eu l'impression que ce roman était mieux découpé ou, en tout cas, plus fluide que le premier.

 

J'ai adoré découvrir Matthew dans cette époque qui colle vraiment à la peau : on apprend à connaître ses secrets les plus enfouis et on comprend également certaines de ses réactions à notre époque. Il est de plus en plus protecteur avec Diana (et donc de plus en plus chou, n'est-ce pas?) tandis qu'elle se décoince un peu et devient très intéressante grâce au déploiement de tous ses pouvoirs.

Le lecteur quitte tous les personnages qu'il a pu découvrir lors du premier tome pour en découvrir de nouveaux, tous aussi bien développés et uniques. Certains nous évoquent plus ou moins quelque chose et je trouve que D. Harkness a encore fait un énorme travail en incluant des personnalités connues dans son histoire.

 

L'intrigue prend un nouveau tournant et l'Ashmole 782 prend toute l'importance que j'attendais dans le premier tome : nous sommes plongés au cœur de l'action même si la relation Diana-Matthew reste très présente.

Malheureusement, il a bien fallu que les fameuses scènes de sexe apparaissent, mais cela reste tout de même tolérable : c'est cohérent et décent, parfait pour accentuer l'évolution de leur amour sans partir dans le grand n'importe quoi et l'orgie générale. (Encore une fois, merci Mme Harkness!)

La fin m'a assez surprise dans le sens où je m'attendais à un suspense important. Finalement, l'auteure nous quitte sur des retrouvailles touchantes mais l'intrigue n'est pas à son apogée.

Je lirais le troisième et dernier tome pour connaître le destin des deux amoureux et éventuellement savoir si, oui ou non, ils arrivent à retrouver le livre tant convoité.

 

 

En bref, la grosse surprise du premier tome où j'avais découvert un style travaillé et des personnages « crédibles » et matures se réitère dans ce deuxième tome. Les personnages principaux sont de plus en plus touchants grâce à cette histoire d'amour qui se concrétise et l'intrigue, même au second plan, reste intéressante.

 

 

 

Cette lecture me permet de participer à la LC organisée par Vivivamp,

 

au challenge des 170 idées d'Helran, n°129 : à travers une porte.

http://img15.hostingpics.net/pics/258800challenge170ides.jpg

 

au challenge Lire en thème : Couverture noire

http://img4.hostingpics.net/thumbs/mini_813529lireentheme.jpg

 

 

 

Du même auteur, sur le blog :

Le livre perdu des sortilèges, tome 1.

 

 

 

Pour aller plus loin : La bibliographie de l'auteur – Les autres tomes de la saga

 

 

 

Site de l'auteur Site des éditions Orbit 

 

 

 

http://www.livraddict.com/images/logo_liv.jpg

 

http://www.nouslisons.fr/on/images/button150x60.png

 

 

 

Repost 0
13 octobre 2014 1 13 /10 /octobre /2014 12:39

Policier.

Version publiée en 2010,

aux éditions Fleuve Noir.

451 pages.

 

Nichée au cœur de Copenhague se trouve une vieille librairie au nom italien: Libri di Luca. Son propriétaire, Luca Campelli, vient de mourir de manière très abrupte et pour le moins... étrange. C'est Jon, son fils, avec qui il a rompu tout contact depuis 20 ans, qui hérite du magasin. Entraîné malgré lui dans l'histoire familiale, Jon découvre bientôt que cette librairie renferme un secret fabuleux. Son père était en fait à la tête d'une société de "Lettore", des personnes dotées d'un pouvoir exceptionnel leur permettant d'influencer la lecture des autres, de créer des mondes merveilleux, de donner naissance à des histoires extraordinaires... mais aussi de manipuler jusqu'au meurtre. Plus Jon avance dans ses recherches, plus il se persuade que la mort de son père n'a rien de naturel. Dissimule-t-elle une lutte de pouvoirs au sein de cette société secrète? Y a-t-il un traître parmi ses membres? Quelqu'un cherche-t-il à s'emparer de leur don incroyable? Afin de rassembler les morceaux épars de son passé et retrouver les assassins de son père, Jon se lance dans une quête acharnée qui va se révéler risquée... Et si Luca l'avait volontairement écarté de cette société aussi mystérieuse qu'inquiétante, où les livres ont le pouvoir de changer le cours de la vie ?

