Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 janvier 2014 3 15 /01 /janvier /2014 18:02

Classique.

Version publiée en 2011,

aux éditions Folio (2€).

99 pages.

 

 

Peter Schlemihl est au désespoir. Mais comment refuser une telle proposition ? La bourse de Fortunatus ! Cet homme mystérieux en habit gris lui a offert, ni plus ni moins, une fortune inépuisable... en échange de son ombre. Étrange et, surtout, tentant ! Pouvait-il se douter que la générosité de l'homme n'était qu'un masque et que le marché lui coûterait si cher ? Proscrit de la société, Peter Schlemihl erre désormais à la recherche de son ombre - autant dire de son âme-, mais un pacte avec le diable n'est-il pas irrévocable ?

 

http://img11.hostingpics.net/pics/542738ltrangehistoiredePS.jpg

 

Les classiques Folio sont faciles à découvrir et celui-là me tentait grâce au côté fantastique. Malheureusement, j'en ressors très mitigée...

 

On retrouve le style des classiques du XIXème siècle : la plume est soignée et poétique. Les descriptions sont étoffées et le récit est riche.

J'aime beaucoup retomber dans ce genre d'écriture, cela permet de « couper » entre deux lectures contemporaines.

 

Le personnage principal est très présent puisque le roman est en fait une lettre que Peter Schlemihl écrit pour raconter ses mésaventures. Le récit est donc centré sur ses impressions et son point de vue.

L'auteur démontre que « l'argent ne fait pas le bonheur » : le roman est bien construit pour que la morale de fin soit assez clair.

Les autres personnages restent assez lointains puisqu'ils n'apparaissent que comme « instruments » de l'aventure de Peter.

 

C'est du côté de l'intrigue que mes doutes sont... En effet, la première proposition reste crédible : l'ombre de Peter contre la bourse de Fortunatus.

Cependant, l'auteur introduit vers la fin un nouveau choix qui me paraît beaucoup plus farfelu. Je ne pense pas que cette partie du roman soit réellement utile à la morale, j'ai trouvé qu'elle ne faisait que plomber le récit (pourtant court!) et donner un aspect moins sérieux au dénouement.

 

 

En bref, un avis mitigé pour ce classique assez méconnu. La première partie laisse entrevoir un bon roman type du XIXème siècle mais un retournement de situation rend l'histoire moins crédible, c'est dommage !

 

 

 

Cette lecture me permet de participer au challenge des 170 idées d'Helran, n°66 : un nez.

http://img15.hostingpics.net/pics/258800challenge170ides.jpg

 

au challenge Un mot, des titres de Calyspo : pierre

Challenge Un mot, des titres

 

et au challenge Lire sous la contrainte : nom de famille.

http://img11.hostingpics.net/pics/481343ChallengeLiresouslacontrainte.jpg

 

 

 

Pour aller plus loin : La bibliographie de l'auteur 

 

 

 

Fiche Babelio de l'auteur Site des éditions Folio

 

 

 

http://www.livraddict.com/images/logo_liv.jpg

 

http://img4.hostingpics.net/pics/785118402952369640.jpg

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
23 décembre 2013 1 23 /12 /décembre /2013 17:02

Saga Hunger Games, tome 1.

 

S.-F. Jeunesse.

Version publiée en 2009,

aux éditions Pocket Jeunesse.

400 pages.

 

Les Jeux de la Faim ; 24 candidats pour un seul survivant, le tout sous le feu des caméras ?
Dans chaque district de Panem, une société reconstruite sur les ruines des États-Unis, deux adolescents sont choisis pour participer au Jeu de la Faim. La règle est simple : tuer ou se faire tuer. Celui qui remporte l'épreuve, le dernier survivant, assure la prospérité à son district pendant un an.
Katniss et Peeta sont les « élus » du district numéro douze. Les voilà catapultés dans un décor violent, semé de pièges, où la nourriture est rationnée et, en plus, ils doivent remporter les votes de ceux qui les observent derrière leur télé...
Les alliances se font et se défont et Peeta déclare sa flamme pour Katniss à l'antenne. Calcul ? Tout est possible, et surtout tout est faussé au sein du Jeu de la Faim...

 

http://img4.hostingpics.net/pics/847535HungerGamesTome1SCollins.jpg

 

Mauvaise élève, j'ai commencé par regarder le film avant de lire le roman original...

Cependant, l'adaptation ne m'a pas fait fuir donc je me suis lancée dans cette saga connue et reconnue de tout le monde désormais !

 

Pour un roman jeunesse, je m'attendais à un style très simple comme certains titres de dystopie qui sont très à la mode en ce moment.

