Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 décembre 2014 1 08 /12 /décembre /2014 13:26

Thriller.

Version publiée en 2014,

aux éditions Pocket.

479 pages.

 

 

Et si on vous demandait de mourir… dans un jeu ?
Ilan et Chloé, deux jeunes gens spécialistes des chasses au trésor ont rêvé des années durant de participer à la partie ultime, d’un jeu mystérieux dont on ne connaît pas les règles, dont on ne connaît pas l’entrée, et dont on ne sait même pas s’il existe. Mais dont on connaît le nom : Paranoïa.
Lorsqu’un an après leur rupture Chloé réapparaît dans la vie d’Illan en lui annonçant qu’elle sait comment jouer, ce dernier a totalement rompu avec l’univers des jeux, et vit isolé dans la maison de ses parents disparus en mer. Officiellement morts, mais Ilan est persuadé qu’ils ont été enlevés à cause de leurs recherches scientifiques. Après avoir refusé l’aventure, Illan cède alors que Chloé lui fait part de la rumeur : le gagnant remporterait 300 000 euros.
Après un premier jeu de pistes dans Paris, les deux amis sont enfin sélectionnés. C’est alors qu’ils découvrent la règle numéro 1 : «Quoiqu’il arrive, rien de ce que vous allez vivre n’est la réalité. Il s’agit d’un jeu.», rapidement suivie, à leur arrivée sur les lieux du jeu - un gigantesque bâtiment isolé en pleine montagne appelé Complexe psychiatrique de Swanessong – de la règle numéro 2 : «L'un d’entre vous va mourir.»
Quand les joueurs découvrent le premier cadavre, quand Illan retrouve dans le jeu des informations liées à la disparition de ses parents, la distinction entre le jeu et la réalité est de plus en plus difficile à faire…
Et Paranoia peut alors réellement commencer…

 

http://img4.hostingpics.net/pics/994823puzzle.jpg

 

J'avais hâte de me replonger dans un livre de Frank Thilliez... J'en ai quelques uns dans ma PAL, que je ne me décide pas à sortir car j'ai toujours peur que ça passe trop vite puisque je sais pertinemment que je vais adorer, oui je suis très bizarre en ce qui concerne mes auteurs chouchous...

 

Du coup, vous le savez déjà si vous me suivez depuis quelques temps : j'adore le style de cet auteur. Son écriture est fluide mais le travail de recherche est présent et nous permet d'approfondir notre lecture et le thème qu'il a choisi d'aborder.

Je trouve ça très intéressant de pouvoir s'instruire sur un sujet plus ou moins connu dans une lecture dite de loisirs, c'est toujours un plus pour moi.

 

Ce roman est un one-shot donc l'auteur nous présente de nouveaux personnages, toujours bien travaillés et aux personnalités originales et attachantes.

La plupart de ses personnages sont souvent malmenés, au bord de la rupture et le lecteur ne peut que prendre pitié et se laisser happer par leurs vies. On ne se reconnaît pas en eux, mais on est captivés par leurs histoires.

C'est évidemment le cas pour Ilan et Chloé, les deux personnages principaux de Puzzle. On s'attarde surtout sur le passé d'Ilan, qui est le point névralgique de toute l'action.

 

L'histoire est banale puisque l'auteur nous emméne dans le domaine de la psychiatrie : thème largement abordé dans de nombreux thrillers mais l'ambiance confinée du huit-clos accentuée par la sensation d'étouffement de la tempête de neige et du bâtiment abandonné donne un roman captivant avec de l'action à toutes les pages.

La notion de jeu est aussi très intéressante car le lecteur découvre l'addiction qu'un jeu peut provoquer sur quelqu'un, et ce que l'appât du gain peut amener à faire...

Malheureusement, même si je reste toujours bouche bée face au travail et à l'imagination débordante de F. Thilliez, j'avais déjà plus ou moins découvert le dénouement avant la fin... Quelques détails m'ont paru évidents, quoiqu'il me manquait deux ou trois explications pour relier tout ensemble.

[SPOILER : il était évident pour moi que la Chloé du début n'était pas réellement la Chloé qu'Ilan avait connu, j'avais compris que c'était Ilan le meurtrier des 8 personnes dans le refuge mais la connexion avec Lucas me manquait, le code caché par Lucas dans la barre du lit m'a tout de suite sauté aux yeux...]