 

http://img4.hostingpics.net/pics/987583Lalibrairiedesombres.jpg

 

J'aime beaucoup les livres qui parlent de livres... Chaque personne a une vision différente de la lecture et ça me plaît de connaître leur point de vue.

 

L'écriture de M. Birkegaard est agréable et simple, je pense qu'il est facilement abordable par les ados.

Néanmoins, j'ai eu l'impression de lire deux personnes différentes tout au long du roman : les passages sur les séances de lecture et les spécificités des Lettore sont très bien écrits, presque poétiques mais tout en restant imagés tandis que le reste m'a semblé beaucoup plus superficiel et parfois trop facile...

 

Les personnages sont touchants car très attachés à Luca et sa librairie, la lecture et le monde des livres sont vraiment le centre de leurs vies. J'ai beaucoup aimé Jon bien sûr mais aussi Muhammed, plus effacé mais très serviable alors qu'il ne sait pas du tout ce qui se passe. Paw est simplement insupportable, je n'ai pas réussi une seule fois à m'y attacher.

Cependant, l'auteur a créé ses personnages de façon très manichéenne : les gentils sont très gentils et les méchants très méchants... Du coup, le retournement de situation aux ¾ du livre est prévisible dès les premières pages.

Autre petite chose qui m'a gênée : le rapprochement très rapide entre Jon et Katherina : pour moi, c'est inapproprié et surtout pas crédible du tout vu la personnalité timide et effacé de Katherina... De plus, je ne trouve pas cette liaison utile à la suite.

 

L'idée est très originale et la dimension internationale que M. Birkegaard donne au roman est très intéressante : on pourrait presque croire que toutes les grands événements mondiaux sont planifiés par un petit comité très puissant, qui agissent seulement par la force de persuasion. Ce principe inédit donne une énorme importance à la lecture et aux livres, et prêche déjà des convertis, non ?

L'action est présente et le suspense plus ou moins fort selon les passages, l'intrigue est prenante.

 

 

En bref, c'est un premier roman prometteur mais il aurait pu être plus approfondi sur certains points. Les personnages sont très lisses et l'intrigue en devient moins surprenante que ce qu'elle promettait au départ... Le lecteur notera cependant les très beaux passages sur la lecture et les émotions qu'elle peut susciter, l'écriture y est poétique et juste.

 

 

 

Cette lecture me permet de participer au challenge des 170 idées d'Helran, n°26 : quelque chose que vous aimez.

http://img15.hostingpics.net/pics/258800challenge170ides.jpg

 

au challenge Lire en thème : Pouvoirs magiques

http://img4.hostingpics.net/thumbs/mini_813529lireentheme.jpg

 

et au challenge gourmand de Lecture-addict, le café : «Il mit la machine à café en route et entreprit son rituel matinal, douche, rasage, café, repassage de chemise, nœud de cravate et re-café.»

http://img15.hostingpics.net/pics/601573challengegourmand.png

 

 

 

Pour aller plus loin : La bibliographie de l'auteur

 

 

 

Fiche Babelio de l'auteur Site des éditions Fleuve noir

 

 

 

http://www.livraddict.com/images/logo_liv.jpg

 

http://www.nouslisons.fr/on/images/button150x60.png

 

 

 

Repost 0
13 septembre 2014 6 13 /09 /septembre /2014 07:00

Policier.

Version publiée en 2014,

aux éditions Presses de la Cité.

500 pages.

 

 

Il court vite, Jamal, très vite. A cause de sa prothèse à la jambe et autres coups du sort, il a un destin à rattraper et l'ambition de devenir le premier handicapé à réaliser l'une des courses d'endurance les plus ardues du monde, l'Ultra-Trail du Mont-Blanc. Parti s'entraîner, ce matin de février, sur la plus haute falaise d'Europe, il a d'abord remarqué l'écharpe rouge accrochée à une clôture ; puis la vision d'une femme, incroyablement belle, les yeux rivés aux siens, prête à sauter dans le vide. Ils sont seuls. Le temps est suspendu. Ultime recours, Jamal lui tend l'écharpe, mais la femme bascule. Quelques secondes plus tard, sur les galets glacés de la plage déserte, Jamal trouve le corps inerte de l'inconnue, un filet de sang qui s'échappe du crâne. A son cou, l'écharpe rouge.

