Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 août 2014 1 04 /08 /août /2014 12:38

Les aventures d'Alex Rider, tome 1.

 

Policier Jeunesse.

Version publiée en 2003,

aux éditions LGF Jeunesse.

215 pages.

 

Suite à la mort de son oncle et unique parent, Alex Rider, quatorze ans, voit son existence tranquille de collégien londonien complètement bouleversée : il est enrôlé, contre son gré, par le MI 6, les services secrets britanniques. Sa première mission : découvrir ce qui se cache derrière le Stormbreaker, un nouvel ordinateur ultra-puissant.

 

http://img11.hostingpics.net/pics/492854stormbreaker.jpg

 

J'ai découvert l'auteur avec La maison de soie qui me tente beaucoup (mais que je n'ai pas encore lu), j'ai commencé par le découvrir avec un roman jeunesse, pas mon genre de prédilection vous le savez mais pourquoi pas... Malheureusement, ce côté jeunesse m'a déçu.

 

Le style d'A. Horowitz est très agréable à lire, la lecture reste accessible aux plus jeunes tout en utilisant des tournures de phrases, un style et un vocabulaire qui n'ennuient pas les adultes. L'édition a également choisi de mettre des commentaires en bas de pages pour les mots pouvant amener des difficultés aux enfants.

 

Dans ce premier tome des aventures de l'adolescent Alex Rider pose les bases : son oncle est mort en laissant pas mal de secrets derrière lui, notamment son véritable métier. Cependant, ce passage est très rapide et Alex se retrouve très vite dans l'action et apprend rapidement les réelles activités de son seul parent, maintenant décédé.

C'est là que le côté jeunesse me dérange : les explications arrivent très vite et les difficultés se résolvent d'un claquement de doigt...

Alex Rider n'a que 14 ans et est censé être un ado normal mais l'auteur lui fait subir des moments dignes de James Bond (déjà pas vraiment crédibles lorsque le personnage est adulte...).

C'est dommage car tout au long du roman, le personnage principal passe les épreuves les unes après les autres avec une facilité déconcertante et sans aucune aide extérieure, c'est trop facile, pas crédible, ennuyant et finalement agaçant !

 

L'intrigue et l'enquête en elles-mêmes sont intéressantes et très originales : le mystère Stormbreaker est bien trouvé et aurait pu faire l'objet d'un policier adulte (et à mon avis, ça m'aurait beaucoup plus plu!).

Même si je me suis doutée très rapidement de l'explication finale, le suspense est présent jusqu'au dénouement car certains détails restent assez flous.

 

 

En bref, si l'enquête de fond est intéressante et originale, les péripéties du personnage principal sont trop faciles et trop rapidement résolues pour moi. Les 11-13 ans fans de James Bond apprécieront, les adultes s’ennuieront rapidement je pense.

 

 

 

Cette lecture me permet de participer au challenge des 170 idées d'Helran, n°64 : un objet que l'on trouve dans la nature (le sous-marin).

http://img15.hostingpics.net/pics/258800challenge170ides.jpg

 

à la première session de L'étagère magique : Un bouquin aux propriétés célestes (ce qui se trouve dans le ciel).

http://img11.hostingpics.net/pics/483764ltagremagique.jpg

 

 

 

Pour aller plus loin : La bibliographie de l'auteur – Les autres tomes de la saga

 

 

 

Site de l'auteur Site des éditions LGF Jeunesse

 

 

 

http://www.livraddict.com/images/logo_liv.jpg

 

http://www.nouslisons.fr/on/images/button150x60.png

 

 

 

Partager cet article
Repost0
12 juillet 2014 6 12 /07 /juillet /2014 19:52

Drame, Développement personnel.

Version publiée en 2014,

aux éditions J'ai Lu.

329 pages.

 

La jeune Missy, cadette de la famille Allen Phillips, se fait kidnapper par une journée de vacances en famille qui s'annonçait merveilleuse. Sa petite robe rouge couverte de sang est retrouvée dans un vieux shack abandonné de l'Oregon. Terrassé et convaincu qu'elle a été assassinée, son père Mack passe alors quatre années pénibles à pleurer sa souffrance et à prier Dieu. Puis il reçoit une étrange invitation : Dieu lui-même lui donne rendez-vous au shack. Tourmenté et intrigué, Mack se rend à l'endroit indiqué, non sans crainte de remettre les pieds dans ce lieu maudit. Dans un monde cruel où il est si difficile d'imaginer que l'on est protégé par une puissance divine, Mack découvrira enfin la vérité sur l'au-delà et sur sa propre existence, ce qui le changera à jamais...