Malgré tout, je referme le roman avec la sensation d'avoir lu une histoire complètement folle et les nombreux rebondissements et retournements de situation renforcent mon amour pour l'écriture et l'imagination de l'auteur.

 

 

En bref, si quelques mystères m'ont sauté aux yeux, je n'en reste pas moins agréablement surprise par ce roman. Le thème de la psychiatrie, même s'il est vu et revu, est toujours un thème qui me passionne et F. Thilliez arrive à merveille à renouveler le genre grâce à une histoire captivante et un huit-clos angoissant. Je reste également toujours aussi admirative du travail de recherche qui est fait dans chacun de ses romans.

 

 

 

Cette lecture me permet de participer au challenge des 170 idées d'Helran, n°78 : quelque chose de froid.

http://img15.hostingpics.net/pics/258800challenge170ides.jpg

 

au challenge Lire en thème : Hiver.

http://img4.hostingpics.net/thumbs/mini_813529lireentheme.jpg

 

et au challenge gourmand de Lecture-addict, le chocolat : «Ilan fouilla les poches, il ne trouva ni clé, ni cygne, ni carte, ni tournevis, mais une poignée de céréales au chocolat.»

http://img15.hostingpics.net/pics/601573challengegourmand.png

 

 

 

Du même auteur, sur le blog :

La chambre des morts

La forêt des ombres

Le syndrome [E]

[Gataca]

L'encre et le sang

 

 

 

Pour aller plus loin : La bibliographie de l'auteur

 

 

 

Fiche Babelio de l'auteur Site des éditions Pocket

 

 

 

http://www.livraddict.com/images/logo_liv.jpg

 

http://www.nouslisons.fr/on/images/button150x60.png

 

 

 

Repost 0
5 décembre 2014 5 05 /12 /décembre /2014 15:52

Saga Commissaire Adamsberg, tome 4.

 

Policier.

Exemplaire publié en 2010,

aux éditions J'ai Lu (Policier).

346 pages.

 

Ce sont des signes étranges, tracés à la peinture noire sur des portes d'appartements, dans des immeubles situés d'un bout à l'autre de Paris. Une sorte de grand 4 inversé, muni de deux barres sur la branche basse. En dessous, trois lettres : CTL. A première vue, on pourrait croire à l'œuvre d'un tagueur. Le commissaire Adamsberg, lui, y décèle une menace sourde, un relent maléfique. De son côté, Joss Le Guern, le Crieur de la place Edgar-Quinet, se demande qui glisse dans sa boîte à messages d'incompréhensibles annonces accompagnées d'un paiement bien au-dessus du tarif. Un plaisantin ou un cinglé ? Certains textes sont en latin, d'autres semblent copiés dans des ouvrages vieux de plusieurs siècles. Mais tous prédisent le retour d'un fléau venu du fond des âges...

 

http://img4.hostingpics.net/pics/946401parsviterevienstard.jpg

 

J'avais été agréablement surprise par l'écriture poétique de F. Vargas lors de ma découverte de cette auteur. J'ai donc été ravie de replonger dans sa plume.

Les chapitres sont assez courts et les pages se tournent donc très vite.

 

J'étais assez mitigée sur la personnalité d'Adamsberg, très atypique, mais je suis dorénavant totalement convaincue ! Il semble hors du monde actuel mais cela ne l’empêche pas d'être investi dans son métier et ses enquêtes.

Danglard est également un personnage fort puisqu'il est là pour recentrer un peu Adamsberg et pour le remettre sur les rails lorsqu'il doute.

Camille est toujours là et même si j'ai raté 2 tomes, leur relation est toujours compréhensible même si je pense qu'il me manque quelques détails... ça n'affecte en tout cas pas la lecture.

 

L'intrigue est très intéressante, notamment car la biologie et l'histoire se mélangent pour donner une enquête riche en détails et en rebondissements.

Le début du roman est déroutant car Adamsberg n'arrive que vers le quart du livre : on commence par découvrir les habitants de la place Edgar-Quinet, atypiques eux aussi, et le métier oublié de crieur. L'air de rien, l'auteur nous donne des détails qui seront très importants pour la suite.