Ceci est la version de Jamal. La vraie ?

 

http://img4.hostingpics.net/pics/916160noublierjamais.jpg

 

J'ai beaucoup entendu parler de Michel Bussi, souvent en des termes très élogieux, et il me fallait découvrir un de ses titres.

 

Le style est agréable et simple à lire, cela n'empêche pas à l'auteur de mettre du suspense tout au long du roman avec des chapitres assez courts et amenant toujours plus de questions sur l'intrigue.

 

Le point de vue unique de Jamal engendre forcément un élan de sympathie pour le personnage : on essaye de se convaincre qu'il est innocent mais cela devient de plus en plus compliqué à cause des différents indices qui s'accumulent...

Les autres personnages restent du coup plus en retrait même si l'histoire d'amour avec Mona est mignonne et donne envie d'y croire !

 

Le déroulement de l'intrigue m'a rappelé Shutter Island de D. Lehane : le lecteur est plongé dans une intrigue qui va se révéler à l'opposé de ce que l'on pensait jusque là.

Au milieu du roman, j'ai cru avoir compris le dénouement et j'ai été bluffé par les retournements de situation et par la dimension que prend l'intrigue, simple aux premiers abords.

Le dénouement a donc été une grosse surprise pour moi et j'ai trouvél'idée bien exploitée et plutôt originale : la fin est réellement surprenante car tous les détails semés au fil des pages sont reliés et l'auteur montre enfin toute la cruauté et l'envie de vengeance qu'une personne peut contenir pendant des années.

Cependant, je suis passée à côté du coup de cœur à cause de deux petites pages, les deux dernières. Si M. Bussi nous avait laissé avec le dénouement final de l'enquête, j'aurais été conquise. Malheureusement, l'auteur a choisi de boucler son roman avec un rappel de l'histoire d'amour qui m'a déçu : c'est trop fleur bleue pour moi et surtout trop attendu... C'est dommage de « gâcher » une intrigue aussi riche que celle-ci avec une happy end dont le lecteur n'avait pas besoin pour conclure l'histoire...

 

 

En bref, si je suis déçue par l'épilogue cliché sans réel intérêt pour l'intrigue j'ai été conquise par l'histoire, les personnages et le style de l'auteur. C'est un quasi carton plein et le coup de cœur n'était vraiment pas loin !

Michel Bussi nous montre que les romans psychologiques bien menés sont également à la portée des auteurs français et pour le coup, c'est vraiment réussi.

 

 

 

Cette lecture me permet de participer à la LC organisée par Mimigogotte,

au challenge des 170 idées d'Helran, n°89 : quelque chose dans le vent.

http://img15.hostingpics.net/pics/258800challenge170ides.jpg

et au challenge gourmand de Lecture-addict, le café : «Les collègues de l'Institut Saint Antoine, presque uniquement des femmes, infirmières, éducatrices et psychothérapeutes, serraient leurs doigts gelés sur des gobelets de thé ou de café.»

http://img15.hostingpics.net/pics/601573challengegourmand.png

 

Du même auteur, sur le blog :

Nymphéas noirs

 

Pour aller plus loin : La bibliographie de l'auteur 

 

 

 

Site de l'auteur Site des éditions Presses de la Cité

 

 

 

http://www.livraddict.com/images/logo_liv.jpg

 

 

 

Repost 0
7 septembre 2014 7 07 /09 /septembre /2014 08:53

Tome 1.

 

Fantastique.

Version publiée en 2011,

aux éditions Orbit.

517 pages.