J'ai été surprise de trouver une écriture certes fluide et agréable mais également recherchée. On ne manque pas de descriptions, ce qui est une bonne chose étant donné l'excentricité et les détails décalés de Panem ; ni d'explications dans le découpage des différents districts et le rôle des Hunger Games.

 

J'avais déjà pas mal accroché avec Katniss dans le film et j'ai trouvé l'adaptation très conforme au personnage de départ : elle est déterminée et mature, tout ce que j'aime et que l'on ne retrouve pas forcément dans les romans jeunesse...

Les autres personnages sont également bien travaillés notamment Peeta, personnage secondaire, et Rue qui m'avait fait pleurer dans le film !

Cependant, j'avais un souvenir un peu plus présent de Gale : on ne l'aperçoit qu'au départ et dans les souvenirs de Katniss... C'est dommage car je pense que c'est un personnage que je pourrais vraiment apprécier.

 

L'histoire est assez originale et prenante. Même si je connaissais déjà le dénouement, j'ai enchaîné les chapitres jusqu'au dernier pour avoir le dénouement.

Suzanne Collins sait entretenir le suspense et j'ai maintenant hâte de connaître la suite !

 

 

En bref, une très bonne lecture grâce à une écriture recherchée mais fluide et une intrigue originale mettant en scène des personnages déterminés et travaillés. Une bonne surprise pour un roman jeunesse !

 

 

 

Cette lecture me permet de participer au challenge des 170 idées d'Helran, n°8 : un bijou.

http://img15.hostingpics.net/pics/258800challenge170ides.jpg

 

 

Pour aller plus loin : La bibliographie de l'auteur – Les autres tomes de la saga

 

 

 

Site de l'auteur Site des éditions Pocket Jeunesse

 

 

 

http://www.livraddict.com/images/logo_liv.jpg

 

http://www.nouslisons.fr/on/images/button150x60.png

 

http://img4.hostingpics.net/pics/785118402952369640.jpg

 

 

 

Partager cet article
Repost0
26 novembre 2013 2 26 /11 /novembre /2013 16:11

Science-fiction.

Version publiée en 2005,

aux éditions Presses de la Cité.

297 pages.

 

Dans l'immense paysage gelé, les membres des Expéditions Polaires françaises font un relevé sous-glaciaire. Un incroyable phénomène se produit : les appareils sondeurs enregistrent un signal. Il y a un émetteur sous la glace...

 

la nuit des temps - barjavel

 

L'auteur est très connu dans le monde de la S-F mais je ne suis qu'une novice... Cependant, Dame Méli, une grande fan de Barjavel, avait fini par piquer ma curiosité et j'avais enfin découvert l'auteur : j'en étais ressortie mitigée mais j'ai retenté l'expérience et cette fois-ci, je suis convaincue !

 

Ce qui me fait le plus peur dans la S-F, c'est principalement les nouveaux termes et nouvelles notions que les auteurs introduisent dans leurs histoires.

Barjavel sait très bien décrire et expliquer ce qui sort de son imagination et nous permet donc de vraiment voir avec lui le monde qu'il a inventé !

De plus, son écriture est assez fluide et agréable.

 

L'auteur nous plonge ici dans une sorte de huit clos puisque l'on se retrouve en plein milieu de nul part, au Pôle Sud : les personnages sont au départ assez nombreux mais finalement l'histoire se recentre sur un petit groupe de scientifiques hétéroclites mais bien travaillés et fonctionnant bien : les différentes personnalités mêlent humour cynique et connaissances pointues de l'univers hostile où ils ont emménagé.

J'ai trouvé les personnages attachants, notamment le couple Hoover/Léonova : c'est toujours plus agréable de les suivre dans leurs aventures !

Cependant, Simon, un des personnages, celui qu'on pourrait qualifier de principal étant donné qu'il ouvre le roman, m'a paru plus éloigné de l'intrigue scientifique. J'ai même eu l'impression que c'était une volonté de l'auteur de le faire passer pour un homme solitaire : et c'est le personnage qui m'a le moins touché alors que son histoire est prépondérante tout au long du roman.

 

Et c'est d'ailleurs cette partie qui m'a gêné dans La nuit des temps : l'intrigue et l'univers créés sont intéressants, bien construits et je pense qu'ils se seraient suffis à eux-mêmes mais Barjavel a choisi d'inclure une « histoire d'amour » au milieu de la grande découverte... Personnellement, je m'en serais passé surtout que j'ai trouvé que Simon tombait amoureux un peu vite et sans vraiment de raison. De plus, le ton des lettres m'ont semblé trop forcé pour être crédibles.