 

http://img4.hostingpics.net/pics/714935Lacabaneoulatragedieseconfrontealeternite.jpg

 

J'étais attirée par le synopsis de policier mais j'ai été surprise de découvrir un côté développement personnel religieux à la réception, thème qui ne m'intéresse pas...

 

Le style est simple et très accessible, on pouvait s'y attendre dans ce genre d'essai religieux qui se veut ouvert au plus grand nombre.

Malheureusement, j'ai relevé quelques répétitions tout au long du roman, ainsi que quelques longueurs.

Cependant, la mise en page est très aérée et permet une lecture rapide.

 

Contre toute attente, j'ai été touchée par le personnage principal Mack, notamment à la fin du roman lorsque la vérité sur la disparition de sa fille est révélée et qu'on sent le soulagement du père qui sait enfin ce qui est arrivé à son enfant.

Comme le discours religieux ne m'atteint pas, la majeure partie du roman ne m'a pas intéressée : je pense que ce texte peut réellement permettre à des lecteurs de se remettre en question et d'explorer un peu certaines thématiques comme l'amour et le pardon.

 

Je me suis vraiment intéressée à la partie enquête : c'est assez bien travaillé et la personnalité du criminel est approfondie, j'ai d'ailleurs été surprise par autant de profondeur pour cet aspect plutôt secondaire dans ce roman.

La partie plus religieuse est à mon goût trop répétitive, les mêmes thèmes reviennent plusieurs fois et malgré que les différents personnages soient très différents ils finissent toujours à la même conclusion... J'aurais peut-être aimé un peu plus d'ouverture d'esprit et plusieurs points de vue.

 

 

 

En bref, l'enquête en elle-même pour laquelle j'avais choisi ce roman m'a surprise par son côté très travaillé et approfondi. Malheureusement, le développement personnel ne m'a pas intéressé et j'ai regretté quelques répétitions et le manque de points de vue pour les questions évoquées.

 

 

 

Cette lecture m'a permis de participer à la Masse Critique Babelio,

http://img4.hostingpics.net/pics/499644massecritique.jpg

 

au challenge des 170 idées d'Helran, n°15 : un arbre ou plusieurs.

http://img15.hostingpics.net/pics/258800challenge170ides.jpg

 

au challenge Jacques a dit : Livre en référence avec le titre d'une chanson (Ma cabane au Canada)

http://img11.hostingpics.net/pics/306180ChallengeJacquesadit.jpg

 

au challenge Lire en thème : couleur bleue.

http://img4.hostingpics.net/pics/657700lireentheme15maijuin.jpg

 

et au challenge gourmand de Lecture-addict, le café : « L'arôme pénétrant et attirant du café attira son regard vers la tasse fumante sur la petite table à côté de la porte. »

http://img15.hostingpics.net/pics/601573challengegourmand.png

 

 

 

Pour aller plus loin : La bibliographie de l'auteur 

 

 

 

Site de l'auteur Site des éditions J'ai Lu

 

 

 

http://www.livraddict.com/images/logo_liv.jpg

 

 

 

Partager cet article
Repost0
10 juillet 2014 4 10 /07 /juillet /2014 20:29

Classique.

Version publiée en 2009,

aux éditions LGF (Les Classiques de Poche).

539 pages.

 

Jane Eyre est pauvre, orpheline, pas très jolie. Pourtant, grâce à sa seule force de caractère, et sans faillir à ses principes, elle parviendra à faire sa place dans la société rigide de l'Angleterre victorienne et à trouver l'amour... Une héroïne qui surmonte les épreuves sans perdre foie en son avenir, une intrigue où se succède mystères et coups de théâtre, une passion amoureuse qui défie tous les obstacles : le plaisir de lire Jane Eyre est toujours aussi vif. Comme elle, on veut croire que rien n'est écrit d'avance et que la vie réserve des bonheurs imprévus.

 

http://img4.hostingpics.net/pics/570993janeeyre.jpg

 

Je suis contente (et très fière) d'avoir lu un classique de l'époque victorienne ! Assez surprise, j'en garderais un très bon souvenir et compte bien découvrir plus de récits de ce genre.

 

Surprise donc par le style de C. Brontë et la facilité de lecture de ce classique de plus de 500 pages ! Malgré les nombreuses descriptions qui font le charme de ce genre, les pages se tournent très facilement et la lecture est vraiment fluide.

Le récit est très accessible et m'a semblé assez actuel dans le vocabulaire : certains classiques peuvent paraître assez compliqué à cause de structures de phrases complexes et de mots assez désuets... Ici, j'ai trouvé la compréhension facile et abordable pour les plus jeunes (collège).

 

J'ai lu plusieurs autres chroniques et le personnage principal masculin Mr Rochester revient très souvent comme le personnage favori de ce livre...