Cependant, le dénouement a été une grande surprise pour moi car je ne m'attendais absolument pas au divers retournements de situation que l'on découvre au fur et à mesure des pages.

 

 

En bref, Adamsberg est fidèle à lui-même mais c'est ce tome-là qui m'a permis de l'apprécier à sa juste valeur. Les autres personnages sont également travaillés et permettent aux lecteurs de se fondre complètement dans la vie du quartier cible de l'enquête. Enquête qui est intéressante, surprenante ainsi que très recherchée.

 

 

 

Cette lecture fait partie de ma PAL d'automne et me permet de participer à la LC organisée par Praline,

 

au challenge des 170 idées d'Helran, n°117 : quelque chose de vert (la poubelle).

http://img15.hostingpics.net/pics/258800challenge170ides.jpg

 

 

à la session du Club de lecture Vendredi Lecture de novembre : Femmes primées.

http://img11.hostingpics.net/pics/271244CLVLnov2014.jpg

 

 

 

Du même auteur, sur le blog :

L'homme aux cercles bleus

Ceux qui vont mourir te saluent

 

 

 

Pour aller plus loin : La bibliographie de l'auteur – Les autres tomes de la saga

 

 

 

Fiche Babelio de l'auteur Site des éditions J'ai Lu

 

 

 

http://www.livraddict.com/images/logo_liv.jpg

 

http://www.nouslisons.fr/on/images/button150x60.png

 

 

 

Repost 0
15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 10:46

Thriller.

Version publiée en 2013,

aux éditions Pocket.

119 pages.

 

Au fond d'un vieux garage hongkongais, elle est là. Elle l'attend.

La machine.

Il suffit de taper. Et tout s'écrira, dans la réalité.

Très vite, l'écrivain William Sagnier comprend qu'il tient l'instrument de sa vengeance. La femme qui l'a trompé. L'homme qui lui a volé son livre. Tous ceux qui l'ont humilié, utilisé, détruit, seront punis à leur tour.

La vie, la mort, la toute-puissance au bout des doigts, là où se mélangent l'encre et le sang...

 

http://img11.hostingpics.net/pics/162844lencreetlesangthilliez.jpg

 

J'aime beaucoup tout ce que j'ai lu de F. Thilliez et c'est donc avec plaisir que j'ai acheté cette petite nouvelle.

 

La lecture est fluide et rapide. L'écriture à deux mains ne se sent pas spécialement, l'ensemble est cohérent.


Les personnages m'ont déplu, notamment les hommes (majoritaires dans le récit) : je n'ai pas compris l’ascension de cruauté au fil des pages.

L'esprit de vengeance est plausible au départ car William a de bonnes raisons d'en vouloir à son ex-femme mais s’essouffle par la suite.

 

L'intrigue est intéressante et originale même si l'utilisation de la machine à écrire est vue assez régulièrement dans les romans.

Cependant, les auteurs amènent du renouveau grâce à la touche fantastique mais je pense qu'elle aurait pu être mieux exploitée ou, en tout cas, de manière plus subtile...

Le rebondissement de l'intrigue est inattendue mais, malheureusement il m'a encore plus mis mal à l'aise par rapport à l’excès de violence des personnages.

Le dénouement est, par contre, plutôt cliché et plus ou moins dévoilé au milieu de la nouvelle.

 

 

En bref, une nouvelle qui accumule les scènes de violence sans raisons suffisantes pour être utiles à l'histoire. Finalement, l'intrigue est banale et sans grand suspense. J'aurais peut-être préféré un roman plus long pour pouvoir étoffer les personnages et l'utilisation de la machine à écrire...

 

 

 

Cette lecture me permet de participer au challenge des 170 idées d'Helran, n°45 : un animal.

http://img15.hostingpics.net/pics/258800challenge170ides.jpg

 

et au challenge Un mot, des titres : « sang ».