 

 

En bref, une très bonne lecture qui me donne une nouvelle vision de Barjavel. Cependant, je me serais largement contenté de l'intrigue scientifique avec cette incroyable découverte : les passages centrés sur Simon ne m'ont pas vraiment intéressés...

 

 

 

Cette lecture me permet de participer au Book Club Livraddict de novembre 2013.

http://img11.hostingpics.net/thumbs/mini_708423bookclub.png

 

au challenge des 170 idées d'Helran, n°118 : quelque chose de rond.

http://img15.hostingpics.net/pics/258800challenge170ides.jpg

 

 

Du même auteur, sur le blog :

 

 - Ravage

 

 

 

Pour aller plus loin : La bibliographie de René Barjavel

 

 

Site de l'auteur Site des éditions 

 

http://www.livraddict.com/images/logo_liv.jpg

 

http://www.nouslisons.fr/on/images/button150x60.png

 

 

 

Partager cet article
Repost0
5 novembre 2013 2 05 /11 /novembre /2013 12:26

Thriller.

Version publiée en 2007,

aux éditions Albin Micher.

420 pages.

 

Une ritournelle lancinante trotte dans la tête de Kay? D'où vient-elle ? Que signifie-t-elle ? Pourquoi l'obsède-t-elle à ce point ? En plongeant dans ses souvenirs, la jeune femme revoit une scène un peu floue, lorsqu'elle était enfant, dans la propriété des Carrington où elle a grandi. Depuis, Kay a épousé Peter, l'héritier de la famille. Mais des soupçons planent sur son époux à propos de la disparition d'une jeune fille et la mort accidentelle de son ex-femme, retrouvée noyée dans la piscine, Peter est emprisonné... Convaincue de son innoncence, Kay se lance sur la piste de cette musique sans savoir qu'elle recèle un secret très dangereux - pour elle, et pour lui.

 

cette chanson que je ...

 

M. Higgins Clark est une auteure très connue dont j'ai découvert deux de ses livres que j'avais bien aimé... J'ai retenté l'expérience avec ce roman et mon opinion ne fait que s'améliorer au fil des découvertes !

 

A chaque fois je suis surprise par le style extrêmement fluide et agréable, presque simple de l'auteure. Les pages se tournent toutes seules et l'histoire se lit avec grand plaisir.

Ici, elle se permet une petite fantaisie puisqu'elle alterne les chapitres à la première personne du singulier (Kay) et les chapitres à la troisième personne, omnisciente. C'est assez déroutant au départ mais cette idée se révèle vraiment bonne : le suspense n'en est que décuplé !

 

Les personnages sont bien travaillés avec des traits de caractère propres à chacun. Malheureusement, j'ai eu un peu de mal à m'attacher à Kay, trop plaintive à mon goût... Par contre, j'ai aimé les personnages secondaires, qui apportent chacun une part de mystère supplémentaire à l'intrigue.

Certains sont assez mystérieux, notamment Vince et le couple de domestiques Jane et Garry qui s'avèrent tous totalement différents de ce que l'on pense aux premiers abords.

 

L'intrigue est menée d'une main de chef ! Totalement surprise par le dénouement, j'ai été bluffé par le suspense que M. Higgins Clark sait introduire et surtout garder jusqu'à la fin en dévoilant un détail d'une très grande importance pour l'enquête sur les meurtres commis dans l'enfance de Kay.

A aucun moment le lecteur ne peut deviner la véritable explication, justement grâce à cette information manquante. Même si certains, je pense, trouveront dommage de ne pas pouvoir trouver le coupable par eux-mêmes au fil de l'histoire, le suspense est là et le livre est inlachable !

L'épilogue permet de mettre un point final à l'enquête et dévoile tous les secrets de l'intrigue. Le happy end était attendu et inévitable mais ne gâche rien.

 

 

En bref, une très bonne lecture grâce au suspense insoutenable de l'intrigue et au dénouement final surprenant et insoupçonnable ! L'épilogue reste cliché mais clôture le roman comme il se doit. M. Higgins Clark a vraiment une plume simple, qui rend ses enquêtes (sur)prenantes.

 

 

 

Cette lecture me permet de participer au Combat d'auteurs d'Iluze : Agatha Christie vs Mary Higgins Clark

http://img11.hostingpics.net/pics/791353ScreenShot749.jpg

 

et au challenge des 170 idées d'Helran, n°114 : une haie.

http://img15.hostingpics.net/pics/258800challenge170ides.jpg

 

 

Du même auteur, sur le blog : 

 - Trois jours avant Noël

 - La nuit du renard

 

 

 

Pour aller plus loin : La bibliographie de l'auteur

 

 

Site de l'auteur Site des éditions

 

 

http://www.livraddict.com/images/logo_liv.jpg

 

http://www.nouslisons.fr/on/images/button150x60.png

 

 

Partager cet article
Repost0
22 octobre 2013 2 22 /10 /octobre /2013 11:57

L'assassin royal, tome 2.