 

Diana Bishop est la dernière d'une longue lignée de sorcières, mais elle a renoncé depuis longtemps à son héritage familial pour privilégier ses recherches universitaires, une vie simple et ordinaire. Jusqu'au jour où elle emprunte un manuscrit alchimique : L'Ashmole 782. Elle ignore alors qu'elle vient de réveiller un ancien et terrible secret, et que tous - démons, sorcières et vampires - le convoitent ardemment. Parmi eux, Matthew Clairmont, un vampire aussi redoutable qu'énigmatique. Un tueur, lui a-t-on dit. Diana se retrouve très vite au cœur de la tourmente, entre un manuscrit maudit et un amour impossible.

 

http://img15.hostingpics.net/pics/958712lelivreperdudessortileges.jpg

 

Dans ma wish-list depuis un moment, c'est une LC qui m'a décidé ! Une grosse surprise pour moi, sur plusieurs points.

 

Premier point, le style de l'auteur.

Je m'attendais à un livre plutôt axé jeunesse, avec un style d'écriture assez simple... et bien, pas du tout ! Ce livre est très dense, en actions comme en descriptions !

L'auteure se concentre énormément sur les détails des lieux, la personnalité des personnages : un premier bon point pour ce livre puisque les personnages sont de plus en plus nombreux au fil de l'histoire et que l'on voyage pas mal entre Angleterre, France et USA.

 

Deuxième point, les personnages.

J'ai eu très peur lorsque je me suis rendue compte que Matthew, un vampire, allait être au centre de l'histoire : tout d'abord parce que les vampires ne sont pas mes créatures préférées et surtout car j'ai remarqué que pour beaucoup d'auteurs vampire s'associe à sexe et opulence... Autant vous dire que moi, je ne suis pas fan du tout !

Et là, grosse surprise, Matthew est en réalité un vampire calme et très posé, qui se sert de son (long) vécu pour avancer et évaluer les différentes situations.

Pour D. Harkness, les créatures les plus indécentes seraient les démons, et encore ça reste relativement soft puisqu'on ne les croise que rarement dans ce roman.

Le côté sorcière m'a également bien plu même si parfois, Diana m'a un peu énervé : c'est le personnage type qui ne veut pas se servir de ses pouvoirs et qui ne veut pas comprendre l'enjeu de l'histoire... C'est un truc qui a le don de m'agacer car on passe le plus clair du temps dans ce livre a lui seriner que « PUT*IN, t'as des pouvoirs alors sers toi en !! » !

 

Troisième point qui m'a surpris, l'intrigue.

Je m'attendais à une réelle enquête autour de l'Ashmole 782, soit le livre perdu des sortilèges (soit le titre du livre et de la saga quoi!). Finalement, ce grimoire n'est qu'un prétexte pour permettre à l'auteure de développer une histoire d'amour impossible, à la Roméo et Juliette version pouvoirs magiques et créatures diverses...

Je ne pense pas que les tomes suivants soient indispensables, même s'il reste pas mal de questions en suspens, notamment sur le livre... Je pense quand même qu'à l'occasion je me pencherais sur le tome 2.

 

 

En bref, une lecture qui m'a énormément surprise ! Je m'attendais à aimer l'intrigue sur le livre et ne pas trop apprécier les personnages. Je me retrouve à adorer l'histoire d'amour et les personnages, ainsi que les enjeux de cette relation, même si je déplore un peu le manque de détails sur l'Ashmole 782... J'ai enfin trouvé des vampires qui me plaisent dans leurs personnalités, et ça c'est pas rien !

 

 

 

Cette lecture me permet de participer à la LC organisée par Vivivamp,

 

au challenge des 170 idées d'Helran, n°29 : quelque chose d'architectural (l'image de fond).

http://img15.hostingpics.net/pics/258800challenge170ides.jpg

 

et au challenge gourmand de Lecture-addict, le café : «Ils jouaient pourtant encore à l'aube, quand Jordan apporta le café pour Hamish et un flacon de porto pour Matthew.»

http://img15.hostingpics.net/pics/601573challengegourmand.png

 

 

 

Du même auteur, sur le blog : 

- Le livre perdu des sortilèges, tome 2 : L'école de la nuit

 

 

 

Pour aller plus loin : La bibliographie de l'auteur Les autres tomes de la saga 

 

 

 

Site de l'auteur Site des éditions Orbit

 

 

 

http://www.livraddict.com/images/logo_liv.jpg

 

http://www.nouslisons.fr/on/images/button150x60.png

 

 

 

 

Repost 0
11 août 2014 1 11 /08 /août /2014 18:30

Thriller.