Personnellement, j'ai été plus touchée et conquise par Jane, sa force de caractère et son courage dans les différentes épreuves qu'elle endure tout au long de sa vie.

Mr Rochester est sympathique et attachant par son côté bourru mais je ne le retiendrais pas comme le personnage fort de ce roman.

Ce sentiment vient peut-être du fait que l'unique point de vue du roman est celui de Jane et que l'auteur choisit de nous emporter dans sa vie de sa petite enfance jusqu'à l'âge adulte. On la suit dans sa succession d'abandons et de situations difficiles : en réalité, elle m'a rappelé Jeanne dans Une vie de G. de Maupassant...

 

Idem pour l'intrigue en elle-même, assez proche de celle de Maupassant : on découvre la vie d'une jeune femme à l'époque victorienne, les épreuves et les difficultés qu'elle peut subir tout au long de son enfance puis lorsqu'elle devient une femme avec la question de l'amour et de la relation homme/femme de cette époque.

On ressent bien le décalage entre les différents niveaux de vie et le respect que les « gens du peuple » avait pour les personnes plus fortunées.

C. Brontë nous offre également une petite intrigue, résolue vers la moitié du roman mais qui amène un peu de suspense, ce qui renforce encore plus le côté très accessible de cette histoire. Le lecteur ne reste pas contemplatif devant la vie de Jane Eyre mais essaye de comprendre qui est réellement la femme du 3ème étage de la maison Rochester et pourquoi tout le monde la craint tant.

 

 

En bref, je suis ravie d'avoir découvert cette auteur ainsi que son histoire riche, bien travaillée mais tout de même accessible à tous. C. Brontë a réussi à nous raconter la vie riche en difficultés d'une femme touchante tout en nous expliquant les us et coutumes de l'époque victorienne et surtout, en nous évitant une histoire d'amour trop fleur bleue.

 

 

 

Cette lecture me permet de participer à la LC organisée par Nnyl,

 

au challenge des 170 idées d'Helran, n°120 : des pierres.

http://img15.hostingpics.net/pics/258800challenge170ides.jpg

 

 

et au challenge gourmand de Lecture-addict, le café : «Peu après cinq heures, on nous servit un autre repas composé d'un petit bol de café et d'une demi-tranche de pain bis. »

http://img15.hostingpics.net/pics/601573challengegourmand.png

 

 

 

Pour aller plus loin : La bibliographie de l'auteur

 

 

 

Fiche Babelio de l'auteur Site des éditions LGF

 

 

 

http://www.livraddict.com/images/logo_liv.jpg

 

 

 

Partager cet article
Repost0
26 mai 2014 1 26 /05 /mai /2014 15:07

Les enquêtes du Département V : tome 1.

 

Thriller.

Version publiée en 2011,

aux éditions Albin Michel.

489 pages.

 

Pourquoi Merete Lyyngaard croupit-elle dans une cage depuis des années ? Pour quelle raison ses bourreaux s'acharnent-ils sur la jeune femme ? Cinq ans auparavant, la soudaine disparition de celle qui incarnait l'avenir politique du Danemark avait fait couler beaucoup d'encres. Mais, faute d'indices, la police avait classé l'affaire. Jusqu'à l'intervention des improbables Carl Morck et Hafez el Assad du Département V, un flic sur la touche et son assistant d'origine syrienne. Pour eux, pas de cold case ... 

 

http://img4.hostingpics.net/pics/397255misericordeadlerolsen.jpg

 

J'avais hâte de lire cet auteur pour lequel je n'entendais que du bien... Et c'est une très belle découverte !

 

Le style est très agréable et fluide. Les descriptions sont assez présentes mais jamais ennuyantes, plutôt très utiles à l'histoire.

L'auteur choisit dans ce roman de décrire deux époques différentes en alternance : on ne s'y perd jamais et chaque chapitre est clair et l'époque définie.

 

Peu de personnages sont mis en scène dans ce roman, ce qui permet de se concentrer pleinement sur les enquêteurs principaux ainsi que sur la vie de la victime et de son entourage.

J. Adler-Olsen privilégie donc ses personnages principaux et les exploite à fond : les deux enquêteurs Carl et Assad sont très travaillés, pas exceptionnels mais leur duo apportent une touche d'originalité qui fonctionne parfaitement.

 

L'intrigue en elle-même est assez originale.

L'auteur a choisi d'écrire ses enquêtes à la façon « cold-case ». Carl est chargé de ré-ouvrir des affaires classées et d'essayer, si possible, de trouver un coupable. La grande partie du roman est donc centrée sur la découverte de l'enquête, de ses rapports et des anciens indices, plus ou moins exploités.

L'action n'arrive qu'à la fin, pour le dénouement. Cependant, le suspense est là dès le départ : le lecteur découvre petit à petit que l'enquête de l'époque n'a pas été aussi creusée qu'elle aurait pu/dû être... C'est également une totale découverte pour Carl.