 

Fantasy.

Version publiée en 2002,

aux éditions France Loisirs (Piment).

437 pages.

 

Fitz, le bâtard royal, a survécu à sa première mission meurtrière qui a failli lui coûter la vie. Revenu à la cour, il retrouve celle qu'il a aimée mais ne peut lui déclarer sa flamme sous peine de la condamner. Autour du trône s'élaborent de complexes intrigues dont il pourrait être la victime. Fin stratège, il parvient à contrer certains desseins malveillants alors les Pirates Rouges menacent le royaume...

 

l-assassin-royal-tome-2--emprunt--copie-1.jpg

 

http://img11.hostingpics.net/pics/216821lapprentiassassin.png

 

J'ai replongé immédiatement dans l'écriture fluide et agréable de R. Hobb. J'aime la simplicité de ses phrases malgré la complexité de l'histoire avec ses nombreux lieux, ses nombreux personnages et ses nombreuses associations et désunions.

C'est facile à lire, mais c'est surtout prenant ! Comme c'est un deuxième tome, l'auteur choisit ne nous mettre directement dans l'ambiance en découvrant Fitz quelques semaines après les évènements finaux du premier tome (vous avez vu, je ne spoile pas!).

 

Comme dans le premier tome, mes personnages chouchous restent les mêmes. Cependant, j'ai beaucoup aimé découvrir la nouvelle reine-servante ainsi que Molly, que l'on croise rapidement dans le tome 1.

Je trouve que ce tome est plus centré sur Fitz, ses pensées et son cheminement dans la Cour et j'ai apprécié apprendre à le connaître. On le suivait déjà dans le premier tome mais l'auteure avait tout de même privilégié la mise en place de l'univers.

Ici, on voit Fitz grandir, découvrir de nouveaux horizons et apprendre la vie !

 

L'intrigue s'affine un peu car on voit désormais que les pas-très-gentils du premier tome sont des vrais-méchants et sont prêts à tout pour arriver à leurs fins.

De plus, une touche féminine est apportée à la vision assez guerrière de Fitz, élevé par Burrich dans une écurie... Il s'adoucit et devient trop mignon !! J'ai même failli pleurer à un certain passage trooooop romantique...

 

 

En bref, un deuxième tome très prometteur mettant en avant un héros qui porte l'avenir du Royaume sur ses frêles épaules... Les personnages s'affinent et montrent leurs vrais visages... Vivement la suite !

 

 

Livr0ns-n0us, Bykiss et Mina l'ont également lu.

 

 

Cette lecture me permet de participer au challenge des 170 idées d'Helran, n°146 : un arbre mort.

http://img15.hostingpics.net/pics/258800challenge170ides.jpg

 

Du même auteur, sur le blog : 

 -Tome 1 : L'apprenti assassin

 

 

Pour aller plus loin : Les autres romans de Robin Hobb – La saga de L'assassin royal 


 

Site de l'auteur

 

http://www.livraddict.com/images/logo_liv.jpg

 

http://www.nouslisons.fr/on/images/button150x60.png

 

 

Partager cet article
Repost0
17 septembre 2013 2 17 /09 /septembre /2013 18:32

Policier.

Version publiée en 2011,

aux éditions Pocket.

249 pages.

 

Istres-Marseille. Pour Jeanne, la vie est ponctuée par cet aller-retour ferroviaire quotidien entre son travail de gratte-papier au commissariat et la maison de sa mère. Elle attend néanmoins qu'un événement vienne secouer le fil de son existence: un regard, enfin, du capitaine Esposito ? La résolution, peut-être, de cette affaire de serial killer qui défraie la chronique phocéenne ?

"Vous êtes si belle, Jeanne Si touchante et si belle." Ce soir-là, une lettre, glissée entre deux banquettes, semble combler toutes ses espérances. Un peu trop, même. Car derrière le mystérieux soupirant se cache le meurtrier tant recherché par la police. Commence alors une correspondance amoureuse qui, pour Jeanne, n'aura de terminus qu'au bout de l'enfer...

 

terminus elicius - giebel

 

Encore un auteur que je découvre... Je pense d'ailleurs que sans ce blog et sans vous, je ne ferais pas autant de découvertes, mais passons, nous sortirons les mouchoirs un autre jour !