Challenge Un mot, des titres

 

 

Du même auteur, sur le blog :

La chambre des morts

La forêt des ombres

Le syndrome [E]

[Gataca]

Puzzle

 

 

 

Pour aller plus loin : La bibliographie des auteurs  et  

 

 

 

Site de L. Scalese et fiche Babelio de F. Thilliez Site des éditions Pocket

 

 

http://www.livraddict.com/images/logo_liv.jpg

 

 

 

Repost 0
29 septembre 2014 1 29 /09 /septembre /2014 20:02

Policier.

Version publiée en 2001,

aux éditions J'ai Lu (Policier).

189 pages.

 

A priori, tous les dessins de Michel-Ange ont été répertoriés. Et lorsque l'un d'eux fait une apparition discrète sur le marché, il y a tout lieu de supposer qu'il a été volé. Le plus incroyable, c'est que celui qui est proposé à Henri Valhubert, célèbre expert parisien, provient probablement du Vatican!
Qui se risquerait à subtiliser les trésors des archives papales? L'affaire se complique lorsque Valhubert est assassiné, un soir de fête, devant le palais Farnèse.
Instantanément, les soupçons se portent sur le fils de la victime. Ce dernier fait partie d'un curieux triumvirat d'étudiants, aux surnoms d'empereurs: Claude, Néron et Tibère. En résidence à Rome depuis plusieurs années, tous trois entretiennent des liens singuliers avec la veuve de Valhubert. Une femme au charme envoûtant et dont le passé comporte quelques zones d'obscurité...

 

http://img4.hostingpics.net/pics/801201ceuxquivontmourirtesaluentvargas.jpg

 

J'avais bien aimé découvrir l'auteur avec son inspecteur fétiche Adamsberg, je voulais ici voir comment elle s'en sortait avec une enquête unique.

 

J'aime beaucoup la plume de l'auteur, agréable et poétique à la fois, très calme. Néanmoins, je ne suis pas sûre que ce style d'écriture colle avec le genre de romans qu'elle écrit : l'action n'est pas le principal dans ses romans, on s'attache plus aux personnages et à leurs sentiments.

 

Paradoxalement, les personnages m'ont paru extrêmement lointains à cause de leurs caractères très hautains et supérieurs.

On est plongé dans un univers très bourgeois, avec une famille fortunée et des étudiants qui passent leurs journées dans la bibliothèque du Vatican... Autant dire que nous n'avons pas les mêmes valeurs !

J'ai trouvé que F. Vargas se servait beaucoup de cette attitude condescendante des suspects principaux pour jouer sur le suspense de l'enquête. De plus, ils semblent ainsi assez antipathiques et rendent le lecteur mal à l'aise et méfiant vis-à-vis d'eux, ce qui renforce le doute sur le coupable.

 

L'intrigue est originale : au départ, on se remémore un peu Da Vinci Code avec le mystère de l’œuvre d'art qui semble être l'objet principal de l'enquête.

Petit à petit, on comprend que c'est beaucoup plus complexe et que de nombreux secrets sont enfouis et vont avoir du mal à refaire surface.

Le dénouement est surprenant même si peut-être que certains détails auront vendus la mèche aux plus expérimentés !

 

 

En bref, j'ai beaucoup aimé l'écriture poétique de Vargas et son intrigue sympathique mais les deux ensembles ne m'ont pas vraiment conquise. L'auteur arrive tout de même à instiller du suspense à son enquête mais les personnages ne sont pas assez proches du lecteur pour que j'arrive à m'y attacher...

 

 

 

Cette lecture me permet de participer au challenge Lire sous la contrainte : Pronom relatif

http://img4.hostingpics.net/pics/283346pronomrelatif.jpg

 

à la troisième session de L'étagère magique : Nature morte.

http://img11.hostingpics.net/pics/483764ltagremagique.jpg

 

 

et au challenge gourmand de Lecture-addict, le café : «- Ta gueule, dit Tibère. Viens, on va boire un café.»

http://img15.hostingpics.net/pics/601573challengegourmand.png

 

 

Du même auteur, sur le blog :

L'homme aux cercles bleus

 

 

 

Pour aller plus loin : La bibliographie de l'auteur 

 

 

 

Fiche Babelio de l'auteur Site des éditions J'ai Lu

 

 

 

http://www.livraddict.com/images/logo_liv.jpg

 

 

 

 

Repost 0
25 août 2014 1 25 /08 /août /2014 18:13

Historique.