Le dénouement final est bien écrit et seul le happy end m'a déçu.

J'ai néanmoins beaucoup aimé l'intrigue, originale et surprenante : des détails supplémentaires ne m'auraient pas dérangé par contre.

 

 

En bref, une très bonne lecture grâce à un style agréable, un duo d'enquêteurs qui fonctionne très bien et une intrigue originale et bien menée. J'aurais préféré une fin moins heureuse et plus d'explications sur certains points (dont je ne peux parler sans TOUT spoiler...) mais de façon générale c'est un thriller très réussi ! J'ai hâte de découvrir les prochaines enquêtes de Carl et Assad.

 

 

 

Cette lecture me permet de participer à la LC organisée par Flo,

 

au challenge des 170 idées d'Helran, n°133 : une chaîne.

http://img15.hostingpics.net/pics/258800challenge170ides.jpg

 

et au challenge gourmand de Lecture-addict, le café : «Il souleva son vieux mug fêlé sur lequel figurait l'effigie de Sherlock Holmes et but une gorgée de son café froid [...].»

http://img15.hostingpics.net/pics/601573challengegourmand.png

 

 

 

Pour aller plus loin : La bibliographie de l'auteur – Les autres tomes de la saga

 

 

 

Fiche Babelio de l'auteur Site des éditions Albin Michel

 

 

 

http://www.livraddict.com/images/logo_liv.jpg

 

http://www.nouslisons.fr/on/images/button150x60.png

 

 

 

Partager cet article
Repost0
25 mai 2014 7 25 /05 /mai /2014 09:47

Le cycle d'Avalon, tome 2 : Les brumes d'Avalon.

 

Fantasy.

Version publiée en 1997,

aux éditions Pygmalion.

411 pages.

 

La légende du roi Arthur et des chevaliers de la Table ronde n'avait, depuis longtemps, inspiré un roman d'une telle envergure, d'un pareil souffle. Merlin l'Enchanteur, Arthur et son invincible épée, Lancelot du Lac et ses vaillants compagnons, tous sont présents mais ce sont ici les femmes qui tiennent les premiers rôles: Viviane, la Dame du Lac, Ygerne, duchesse de Cornouailles et mère d'Arthur, son épouse Guenièvre, Morgane la fée, soeur et amante du grand roi... Cette épopée envoûtante relate la lutte sans merci de deux mondes inconciliables, celui des druides et des anciennes croyances défendant désespérément un paradis perdu et celui de la nouvelle religion chrétienne supplantant peu à peu rites et mystères enracinés au coeur de la Grande-Bretagne avant qu'elle ne devienne l'Angleterre.

 

http://img4.hostingpics.net/pics/808265cycledavalontome2bradley.jpg

 

Le premier tome m'avait plutôt bien plus grâce à l'originalité du point de vue uniquement féminin choisi par l'auteur.

Le tome 2 continue sur la lancée de la légende arthurienne et reste assez fidèle au tome 1.

 

Le style est toujours très travaillé, et la lecture n'en est toujours pas accélérée mais, encore une fois, je pense que c'est un parti pris de l'auteur qui a misé sur la poésie de l'ambiance et de la légende.

Avalon est un endroit magique, à part du monde et je pense qu'une écriture « basique » n'aurait pas rendu justice au lieu.

 

On retrouve les mêmes personnages que dans le premier tome et malheureusement, Guenièvre ne m'a toujours pas convaincue...

Elle prône le christianisme et la pureté de cette religion, alors qu'elle a pas mal de choses à se reprocher. De même, elle veut que tout le monde autour d'elle se convertisse et comprenne que cette religion est la plus importante mais elle-même ne fait aucun effort pour ouvrir les yeux sur la religion d'Avalon. Elle est bornée et totalement intolérante, et ça m'énerve au plus haut point !

J'ai, par contre, trouvé que M. Bradley nous rapprochait un peu plus des personnages masculins en développant légèrement les sentiments d'Arthur et Lancelot, ainsi qu'en centrant l'intrigue sur l'arrivée de Gwydion à la Table Ronde.

 

L'intrigue est la suite proche de la fin du premier tome et enchaîne sur le règne d'Arthur et les aventures de Lancelot.

La fin aurait pu, pour moi, être le point final de la saga : pas mal de personnages que l'on a découvert au début du tome 1 ont maintenant bien vieilli et ont quasiment achevé leurs missions.

Cependant, l'auteur laisse entendre au lecteur que la génération suivante a bien l'intention de reprendre le flambeau... A voir.