Je découvre donc Karine Giebel grâce à son roman le moins connu je pense car je ne l'ai jamais vu sur aucun blog, à part celui d'Accrobiblio (lien en fin d'article).

 

Le style de l'auteur est fluide et agréable à lire.

Ça se lit vite et le livre est difficile à lâcher, les chapitres sont assez courts donc assez prenants.

La narration est basique mais l'idée de la correspondance est bien trouvée et augmente le suspense et l'attente du lecteur.

 

Le personnage principal, Jeanne, est haut en couleurs : au début, on la découvre timide, voire même transparente puis on en apprend un peu plus et là, l'auteur lui fait prendre de l'ampleur. On s'attache à elle, d'abord par pitié, puis par empathie car on comprend que sa situation est loin d'être simple pour elle qui vit encore chez sa mère et qui n'est pas très friande d'aventures...

J'ai également craqué pour le capitaine Esposito, mais est-ce vraiment une surprise ? Comme d'habitude, c'est le genre de personnage cassé mais qui veut rester fière que j'adore !

J'ai eu un peu plus de mal avec Elicius, pourtant normalement les psychopathes j'aime ça... Mais dans ce roman, on ne le côtoie seulement grâce à ses lettres : à aucun moment, l'auteure n'utilise son point de vue. Cependant, lorsqu'on apprend ses buts et son histoire, on comprend mieux son désespoir et son désir de vengeance.

 

L'histoire reste banale mais est quand même bien menée avec une touche épistolaire un peu plus originale.

Le suspense tient jusqu'au bout même si je pensais, au milieu du livre, avoir trouvé le coupable, j'ai été surprise du dénouement, loin de l'idée que je m'étais faite !

La fin est également cliché mais l'épilogue reste « mignon » dans son genre même si l'histoire ne se finit pas aussi bien que les contes de fées...

 

 

En bref, un thriller psychologique banal mais qui sait surprendre le lecteur vers la fin. Les personnages sont travaillés et leurs histoires réalistes : l'intrigue tient la route.

 

 

Accrobiblio l'a également lu.

 

Cette lecture me permet de participer au challenge Bookineurs en couleurs de Lyiah : PAL blanche.

challenge-bookineurs-en-couleurs

 

et au challenge des 170 idées d'Helran, n°32 : quelque chose de métallique.

http://img15.hostingpics.net/pics/258800challenge170ides.jpg

 

 

Pour aller plus loin : Les autres romans de l'auteur

 

 

Site de l'auteur – Site des éditions Pocket 


http://www.livraddict.com/images/logo_liv.jpg

 

 

Partager cet article
Repost0
28 août 2013 3 28 /08 /août /2013 21:01

Saga de L'assassin royal : tome 1.

Fantasy.

Version publiée en 2000,

aux éditions France Loisirs (Piment).

566 pages.

 

Au royaume des six Duchés, le prince Chevalerie, de la famille régnante des Loinvoyant - par tradition, le nom des seigneurs doit modeler leur caractère- décide de renoncer à son ambition de devenir roi-servant en apprenant l'existence de Fitz, son fils illégitime. Le jeune bâtard grandit à Castelcerf, sous l'égide du maître d'écurie Burrich. Mais le roi Subtil impose bientôt que Fitz reçoive, malgré sa condition, une éducation princière. L' enfant découvrira vite que le véritable dessein du monarque est autre : faire de lui un assassin royal. Et tandis que les attaques des pirates rouges mettent en péril la contrée, Fitz va constater à chaque instant que sa vie ne tient qu'à un fil : celui de sa lame...

 

assassin royal t.1 - R. Hobb

 

J'ai toujours un peu peur de me lancer dans de la fantasy ou même du fantastique : ce n'est pas vraiment mon genre de lecture habituel, et j'ai parfois un peu de mal à rentrer dans des histoires avec des créatures imaginaires, des pouvoirs, etc.

 

 

Néanmoins, Robin Hobb a su me séduire avec son style assez simple : le langage est soutenu et le récit dense mais les notions d'imaginaire sont amenées en douceur et bien mêlée à l'action.

De plus, on apprend à découvrir le monde des Six-Duchés en même temps que Fitz, le personnage principal, ce qui permet au lecteur d'atterrir en douceur et de se sentir moins seul.

 

L'histoire est centrée sur un nombre limité de personnages : malgré le fait que l'on entende parler de mal de monde au fil des pages, les personnages importants sont bien travaillés et présentés au lecteur comme il se doit pour lui permettre de se retrouver.

