Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 mai 2012 5 04 /05 /mai /2012 10:30

Drame.

Version publiée en 2003,

aux éditions France Loisirs.

389 pages.

 

 

Nom de famille : Salmon, saumon comme le poisson ; prénom : Susie.

Assassinée à l'âge de 14 ans, le 6 décembre 1973.

"Mon prof préféré était celui de sciences naturelles, Mr. Botte, qui aimait faire danser les grenouilles et les écrevisses à disséquer dans leur bocal paraffiné, comme pour leur rendre vie. Ce n'est pas Mr. Botte qui m'a tuée, au fait. Et ne vous imaginez pas que tous ceux que vous allez croiser ici sont suspects. C'est bien ça le problème. On n'est jamais sûr de rien... C'est un voisin qui m'a tuée."

Susie est au Ciel, et pourtant son aventure ne fait que commencer...


la nostalgie de l'ange

 

Ce roman m'avait plu par son résumé et par le développement de l'intrigue avec le point de vue de la victime, du haut de son paradis. Finalement, j'ai eu du mal à accrocher à de nombreuses reprises.

 

On ouvre ce livre directement sur le viol et le meurtre de la petite Susie, racontés par elle-même. D'ailleurs, toute l'histoire sera à la première personne, du point de vue de Susie qui regarde tout son petit monde bien installée dans son paradis. Cette narration est déjà étrange, la pré-adolescente est omnisciente, et nous rapporte les faits et pensées de toutes ses connaissances qu'elle va suivre pendant de nombreuses années.

 

L'ensemble est assez bien retranscrit : on retrouve les 5 fameuses phases de deuil (choc, colère, négociations, dépression et acceptation) mais différemment vécues par chaque personnage... Ce qui va amener le lecteur à s'identifier plus ou moins et à prendre parti pour certains personnages. Personnellement, je me suis sentie plus proche de la petite sœur Lindsey, qui se forge une carapace et avance coûte que coûte et j'ai franchement détesté la mère qui semble complétement déconnectée de la réalité... D'autres préféreront sans doute le père, qui se rattache à chaque petit détail pour ne pas oublier sa fille. Le petit frère, Buckley, très jeune lors du drame, est un peu la note fraîche du récit : il ne comprend pas où est parti sa sœur, et pose des questions avec ses mots d'enfants. Les amis de Susie auront aussi une place importante dans le récit.

 

Cette partie post-meurtre est ponctuée par des flash-backs vers des temps plus heureux, où la famille était au complet et où tout le monde semblait heureux... Hormis la vue panoramique de Susie sur son entourage, l'auteure a centré plus ou moins le récit sur la mère qui n'est peut-être pas la maman attentionnée que tout le monde connaît...

 

Finalement, tous ces personnages et cette narration à la première personne alourdissent le roman, et nous perdent dans les dates, les lieux, etc. J'ai été déçue de ne pas suivre un peu plus le tueur et l'enquête sur le meurtre, qui avait l'air d'être assez prenante : pas d'indices, pas de corps, pas de suspect potentiel pour la police alors qu'on sait depuis le début qui est le meurtrier... Tout pour me plaire ! Malheureusement, on a le droit à seulement quelques petits passages sur les anciennes victimes de Mr. Harvey et de ses pensées plutôt dérangées.

 

Et pour finir, le passage qui décidément ne passe vraiment pas depuis que je l'ai lu : la « fin » si on peut dire ça puisque il nous reste un peu plus de 50 pages à lire ensuite : un événement paranormal va se produire. Ça aurait pu passer si il y avait eu un début, un milieu et une fin mais là, ça arrive de nul part... et ça repart comme c'est arrivé ! J'ai trouvé que c'était un passage assez maladroit pour réunir 2 personnes (j'essaye de rester un peu floue pour ceux qui ne l'ont pas lus...) et qui aurait mérité un peu plus de merveilleux et de travail, et surtout beaucoup plus de pages !!

En effet, je trouve que ce passage est finalement assez important dans le roman après avoir suivi Susie et pourtant cette parenthèse ne prend pas plus de 5 pages (j'ai pas compté mais voilà, dans le roman entier de presque 400 pages, c'est minime... trop à mon goût !).

 

Bref, ce roman aurait pu me plaire par la narration du personnage mort dès le début mais beaucoup trop de détails m'ont gênés : des passages trop longs, d'autres trop vite expédiés ainsi qu'une enquête et un meurtrier trop peu exploités...

 

 

Neph, Mina, Plume et Calypso l'ont également lu.

Partager cet article

Repost 0
Published by Riz-Deux-ZzZ - dans Déceptions
commenter cet article

commentaires

Frankie 05/05/2012 20:22


C'est un roman qui avait traîné longtemps dans ma Pal mais dès que je l'ai commencé, je l'ai dévoré ! J'ai beaucoup aimé cette histoire, certes choquante parfois mais très prenante.

Riz-Deux-ZzZ 07/05/2012 11:13



J'ai vu que beaucoup de personnes avait aimé... Disons que déjà ce n'est pas trop mon genre de lecture, et voir qu'on passe à côté d'une enquête qui a l'air passionnante (parce que compliquée et
assez bien pensée en plus !), ça m'a déçue !



Audrey 04/05/2012 11:28


Je n'ai pas parlé du passage de la fin dans ma chronique mais je suis du même avis que toi, ça tombe comme un cheveux sur la soupe et en plus je trouve que ça casse tout, le roman était assez
crédible mais il ne l'ai pas resté longtemps après ce passage :s

Riz-Deux-ZzZ 05/05/2012 10:30



Je crois que c'est ce qui m'a le plus marqué dans ce roman... et comme ça arrive à la fin, c'est dur de l'oublier !!



  • : Riz-Deux-ZzZ
  • Riz-Deux-ZzZ
  • : On ne devrait lire que les livres qui nous piquent et nous mordent. Si le livre que nous lisons ne nous réveille pas d'un coup de poing sur le crâne, à quoi bon le lire ? [Franz Kafka]
  • Contact

En Cours...

Glacé de B. Minier

 

 

LC prévues...

17.01 -> La délicatesse de D. Foenkinos

24.01 -> Les mères de S. Hayes

 

28.02 -> L'assassin royal, tome 3 : La nef du crépuscule de R. Hobb

L'épreuve, tome 1 : Le labyrinthe de J. Dashner

 


Rechercher

Instagram

Youtube

Facebook