 

 

En bref, le style poétique et lent du premier tome est toujours là, tandis que l'auteur s'ouvre un peu plus sur les personnages masculins principaux. L'intrigue avance bien, si bien que la fin de ce tome est pour moi la fin de la génération Morgane/Arthur... J'attends de voir ce que la génération suivante nous promet dans le tome 3 !

 

 

 

Cette lecture me permet de participer à la LC organisée par Guenièvre,

 

au challenge des 170 idées d'Helran, n°126 : des oiseaux.

http://img15.hostingpics.net/pics/258800challenge170ides.jpg

 

 

Du même auteur, sur le blog :

- Le cycle d'Avalon, tome 1 : Les dames du lac

 

 

 

Pour aller plus loin : La bibliographie de l'auteurLes autres tomes de la saga 

 

 

 

Fiche Babelio de l'auteur Site des éditions Flammarion (Pygmalion)

 

 

 

http://www.livraddict.com/images/logo_liv.jpg

 

 

 


Partager cet article
Repost0
21 avril 2014 1 21 /04 /avril /2014 12:08

Thriller.

Version publiée en 2009,

aux éditions LGF.

309 pages.

 

Josy, la fille du psychanalyste Viktor Larenz, souffre d'une maladie inconnue et disparaît mystérieusement. Quatre ans ont passé, Larenz s'est retiré sur une île au nord de l'Allemagne et reçoit la visite d'une romancière qui souffre d'une forme rare de schizophrénie : les personnages qu'elle invente prennent vie et son dernier roman ressemble étrangement à l'histoire de Josy... 

 

http://img11.hostingpics.net/pics/753686thrapiefitzek.jpg

 

Un tout nouvel auteur de thriller qui encense la blogo... il fallait que je me penche un peu plus sur la question !

 

La plume de S. Fitzek est fluide et efficace. Les chapitres sont très courts et le suspense présent tout au long de la lecture.

On sent dés le départ que l'auteur va nous plonger dans un roman psychologique où il veut nous perdre, c'est exactement le genre de lecture que j'aime !

 

Les personnages sont très difficiles à cerner : le lecteur ne sait pas s'il est dans la vérité ou dans le faux, dans le présent ou le passé...

Je me suis sentie très déstabilisée durant tout le roman, on sent qu'il y a un problème mais impossible de mettre le doigt dessus.

Anna, la romancière semble très dérangée et rajoute une part de mystère au récit déjà assez flou.

 

L'intrigue est très originale et complexe. Les romans psychologiques sont souvent construits de la même façon mais ici l'auteur sait mettre sa touche personnelle pour happer le lecteur.

Malheureusement, le dénouement m'a laissé perplexe : la fin n'est pas vraiment une fin dans le sens où toutes les explications ne nous sont pas données... Ce que je trouve dommage pour un thriller psychologique qui s'appuie sur des détails et des subtilités. 

J'aurais aimé que l'auteur développe un peu plus les dernières pages, pour que j'ai le coup de cœur auquel je m'attendais au départ. 

Cependant, l'intrigue est riche et on sent un vrai travail de l'auteur sur tout le roman. 

 

 

En bref, un bon premier thriller, psychologique qui plus est. Néanmoins, il m'a manqué une fin détaillée par rapport aux nombreux mystères que S. Fitzek inclut au fil des pages... Il laisse le lecteur à ses propres conclusions, malgré un vrai travail sur les relations entre les personnages.

 

 

 

Cette lecture me permet de participer à la LC organisée par Stephanie.

 

et au challenge des 170 idées d'Helran, n°6 : objet d'enfance.

http://img15.hostingpics.net/pics/258800challenge170ides.jpg

 

 

 

Pour aller plus loin : La bibliographie de l'auteur 

 

 

 

Fiche Babelio de l'auteurSite des éditions LGF 

 

 

 

http://www.livraddict.com/images/logo_liv.jpg

 

 

 

Partager cet article
Repost0
8 avril 2014 2 08 /04 /avril /2014 18:47

Saga Elixir, tome 1.

 

Jeunesse Fantastique.

Version publiée en 2011,

aux éditions Michel Lafon.

325 pages.

 

Alors qu’il enquêtait sur un mystérieux élixir, le père de Clea disparaît soudainement. Anéantie, la jeune fille se réfugie dans une passion qui l’anime depuis toujours : la photographie.
Quand elle rentre du carnaval de Rio avec son meilleur ami, elle fait une inquiétante découverte : les photos qu’elle prend depuis son plus jeune âge laissent apparaître la silhouette d’un étrange inconnu.
Le jour où le destin l’amène à croiser le chemin de ce jeune homme, elle est troublée par la puissante attirance qu’elle ressent pour lui. Ensemble, ils décident de lever le voile sur la disparition du père de Clea, tentant de percer le secret, vieux de plusieurs siècles, de leurs liens si intenses…
Pris au piège dans un dangereux triangle amoureux, ils sont condamnés à parcourir le temps pour démêler les zones obscures de leur passé, sauver leurs vies présentes… et futures.