Version publiée en 2010,

aux éditions Pocket.

92 pages.

 

Harlem Est. 18 novembre. 8h28.
Ils sont tous là, dans le hall de l'entrée du lycée. Plus que quelques minutes avant le début des cours. Parmi les élèves, un adolescent prépare son arme. Le carnage peut commencer...
Quand l'inspecteur Lamar Gallineo arrive sur les lieux, c'est pour découvrir le cadavre du tueur qui a retourné son arme contre lui. L'affaire dépasse rapidement le fait divers : de nouvelles tueries ont lieu dans d'autres établissements.
Lamar doit à tout prix enrayer cette macabre épidémie. Mais les apparences sont trompeuses. Toujours.


http://img15.hostingpics.net/pics/702676carnageschattam.jpg

 

Maxime Chattam était devenu un de mes auteurs favoris suite à la Trilogie du Mal... Depuis je n'avais pas retenté l'expérience, et c'est bien dommage car c'est encore une fois une réussite !

 

J'ai adoré retrouver le style particulier de l'auteur : précis, efficace et documenté.

On sent les heures de recherche de faits divers et de leurs explications afin de nous offrir une histoire digne de ce nom, complète et sans faille.

La noirceur que l'on a l'habitude de croiser dans ses romans est présente, peut-être un peu moins mise en avant à cause du petit nombre de pages.

 

Les personnages sont nombreux mais les principaux, notamment l'inspecteur Gallineo sont exploités à la mode Chattam : ni tout blanc, ni tout noir, chaque personnalité a sa part d'ombre plus ou moins cachée.

 

L'explication de l'intrigue est bien trouvée et surprenante, loin de ce que j'aurais pu imaginé au départ.

Le suspense est présent tout au long des 90 pages et tient en haleine jusqu'au dénouement.

Vous savez désormais que la nouvelle n'est pas un genre qui m'attire mais plutôt me frustre : ici, j'ai eu une histoire pleine d'action avec un dénouement qui apporte toutes les réponses et ne laisse aucun point de suspension à l'enquête.

 

 

En bref, une très bonne nouvelle qui m'a permis de renouer avec M. Chattam mais qui pourrait permettre à d'autres de le découvrir. Une bonne intrigue, un rythme soutenu et du suspense : tout ce qu'il faut pour passer un bon moment, dommage que ce soit si court !

 

 

 

Cette lecture me permet de participer au challenge Lire en thème : petits livres,

http://img4.hostingpics.net/thumbs/mini_813529lireentheme.jpg

 

et au challenge gourmand de Lecture-addict, le café : «Lorsqu'il arriva à son bureau avec deux gobelets de café chaud, Doris n'était pas dans le sien.»

http://img15.hostingpics.net/pics/601573challengegourmand.png

 

 

 

Du même auteur, sur le blog :

 

 

 

Pour aller plus loin : La bibliographie de l'auteur 

 

 

 

Site de l'auteur Site des éditions Pocket 

 

 

 

http://www.livraddict.com/images/logo_liv.jpg

 

 

 


Repost 0
7 août 2014 4 07 /08 /août /2014 14:37

Thriller.

Version publiée en 2013,

aux éditions Pocket.

159 pages.

 

Quelques meubles minables. Une odeur infecte. Aux murs, des miroirs, et encore des miroirs. Ici, il y a vingt ans, John Grady a tué quatre enfants. Ce n'est plus une maison, c'est un tombeau.
Et quelque chose y demeure, qui ne demande qu'à ressurgir. Chargé de surveiller cet endroit sinistre, Charlie Parker scrute les ombres... Il n'est pas seul : dehors, un homme étrange attend de recouvrir une dette. Le « Collectionneur ».
Et si le pire était à chercher de l'autre côté des miroirs ?