J'ai bien sûr adorer Fitz, au départ un peu perdu dans ce nouveau monde mais qui s'affirme petit à petit jusqu'à devenir un homme à la fin de ce premier tome. J'ai également été conquis par Burrich (étonnant, n'est-ce pas?), son caractère bourru mais attachant, dur mais tout de même humain.

 

Ce premier tome pose bien les bases du royaume des Six-Duchés : les personnages, les enjeux et les alliances sont expliqués assez tôt et il y a une réelle intrigue pour plonger le lecteur directement dans l'action.

La fin appelle le deuxième tome et laisse quelques questions en suspens mais du côté de la mise en place du monde, tout est clair.

 

 

En bref, une découverte fantasy agréable. Je pense que c'est une bonne saga pour débuter dans ce genre littéraire : le monde est bien expliqué, les personnages sont assez peu nombreux et bien distincts, les enjeux sont clairs.

 

 

 

Cette lecture me permet de participer au challenge des 170 idées d'Helran, n°53 : un chien (Fouinot!!)

http://img15.hostingpics.net/pics/258800challenge170ides.jpg

 

 

Pour aller plus loin : Je viens de me lancer dans une série de 13 tomes... Je ne risque pas de m'ennuyer !

 

 

Site VO de l'auteur – Site des éditions

 

http://www.livraddict.com/images/logo_liv.jpg

 

http://www.nouslisons.fr/on/images/button150x60.png

 

http://img4.hostingpics.net/pics/785118402952369640.jpg

 

Partager cet article
Repost0
7 juillet 2013 7 07 /07 /juillet /2013 15:06

 

Les voies de l'ombre, tome 1.

Thriller.

Version publiée en 2009,

aux éditions LGF.

562 pages.

 

Un cadavre dénudé est découvert dans une friche industrielle, la main droite déchiquetée.

Un homme se tire une balle en pleine tête, dans un centre commercial bondé.

Un jeune père, dressé comme un chien, est tourmenté sans relâche au fond d'un cachot sans porte ni fenêtre.

Aucune piste, aucun lien, aucun mobile... Qui sont ces hommes ? Pourquoi ont-ils été choisis ? Pour quelle mise à mort aberrante ?

 

Prédation (Med)

 

J'ai lu un roman du couple lorsque j'étais au lycée et je me rappelle avoir beaucoup aimé, malheureusement, il me reste assez peu de souvenirs de l'histoire...

 

L'écriture à quatre mains est très bien maîtrisée, tout comme le changement de point de vue tout au long du roman.

On navigue entre l'enquête, la vie personnelle de Rufus le personnage principal, l'enfance d'un certain Olivier, l'enfermement et les missions d'Andréas et enfin, les péripéties des enfants des victimes... ça en fait du monde mais les auteurs ont réussi à en faire un savant mélange pour que le lecteur ne s'y perde pas et surtout qu'il soit happé par tous ces points de vue sans s'ennuyer ou perdre patience.

 

Ce choix de narration entraîne forcément un nombre important de personnages... Et là encore Camut et Hug s'en sortent plutôt bien en développant chaque personnage assez finement pour que le lecteur arrive à s'y intéresser et à se prendre au jeu.

On retrouve des personnalités clichés comme l'inspecteur un peu bourru, le méchant bien dérangé, etc. mais ça marche bien et les 560 pages passent très vite !

 

C'est l'histoire qui fera que ce livre ne sera pas un coup de cœur... Des incohérences, ou du moins des points un peu obscures à mon sens m'ont gênés : l'action et l'enquête sont haletantes et le suspense est au rendez-vous, malheureusement, le but des « méchants » (pour ne pas tout dévoiler) m'a laissé perplexe... Je ne comprends pas l'intérêt de toutes ses mises en scène par rapport à son but principal, et surtout je ne comprends pas en quoi Rufus est impliqué dans son délire de vengeance...

Cependant, même si la réelle identité du tueur est facile à trouver grâce à quelques petits indices dans les derniers chapitres, la fin se laisse lire et appelle le deuxième tome.

 

 

En bref, une très bonne lecture qui frôle le coup de cœur... Quelques petits détails me laissent perplexe, j'ai l'impression que le but du tueur n'a pas été assez fouillé du côté des auteurs : j'en attendais plus, une réelle explication à cette machination qui malgré tout est très travaillée.

 

 

 

Nelfe, Neph et Accrobiblio l'ont également lu.

 

 

 

Cette lecture me permet de participer :

- au Baby Challenge Livraddict Thriller

http://img15.hostingpics.net/pics/835810ChallengeLA2013Thriller.png

 

- au challenge des 170 idées d'Helran, n°33 (un oeil) :

http://img15.hostingpics.net/pics/258800challenge170ides.jpg

 

- et à la Lecture Commune Livraddict organisée par Flo Tousleslivres.