 

http://img15.hostingpics.net/pics/298831elixir.jpg

 

La couverture est magnifique, et il faut le dire, je m'attarde souvent sur des choses futiles. Le synopsis semblait sympa mais malheureusement, il m'a manqué quelque chose...

 

L'écriture est agréable et fluide, peut-être un peu jeunesse malgré les passages assez chauds dans les rêves de Cléa... (C'est pas non plus 50 nuances de Grey mais pour un livre qui est classé dans les lectures « 9-13ans » sur certains sites, c'est limite...)

Les 300 pages se tournent vite, la mise en page et l'épaisseur des feuilles y sont pour beaucoup aussi.

 

J'ai eu un peu de mal avec les personnages : ils sont sympathiques et agréables à suivre mais leurs personnalités restent très superficielles.

Je n'ai toujours pas compris qui était réellement Ben, dans quel but il avait été embauché par la mère de Cléa...

 

L'intrigue est bien trouvée mais comme les personnages, elle n'est pas assez fouillée à mon goût... Les histoires de complots et de sociétés secrètes m'intéressent beaucoup mais malheureusement on ne fait que survoler la superstition de l'Elixir de vie.

Il y a un peu de suspense, notamment vers le début lorsque l'on découvre le mystérieux personnage sur les photos. Néanmoins, les moments un peu tendus se dénouent très vite, les situations difficiles ne le restent que très peu de temps...

La fin est à l'image du reste (et de cette chronique) : rapide.

 

 

En bref, une lecture sympathique mais pas inoubliable ! L'intrigue et les personnages sont superficiels tandis que les difficultés se résolvent trop vite pour que le suspense soit à son comble. La suite n'est toujours pas traduite mais n'est pas indispensable de toute façon...

 

 

 

Cette lecture me permet de participer au challenge des 170 idées d'Helran, n°162 : quelque chose d'odorant.

http://img15.hostingpics.net/pics/258800challenge170ides.jpg

 

et au challenge Bookineurs en couleurs de Liyah : PAL violette !

challenge-bookineurs-en-couleurs

 

 

 

Pour aller plus loin : La bibliographie de l'auteur 

 

 

 

Site de l'auteur Site des éditions Michel Lafon

 

 

 

http://www.livraddict.com/images/logo_liv.jpg

 

http://www.nouslisons.fr/on/images/button150x60.png

 

 

 

Partager cet article
Repost0
1 mars 2014 6 01 /03 /mars /2014 18:57

Saga Penelope Green, tome 1.

 

Policier Jeunesse.

Version publiée en 2011,

aux éditions Casterman.

312 pages.

 

NOM : Green
PRÉNOM : Pénélope
SITUATION FAMILIALE : orpheline, unique héritière du journaliste James Alec Green
AMBITION (SCANDALEUSE) : devenir journaliste
SIGNES PARTICULIERS : une envie d'étrangler son prétendant, cette endive de Wilfrid, et un goût prononcé pour l'aventure et le danger.

Pénélope Green décide de reprendre une mystérieuse enquête de son père : le dossier FOXGLOVE COURT. Quel terrible secret va-t-elle découvrir, dans les bas-fonds de Londres ?

 

http://img15.hostingpics.net/pics/268685PenelopeGreenT1emprunt.jpg

 

Je ne connaissais pas du tout cette saga jeunesse... L'héroïne rebelle pour son époque m'a attiré.

 

Ce roman jeunesse est fluide mais le style est tout de même assez recherché.

Les descriptions des quartiers et des us de l'époque sont plutôt complètes : on retrouve la misère des bas-quartiers ainsi que la bienséance de la bourgeoisie.

 

Comme je l'ai dit, l'héroïne me plaisait déjà dès le résumé... Et dans les 300 pages du roman, elle ne m'a pas déçue !

En avance pour son époque, avec l'envie de continuer à faire vivre son père à travers ses propres articles et enquêtes, Pénélope est touchante et attachante.

Les autres personnages sont un peu moins mis en avant mais restent quand même importants dans l'affaire Foxglove Court.

J'ai été surprise de voir que l'auteur avait choisi de développer un certain nombre de protagonistes : certains sont seulement nommés mais revêtent une importance au moment du dénouement.

 

L'intrigue est bien menée et le suspense est présent.

D’après le titre, on s'attend à un univers musical mais l'histoire est écrite de façon à ce que le lecteur soit surpris du déroulement de l'enquête, des proportions et des tournants qu'elle prend.