 

http://img15.hostingpics.net/pics/212554Lamaisondesmiroirsconnolly.jpg

 

Pocket a eu la bonne idée de sotir des nouvelles inédites de quelques auteurs... Je les ai quasiment toutes achetées, surtout pour pouvoir découvrir les auteurs avec un petit aperçu de leur écriture.

Ici, j'ai découvert J. Connolly mais également son personnage phare Charlie Parker, à qui il a dédié 9 romans déjà.

 

Le style de l'auteur est très agréable et me rappelle S. King. Il a le pouvoir de nous faire découvrir des personnages secondaires, parfois qui n'apparaîtront qu'un court instant dans son récit, avec des anecdotes et des moments clés de leurs vies. C'est une façon de faire que j'aime beaucoup car on se sent réellement intégré dans leurs histoires, et les passages sont souvent amusants.

Ce petit livre de 160 pages se lit facilement néanmoins le début est un peu long : la mise en place prend du temps. Autant c'est un style que j'apprécie, autant dans une nouvelle ce n'est pas forcément une bonne idée vu le temps et le nombre de pages que cette introduction utilise.

 

Les personnages sont mis en retrait par l'auteur, le récit est réellement centré sur la maison et son atmosphère. Charlie Parker et les différents protagonistes qui vont l'aider dans cette enquête sont plutôt fades et transparents par rapport à l'importance que Connolly donne à la cabane et ses miroirs...

Cependant, on trouve un personnage principal abîmé mais déterminé. L'auteur ne revient pas sur le deuil de Charlie, apparemment son passé est exploité dans le premier tome de ses enquêtes Tout ce qui meurt.

Le criminel est mystérieux, même mort il continue à faire parler de lui mais on sent que sa personnalité n'a pas été complètement comprise lors de l'enquête.

 

L'enquête est bien menée et le côté fantastique apporte une grande part de mystère et de suspense. La mise en avant des miroirs et de leur signification est très intéressante.

Malheureusement, j'ai eu quelques problèmes pour trouver le rôle de certains personnages, notamment celui du Collectionneur, qui à mon avis n'était pas indispensable...

L'intrigue est courte et le dénouement rapide, d'autant plus qu'une bonne première partie n'est pas reliée directement au mystère.

Vous savez que j'ai beaucoup de mal avec les nouvelles et ce que le petit nombre de pages implique dans la rapidité des actions et des révélations...

 

 

En bref, j'ai aimé découvrir le style de J. Connolly et son personnage Charlie Parker même s'il est assez effacé dans cette enquête. Le mystère de la maison et de ses miroirs est très intrigant et amène beaucoup de suspense malgré un début trop lent et une mise en place trop longue pour une nouvelle.

 

 

 

Cette lecture me permet de participer au challenge des 170 idées d'Helran, n°166 : une maison.

http://img15.hostingpics.net/pics/258800challenge170ides.jpg

 

au challenge Lire en thème : petits livres.

http://img4.hostingpics.net/thumbs/mini_813529lireentheme.jpg

 

et au challenge gourmand de Lecture-addict, le café : «- En fonction de la qualité du café préparé par d'autres.»

http://img15.hostingpics.net/pics/601573challengegourmand.png

 

 

 

Pour aller plus loin : La bibliographie de l'auteur – Les tomes de la saga Charlie Parker 

 

 

 

Site de l'auteur Site des éditions Pocket 

 

 

 

http://www.livraddict.com/images/logo_liv.jpg

 

http://www.nouslisons.fr/on/images/button150x60.png

 

 

 

Repost 0

  • : Riz-Deux-ZzZ
  • Riz-Deux-ZzZ
  • : On ne devrait lire que les livres qui nous piquent et nous mordent. Si le livre que nous lisons ne nous réveille pas d'un coup de poing sur le crâne, à quoi bon le lire ? [Franz Kafka]
  • Contact

En Cours...

Glacé de B. Minier

 

 

LC prévues...

17.01 -> La délicatesse de D. Foenkinos

24.01 -> Les mères de S. Hayes

 

28.02 -> L'assassin royal, tome 3 : La nef du crépuscule de R. Hobb

L'épreuve, tome 1 : Le labyrinthe de J. Dashner

 


Rechercher

Instagram

Youtube

Facebook