 

 

 

 

Pour aller plus loin : Bien sûr, j'ai hâte de lire la suite ! Par contre, j'ai l'impression que la médiathèque ne possède pas les deux autres tomes...

 

 

Site des auteursSite des éditions

 

http://www.livraddict.com/images/logo_liv.jpg

 

http://img4.hostingpics.net/pics/785118402952369640.jpg

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
1 juin 2013 6 01 /06 /juin /2013 10:17

Ou Ecorces de sang.

Thriller.

Version publiée en 2009,

aux éditions France Loisirs.

632 pages.

 

Un soir d'été, alors que tous leurs camarades ont déjà regagné leurs maisons pour le dîner, trois enfants ne ressortent pas des bois sombres et silencieux où ils ont passé l’après-midi. La police finit par retrouver un seul garçon, indemne mais terrorisé, agrippé à un tronc d'arbre, les chaussures emplies de sang. Il ne se rappelle de rien. On ne retrouvera jamais les deux autres.

Vingt ans plus tard, Rob, l’unique rescapé devenu inspecteur de police, se garde bien de dévoiler son passé, même à son entourage le plus proche. Mais une fillette est assassinée, comme offerte en sacrifice sur un autel celtique, dans ces bois de la banlieue de Dublin qu'il traversait après l'école.

Tandis qu'il se précipite sur les lieux pour essayer de résoudre ce crime atroce, il est assailli par des lambeaux de souvenirs qui le hantent encore.

 

LA-MORT-DANS-LES-BOIS

 

J'ai découvert Tana French l'année dernière avec un coup de cœur qui m'avait surpris par l'ambiance de huit clos oppressant qu'elle avait instaurée.

 

 

Cette ambiance, on la retrouve dès les premières lignes du roman : le style de l'auteur accentue le sentiment d'oppression et de solitude.

On retrouve la narration en « je », le point de vue unique et la relation du narrateur et du lecteur que Tana French avait déjà utilisé lors de son premier roman.

On retrouve également Cassie Maddox, l'enquêtrice de Comme deux gouttes d'eau, que j'avais beaucoup aimé par sa personnalité et son naturel mais cette fois-ci, on la découvre avec les yeux de son co-équipier Rob.

 

J'étais déjà convaincu par Cassie et elle ne m'a pas déçue.

Le nouveau personnage, Rob, et c'est une jolie rencontre également. Il a eu une enfance terrible qui fait l'objet du roman et qui le rend malgré sa carapace, très touchant et vulnérable : il est très affecté par cette enquête mais il essaye de le cacher et de faire son boulot coûte que coûte... C'est exactement le genre de personnage qui me fait craquer !

 

Pour ce qui est de l'histoire, j'ai eu un peu plus de mal. Sans trop vous en dévoiler, le résumé de la quatrième de couverture est trop axé sur l'histoire de Rob par rapport à ce que Tana French en fait dans le roman.

Ce livre m'avait intrigué justement par le résumé et l'histoire de la disparition des deux enfants : je me disais que le nouveau meurtre n'était qu'un prétexte pour déterrer une affaire classée et faire éclater la vérité... Et en fait, c'est tout le contraire !

C'est dommage je trouve que les éditions France Loisirs ait trompé le lecteur : je pense que le résumé attire des personnes qui n'apprécieront peut-être pas l'histoire à sa juste valeur et, vice-versa, n'accrochera pas d'autres lecteurs qui aurait pu adorer... Car ici, ce n'est pas un meurtre gore auquel on assiste mais plutôt à une enquête longue et difficile avec des secrets et des histoires de pouvoirs en arrière plan.

 

 

En bref, une très bonne lecture grâce à un style unique et des personnages attachants. Malheureusement, le résumé des éditions trompe le lecteur et l'histoire n'est pas à la hauteur de ce que j'attendais mais en aucun cas, on ne peut le reprocher à l'auteur qui a su écrire une histoire riche et intéressante.

 

 

Mya et PetiteFleur l'ont également lu.

 

Cette lecture me permet de participer au challenge Un mot, des titres de Calypso avec le mot : mort.

Challenge Un mot, des titres

 

 

Du même auteur, sur le blog : 

 Comme deux gouttes d'eau (<3)

 

 

Pour aller plus loin : Il me reste 2 livres à lire de l'auteur. Si j'ai l'occasion de les trouver, ce sera avec joie !

 

 

Site de l'auteur (Anglais)Fiche Bibliométrique - Site des éditions

 

http://www.livraddict.com/images/logo_liv.jpg

 

 

 

Partager cet article
Repost0
7 mai 2013 2 07 /05 /mai /2013 10:24

Contemporaine.