 

 

En bref, j'ai été surprise du début à la fin ! Au départ, par la plume travaillée de l'auteur, et finalement par l'intrigue qui s'étoffe au fil des pages pour arriver à un dénouement plein de suspense. L'héroïne haute en couleurs promet des suites pleine d'action.

 

 

 

Cette lecture me permet de participer au challenge des 170 idées d'Helran, n° 82 : un lampadaire.

http://img15.hostingpics.net/pics/258800challenge170ides.jpg

 

au challenge Un mot, des titres de Calyspo : chanson.

Challenge Un mot, des titres

 

au challenge Jacques a dit : au moins un adjectif

http://img11.hostingpics.net/pics/306180ChallengeJacquesadit.jpg

 

et au challenge Lire sous la contrainte : GN+GN (2 groupes nominaux)

http://img15.hostingpics.net/pics/682004Liresouslacontraintesession13.jpg

 

 

 

Pour aller plus loin : La bibliographie de l'auteur – Les autres tomes de la saga 

 

 

 

Fiche Babelio de l'auteur Site des éditions Casterman 


 

 

http://www.livraddict.com/images/logo_liv.jpg

 

http://img4.hostingpics.net/pics/785118402952369640.jpg

 

 

 

Partager cet article
Repost0
26 janvier 2014 7 26 /01 /janvier /2014 11:08

Saga Le cycle d'Avalon, tome 1.

 

Fantasy.

Version publiée en 1997,

aux éditions Pygmalion (Grands romans).

430 pages.

 

La légende du Roi Arthur et des Chevaliers de la Table Ronde n'avait, depuis longtemps, inspiré un roman d'une telle envergure, d'un pareil souffle. Et, pour la première fois, ce draine épique nous est conté par une femme à travers le destin de ses principales héroïnes. Bien sûr, Merlin l'Enchanteur, Arthur et son invincible épée Excalibur, Lancelot du Lac et ses vaillants compagnons, tous sont présents mais ce sont ici les femmes, exceptionnellement attachantes, qui tiennent les premiers rôles : Viviane, la Dame du Lac, grande prêtresse d'Avalon, Ygerne, duchesse de Cornouailles et mère d'Arthur, son épouse Guenièvre, Morgane la Fée, sœur et amante du grand roi...

 

http://img15.hostingpics.net/pics/598396lesdamesdulacbradleyemprunt.jpg

 

La légende arthurienne m'attire beaucoup mais je n'ai jamais vraiment essayé de me plonger dans un des nombreux romans qui s'en inspirent...

Ce livre m'a attiré par le côté original du point de vue uniquement féminin !

 

J'ai trouvé le style de l'auteur agréable et plutôt fluide malgré un début qui m'a semblé laborieux à cause des paragraphes religieux qui ne m'intéressent pas vraiment... Je comprends que la vie d'Arthur a été centré sur la guerre entre deux religions mais j'ai trouvé que M. Bradley axait un peu trop ses premiers chapitres sur cette question. Néanmoins, petit à petit l'action prend le dessus et les pages défilent plus vite.

Pour un roman classé fantasy, le vocabulaire reste très simple : pas de créatures inventées de toutes pièces, ni d'inventions futuristes, juste un peu de magie et de fées !

 

Le roman est construit uniquement selon le point de vue des femmes de la légende arthurienne : on retrouve Morgane bien sûr, mais aussi Ygerne, Morgause et Guenièvre.

Les chapitres alternent entre les différents personnages. L'histoire est très dynamique car chaque femme a un destin et un but précis, parfois très différents les uns des autres.

Je trouve qu'on s'attache très vite et très facilement à Morgane puisqu'on la découvre enfant au départ et qu'on la voit grandir au fur et à mesure des pages. Son parcours est compliqué et dur, ses choix cruciaux pour la suite de l'histoire...

Guenièvre est peut-être la femme qui m'a le moins touché : elle reste très droite sur ses principes religieux, quitte à obliger Arthur à faire des concessions aux conséquences importantes. (Et puis, il faut dire que pour moi Guenièvre, c'est la nunuche de Kaamelott alors bon...)

Les personnages masculins sont forcément en retrait mais j'ai trouvé Arthur touchant, notamment à travers les yeux de Morgane.

 

L'intrigue en elle-même me semble assez fidèle à la légende originelle.

L'originalité des points de vue exclusivement féminins amène une nouvelle vision, plus sensible et axée sur les relations entre les personnages.

Le dénouement est bien mené mais ne laisse pas le lecteur en suspens. Certes, la fin est ouverte vers le tome 2 mais je pense qu'on peut se contenter de ce premier tome où les bases sont posées et certains chapitres déjà clos.

Cependant, la suite nous permettra je pense de voir Guenièvre évoluer, et ça ne serait pas dommage !