Version publiée en 2013,

aux éditions Julliard.

288 pages.

 

Ce fut une enfant adorable, une jeune fille charmante, une femme compatissante et dévouée. Elle a traversé la Bretagne de part en part, tuant avec détermination tous ceux qui croisèrent son chemin : les hommes, les femmes, les vieillards, les enfants et même les nourrissons.

Elle s'appelait Hélène Jégado, et le bourreau qui lui trancha la tête le 26 février 1852 sur la place du Champs-de-Mars de Renne ne sut jamais qu'il venait d'exécuter la plus terrifiante meurtrière de tous les temps.

 

http://img4.hostingpics.net/pics/165338Fleurdetonnerreteul.jpg

 

Lire un Jean Teulé est toujours une épreuve pour moi, car j'ai toujours peur de ne pas arriver à m'habituer au style, assez spécial, de l'auteur.

 

En effet, son style d'écriture est souvent cru, parfois vulgaire mais associé à des tournures de phrases soignées... C'est assez déstabilisant je trouve mais une fois dans l'histoire, ça passe très bien !

 

Les personnages présents dans le roman sont très peu développés car, au vu du résumé, vous comprendrez qu'ils ont une durée de vie assez courte...

Cependant, Hélène, que l'on suit tout au long du roman m'a également paru assez lointaine car je n'ai pas réussi à cerner son but : pourquoi tue-t-elle tous les gens qu'elle croise ?

Certes, certains le méritent mais parfois on sent qu'en faisant du mal aux autres, elle s'en fait aussi à elle-même et c'est là que je ne comprends pas ses agissements.

 

L'auteur privilégie dans ses romans les anecdotes historiques méconnus du grand public et une fois encore, c'est très bien fait dans ce roman.

On découvre assez bien le contexte historique et les coutumes bretonnes de l'époque avec son lot de superstitions et légendes en tout genre.

Le choix d'un personnage féminin qui tue de sang-froid est bien choisi et original : c'est un pan de l'Histoire que l'on n'apprend pas à l'école et que l'on croise rarement dans les livres ou les documentaires.

 

 

En bref, je suis encore une fois agréablement surprise par Jean Teulé. On retrouve dans ses romans et celui-ci en particulier une partie historique souvent méconnue ainsi qu'une vision cruelle et cynique de l'Humanité. Ce roman est divertissant mais également instructif, original et intéressant.

 

 

 

Cette lecture me permet de participer àla deuxième session de L'étagère magique : Nature ! (le menhir)

http://img11.hostingpics.net/pics/483764ltagremagique.jpg

 

à la session d'août du Club de lecture Vendredi Lecture : Sur la route

http://img4.hostingpics.net/pics/869414logoVL.png

et au challenge gourmand de Lecture-addict, le café : « Parmi les bouts de verre, Rose Tessier avale le reste de sa tasse de café. »

http://img15.hostingpics.net/pics/601573challengegourmand.png

 

 

 

Du même auteur, sur le blog :

Bord cadre

Le magasin des suicides

Le Montespan

Mangez-le si vous voulez

 

 

 

Pour aller plus loin : La bibliographie de l'auteur

 

 

 

Fiche Babelio de l'auteur Site des éditions Julliard

 

 

 

http://www.livraddict.com/images/logo_liv.jpg

 

http://www.nouslisons.fr/on/images/button150x60.png

 

 

 

 

 

Repost 0
11 juin 2013 2 11 /06 /juin /2013 08:57

      Drame Historique.

Version publiée en 2007,

aux éditions Folio.

122 pages.

 

Âgé de seize ans, Hans Schwarz, fils unique d'un médecin juif, fréquente le lycée le plus renommé de Stuttgart. Il est encore seul et sans ami véritable lorsque l'arrivée dans sa classe d'un garçon d'une famille protestante d'illustre ascendance lui permet de réaliser son exigeant idéal de l'amitié, tel que le lui fait concevoir l'exaltation romantique qui est souvent le propre de l'adolescence.