Version publiée en 2010,

aux éditions LGF.

252 pages.

 

Marie a vingt-cinq ans. Un soir de fête, coup de foudre pour le beau Pablo, nuit d'amour et le lendemain...
Elle se réveille à ses côtés, douze ans plus tard, mariée, mère de trois enfants, sans un seul souvenir de ces années écoulées. Comment faire pour donner la change à son entourage ?
Et comment retrouver sa propre vie ?

la vie d'une autre

 

« C'est bien souvent le jour où s'ouvrent les yeux que quelque chose en nous décide d'aussitôt les refermer, me dit-elle. »

p.94

 

Le résumé de ce roman me tentait beaucoup par le côté drôle de se réveiller avec des gosses et un mari, comme dans les téléfilms de l’après-midi sur M6...

Et finalement, j'ai trouvé beaucoup plus que ça dans ce livre.

 

Le style de F. Deghelt est très fluide et entraînant. Aucune pause ne nous est accordée, pas de chapitres, trois grandes parties et pourtant, jamais on ne s’essouffle.

Ce roman est divisé en deux phases bien distinctes : la première, le matin du réveil dans le futur puis les premiers jours où Marie redécouvre sa vie et son entourage, c'est drôle et frais, on retrouve l'ambiance du téléfilm...

Deuxième partie, plus sombre où elle comprend que cette amnésie est peut-être une sorte de traitement à un passage de sa vie compliqué. On lit alors une auteure aux pensées philosophiques mais tellement vraies, c'est une introspection de la femme active et mère de famille que Deghelt nous livre dans La vie d'une autre.

 

Malgré un roman centré principalement sur Marie, on arrive tout de même à cerner les personnages qui l'entourent : Pablo, le mari qui m'a paru très différent de la première soirée avec Marie, il apparaît plus hautain, désabusé et en même temps surpris par le changement de sa femme... C'est un personnage très ambigu, il ne comprend pas ce changement puisque Marie ne lui révèle pas la vérité mais finalement ne cherche pas plus que ça à savoir.

Les enfants, bien sûr, et les anecdotes que l'on connaît tous, drôles et légères.

Et tous les personnages secondaires qui gravitent autour d'elle, certains prêts à l'aider, d'autres aux idées plus sombres.

 

L'histoire qui paraît au début légère devient de plus en plus sombre pour laisser place à une Marie perdue dans ses souvenirs qui ne lui appartiennent plus, et des événements qu'elle n'aurait jamais soupçonnés. Le thème de ce roman est très profond et permet, je pense, à toutes les femmes (mariées ou pas, mères ou non) de se remettre en question par rapport à son couple et à la monotonie qui a pu s'installer... Est-il préférable de connaître une routine ou de ne plus rien savoir et de recommencer à zéro toute seule ?

Seul petit bémol : la fin de l'histoire amène un nouveau personnage, assez mystérieux, et ne le développe pas... Des questions sur cette femme et son implication dans l'histoire que l'on vient de lire m'ont laissé sur ma faim.

 

 

En bref, une très belle lecture qui fait réfléchir. L'auteure sait trouver les mots pour nous toucher au plus profond et nous questionner sur notre propre vie. Une histoire qui se veut farfelue aux premiers abords et qui se révèle plus profonde qu'on ne le pense. Pas un coup de cœur mais un roman à lire lorsqu'on se sent perdu...

 

 

Nane, Miss Bunny et Bykiss l'a également lu.

 

 

Pour aller plus loin : Une adaptation ciné existe, forcément, ça me tente. (Matthieu Kassovitz en Pablo... ça c'est du casting!)

La nonne et le brigand de l'auteur me tente aussi depuis tellement longtemps !

 

 

Site de l'auteurSite des éditionsBande annonce de l'adaptation ciné

 

http://www.livraddict.com/images/logo_liv.jpg

 

Partager cet article
Repost0

  • : Riz-Deux-ZzZ
  • : On ne devrait lire que les livres qui nous piquent et nous mordent. Si le livre que nous lisons ne nous réveille pas d'un coup de poing sur le crâne, à quoi bon le lire ? [Franz Kafka]
  • Contact

En Cours...

Glacé de B. Minier

 

 

LC prévues...

17.01 -> La délicatesse de D. Foenkinos

24.01 -> Les mères de S. Hayes

 

28.02 -> L'assassin royal, tome 3 : La nef du crépuscule de R. Hobb

L'épreuve, tome 1 : Le labyrinthe de J. Dashner

 


Rechercher

Instagram

Youtube

Facebook