 

 

En bref, je ne pensais avoir été aussi enthousiaste lors de cette lecture mais cet avis fait ressortir énormément de points positifs ! Le seul bémol à mon sens serait le trop-plein de questionnements religieux dés les premières pages... Vite passés, l'action prend le dessus et la légende arthurienne est contée d'une façon originale et bien trouvée.

 

 

Cette lecture me permet de participer à la LC organisée par Samlor

 

au challenge des 170 idées d'Helran, n°119 : des cheveux.

http://img15.hostingpics.net/pics/258800challenge170ides.jpg

 

et au challenge Lire sous la contrainte : GN + GN (deux groupes nominaux sucessifs).

http://img15.hostingpics.net/pics/682004Liresouslacontraintesession13.jpg

 

 

 

 

Pour aller plus loin : La bibliographie de l'auteur – Les autres tomes de la saga

 

 

 

Fiche Babelio de l'auteur Site des éditions Flammarion (Pygmalion)

 

 

 

http://www.livraddict.com/images/logo_liv.jpg

 

 

 

Partager cet article
Repost0
18 janvier 2014 6 18 /01 /janvier /2014 13:15

Contemporaine.

Version publiée en 2003,

aux éditions LGF.

251 pages.

 

L'homme est-il bon ou mauvais ?

Entraînés par un mystérieux étranger, les habitants d'un petit village ont une semaine pour choisir entre le Bien et le Mal.

Une parabole éblouissante sur le combat que se livrent en nous les ténèbres et la lumière, et un réflexion sur la liberté que nous avons, à chaque instant, de choisir notre chemin.

 

http://img15.hostingpics.net/pics/222647ledmonetmademoiselleprym.jpg

 

Cette année 2014 s'annonce comme la précédente : pleine de découvertes d'auteur !

 

J'avais vaguement entendu parler de P. Coelho comme un auteur de fantastique assez merveilleux, qui me rappelait tout de suite Le cœur cousu de C. Martinez.


Ce roman est loin de cet a-priori : déjà, rien de fantastique pour moi, juste quelques notions d'anges et de démons, de paradis, etc.. De plus, l'auteur a écrit un combat entre Bien et Mal, non un conte de fées !

Cependant, le style reste fluide et agréable à lire.


Les personnages sont attachants car proches de nous : ce sont des villageois qui ne veulent que le meilleur pour leur habitat quotidien. Bien sûr, j'ai eu un petit faible pour Berta, la grand-mère assise sur son banc à longueur de journée...

Et même si certaines décisions des habitants peuvent paraître exagérés ou horribles, je trouve que cela reste relativement crédible ou tout du moins cohérent par rapport à l'intrigue.

 

En effet, malgré l'aspect religieux que l'on peut apercevoir dans cette histoire, l'intrigue est plutôt ancrée dans la réalité avec une problématique de nouvelles perspectives pour un village vieillissant et dépeuplé comme il en existe encore de nos jours (surtout par chez moi!) : les habitants, n'ayant aucune envie de quitter parfois leur village natal, ou en tout cas ce village qui les a vus grandir et vivre, sont prêts à tout pour retrouver un tant soit peu d'espoir... Quitte à commettre l'irréparable ? C'est là où l'auteur met le doigt et explore les raisons qui font pencher vers le Bien ou vers le Mal !

 

 

En bref, une bonne lecture : une intrigue intéressante avec une problématique réelle et profonde. Les personnages, quoi que secondaires par rapport au combat Bien/Mal restent attachants et crédibles.

 

 

 

Cette lecture me permet de participer au challenge des 170 idées d'Helran, n°77 : des fleurs.

http://img15.hostingpics.net/pics/258800challenge170ides.jpg

 

et au challenge Lire sous la contrainte : nom de famille

http://img11.hostingpics.net/pics/481343ChallengeLiresouslacontrainte.jpg

 

 

 

Pour aller plus loin : La bibliographie de l'auteur

 

 

 

Site de l'auteur Site des éditions LGF 

 

 

 

http://www.livraddict.com/images/logo_liv.jpg

 

 

Partager cet article
Repost0

  • : Riz-Deux-ZzZ
  • : On ne devrait lire que les livres qui nous piquent et nous mordent. Si le livre que nous lisons ne nous réveille pas d'un coup de poing sur le crâne, à quoi bon le lire ? [Franz Kafka]
  • Contact

En Cours...

Glacé de B. Minier

 

 

LC prévues...

17.01 -> La délicatesse de D. Foenkinos

24.01 -> Les mères de S. Hayes

 

28.02 -> L'assassin royal, tome 3 : La nef du crépuscule de R. Hobb

L'épreuve, tome 1 : Le labyrinthe de J. Dashner

 


Rechercher

Instagram

Youtube

Facebook