C'est en 1932 qu'a lieu cette rencontre, qui sera de courte durée, les troubles déclenchées par la venue de Hitler ayant fini par gagner la paisible ville de Stuttgart. Les parents de Hans, qui soupçonnent les vexations que subit le jeune homme au lycée, décident de l'envoyer en Amérique, où il fera sa carrière et s'efforcera de rayer de sa vie et d'oublier l'enfer de son passé. Ce passé qui se rappellera un jour à lui de façon tragique.

 

l'ami retrouvé

 

J'avoue que je ne sais plus trop pourquoi ce livre m'avait attiré... Sûrement car il y a le nom d'Hitler dans le résumé !

 

 

Ce roman est très court, c'est presque une nouvelle. L'auteur a donc dû trouver des moyens pour que son histoire accroche le lecteur et marque son esprit : il y parvient plutôt bien grâce à une narration à la première personne, une écriture condensée mais fluide et des ellipses qui font passer cette histoire pour des bribes de souvenirs.

La plume de Uhlman est très belle et assez soutenue malgré une écriture originale en anglais. Cependant, là où l'auteur aurait pu faire passer son histoire pour un journal intime ou du moins un récit biographique, ce même style très riche nous fait perdre la sensation d'authenticité...

De plus, le traducteur n'a pas pris la peine de traduire l'intégralité du texte : certains mots allemands ou citations latines sont laissés tels quels ; moi qui n'ait fait ni allemand ni latin, j'ai l'impression d'avoir raté des trucs... Sans forcément traduire dans le texte pour ne pas perdre l'intensité du texte, j'aurais tout de même apprécié des notes de bas de pages !

 

Je n'ai pas vraiment eu le temps de m'attacher au personnage en si peu de pages, j'ai besoin de temps... Mais, on cerne assez bien les protagonistes : d'un côté la famille de Hans, juive et de l'autre, les élèves de sa classe, allemands et riches...

L'amitié créée par l'auteur est très bien exploitée et très riche pour une amitié d'adolescents : j'ai beaucoup aimé ressentir la pression de la société et de la montée du nazisme sur les deux amis.

 

L'histoire et la morale du texte sont très réussies et très belles. La fin laisse perplexe dans le sens où les a-priori que l'on avait pour Conrad ne sont finalement peut-être pas si fondés que ça...

 

 

En bref, une très belle lecture mais je n'aurais pas refusé un roman plus long et plus détaillé sur cette période et cette amitié profonde et sincère entre deux adolescents de milieux différents... Un texte fort en émotions et en réflexions !

 

 

 

Au fil des plumes, Livr0ns-n0us et Calypso l'ont également lu.

 

 

Cette lecture me permet de participer au challenge Lire en thème : thème de l'amitié,

http://img4.hostingpics.net/pics/793578lireenthemelogo.png

 

ainsi qu'au challenge des 170 idées : n°115, quelque chose de moche (les croix gammées bien entendu)

http://img15.hostingpics.net/pics/258800challenge170ides.jpg

 

 

 

Pour aller plus loin : J'ai découvert qu'il y avait une suite, La lettre de Conrad ou plutôt un autre point de vue.

 

 

Fiche Babelio de l'auteurSite des éditionsBande annonce du film

 

 

http://www.livraddict.com/images/logo_liv.jpg

 

 

 

Repost 0
20 mars 2013 3 20 /03 /mars /2013 18:20

 

Drame contemporain.

Version publiée en 1999,

aux éditions Folio.

242 pages.

 

À quinze ans, Michaël fait par hasard la connaissance, en rentrant du lycée, d'une femme de trente-cinq ans dont il devient l'amant. Pendant six mois, il la rejoint chez elle tous les jours, et l'un de leurs rites consiste à ce qu'il lui fasse la lecture à haute voix. Cette Hannah reste mystérieuse et imprévisible, elle disparaît du jour au lendemain.

Sept ans plus tard, Michaël assiste, dans le cadre de ses études de droit, au procès de cinq criminelles et reconnaît Hannah parmi elles. Accablée par ses coaccusées, elle se défend mal et est condamnée à la détention à perpétuité. Mais, sans lui parler, Michaël comprend soudain l'insoupçonnable secret qui, sans innocenter cette femme, éclaire sa destinée, et aussi cet étrange premier amour dont il ne se remettra jamais.

Il la revoit une fois, bien des années plus tard. Il se met alors, pour comprendre, à écrire leur histoire, et son histoire à lui, dont il dit : « Comment pourrait-ce être un réconfort, que mon amour pour Hannah soit en quelque sorte le destin de ma génération que j'aurais moins bien su camoufler que les autres ? ».

 

le liseur - schlink (emprunt)

 

J'avais remarqué ce livre malgré un genre que je ne lis pas beaucoup et un auteur que je ne connaissais pas.

 

Le style de B. Schlink est aux premiers abords assez complexe. Beaucoup de descriptions pour peu d'action directe, des dialogues rares et une narration en « je » : il m'a fallu de la concentration pour rentrer dans l'histoire. Malgré cela, des chapitres courts et les débuts d'une histoire d'amour impossible permettent au lecteur de prendre goût à ce roman .

 

Le personnage principal, Michaël, est le seul à être vraiment fouillé de fond en comble. Il est le narrateur, c'est lui qui nous raconte son histoire et sa vision des choses. Hannah n'est pas assez exploitée à mon avis malgré qu'elle soit le centre de ce roman.

 

L'histoire est intéressante grâce à un secret que l'on ne voit pas venir et des rebondissements assez imprévisibles. Malgré tout, l'intrigue reste racontée par Michaël qui nous parle de ses sentiments d'adolescent puis d'adulte mais sans s'ouvrir au monde et aux regards extérieurs...

J'aurais aimé avoir plus de détails sur la vie d'Hannah : ce qu'elle ressent vis-à-vis de Michaël, les vraies raisons de son procés, pourquoi elle semble ne pas vouloir se défendre réellement, pourquoi elle finit par renoncer à la veille de sa libération... Bref, beaucoup de questions restent en suspens pour moi !

 

 

En bref, un drame profond et intéressant mais l'auteur n'a pas su me donner les réponses à mes questions... Il a réussi à créer un personnage plein de secrets mais ne le développe pas assez à mon goût. Une partie où Michaël reste ne retrait pour qu'Hannah s'épanouisse un peu dans cette histoire qui est la sienne ne m'aurait pas déplu !

 

 

Nelfe, Luna et Liyah l'ont également lu.

 

 

Cette lecture me permet de participer à la LC organisée par TetedeLitote sur Livraddict, et tous les participants ici.

 

Pour aller plus loin : Comme pour pas mal de livres depuis ce début d'année, l'adaptation ciné me tente !

 

Fiche Babelio de l'auteurSite des éditionsVidéo « Un livre, un jour »

 

http://www.livraddict.com/images/logo_liv.jpg

 

 

Repost 0
27 décembre 2012 4 27 /12 /décembre /2012 09:21

Policier.

Version publiée en 2010,

aux éditions Michel Lafon.

374 pages.

 

Lilly Chance a réalisé son rêve de petite fille : fonder un refuge pour animaux sauvages, au sud du Dakota, un territoire sacré pour les Amérindiens.
Son ami d'enfance, Cooper, ébranlé par le meurtre d'un collègue policier, décide de retourner dans la petite ville où il a grandi. Il espère conquérir enfin le coeur de Lilly, et laisser derrière lui la violence de New York. Mais un assassin rôde dans la région, et chacun de ses crimes le rapproche dangereusement de Lilly.
Pourquoi s'acharne-t-il ainsi sur la jeune femme, sa famille, son refuge... et tout ce qui lui tient à coeur ?
Au coeur des collines, les ombres cachent parfois de terribles menaces.

 

les-collines-de-la-chance.jpg

 

J'avais déjà lu un livre de cette auteur au collège Possession et j'avais beaucoup aimé l'ésotérisme de l'intrigue. Les collines de la chance est dans ma PAL depuis une bonne année et j'ai donc découvert l'auteure sous un autre jour : on reste dans le genre du policier mais là, plus de sacrifices sanglants (quoi que...) mais un univers beaucoup plus calme au beau milieu du Dakota du Sud.

 

J'avais assez peu de souvenirs du style de l'auteure mais j'ai redécouvert une écriture agréable et fluide, simple et efficace.

 

Les personnages sont très attachants car très proches les uns des autres puisque l'histoire se passe dans un petit village où tous se connaissent depuis un bon moment. De plus, les deux personnages principaux sont très complices puisqu'ils sont amis d'enfance et ont vécu une amourette d'adolescent... On les découvre le jour de leur rencontre puis on les retrouve plusieurs années après, quand ils ont bien grandi et qu'ils ont vécu chacun de leur côté : Lily a réalisé son rêve et est devenue une sorte d'ethnologue spécialisée dans les grands félins (tigres, pumas, etc.) et Cooper a tenté une carrière de policer qui a plutôt mal tournée... Bref, ce sont des personnages vrais et touchants, qui se cherchent et qui sont tellement mignons tous les deux ! =)

 

L'univers, j'en ai parlé, m'a vraiment beaucoup plu : on est assez dépaysés par les paysages du Dakota du Sud, mi-désertique mi-montagneux et émerveillés par la réserve naturelle que Lily a fondé et où elle recueille des félins plus ou moins coupés de leur environnement naturel (blessés ou récupérés dans des cabarets...). Je ne suis pas très fan des félins, pourtant j'ai beaucoup aimé suivre la vie de la réserve et découvrir quelques petites informations que Nora Roberts a su dissimulé dans le récit, notamment sur les habitudes de vie des félins mais aussi sur l'organisation d'une réserve de ce genre.

 

L'intrigue, elle, est intéressante et sympa sans être haletante... Cet univers que j'ai adoré laisse peut-être le suspense un peu de côté malheureusement. Cependant, le mobile du meurtrier est bien trouvé et colle parfaitement au thème du roman. Il en devient donc assez original.

Je n'aurais pas boudé un peu plus de chapitres sur la psychologie du tueur mais j'ai l'impression que l'auteure n'a pas cherché à écrire un thriller et s'est contenté d'un bon policier.

 

 

En bref, ce roman n'est pas un coup de cœur mais une très bonne et très agréable lecture ! C'est un bon policier au décors travaillés et originaux, avec une intrigue en demi-teinte mais qui reste présente tout au long du roman.

 

http://www.livraddict.com/images/logo_liv.jpg

 

Cette lecture était donc le seul roman de ma PAL avec une couverture rose, mais qui me fait tout de même participer au challenge pour Bookineurs en couleurs.

Logo-challenge-bookineurs-en-couleurs

 

 

Pour aller plus loin : Nora Roberts a une bibliographie assez conséquente avec pas mal de sagas familiales... A découvrir !

 


Repost 0
5 décembre 2012 3 05 /12 /décembre /2012 09:40

Premier tome de la saga Uglies.

S-F Jeunesse.

Version publiée en 2007,

aux éditions Pocket Jeunesse.

432 pages.

 

Tally aura bientôt 16 ans. Comme toutes les filles de son âge, elle s'apprête à subir l'opération chirurgicale de passage pour quitter le monde des Uglies et intégrer la caste des Pretties. Dans ce futur paradis promis par les Autorités, Tally n'aura plus qu'une préoccupation, s'amuser... Mais la veille de son anniversaire, Tally se fait une nouvelle amie qui l'entraîne dans le monde des rebelles. Là-bas, elle découvre que la beauté parfaite et le bonheur absolu cachent plus qu'un secret d'État : une manipulation. Que va-t-elle choisir? Devenir rebelle et rester laide à vie, ou succomber à la perfection?


uglies--emprunt--copie-1.jpg

 

Qui n'a pas entendu parler de cette saga ? J'étais attirée par l'univers et l'idée, et j'avais également envie de découvrir le style de l'auteur... Cependant, le côté jeunesse me rebutait un peu.

C'est grâce à Michou qui a organisé une LC sur Livraddict que je me suis lancée et que je l'ai emprunté à la médiathèque.

 

Le style de Scott Westerfeld m'a beaucoup plus : c'est fluide, c'est agréable. Et même si on sent que l'auteur a écrit pour un public jeunesse j'ai apprécié. Cependant, quelques détails m'ont gênés au niveau de la cohérence intrigue/centres d'intérêt des personnages, mais je vous en reparle plus loin !

 

Les personnages sont attachants mais leurs personnalités sont assez banales : les héroïnes veulent sauver le monde du haut de leurs 16 ans (et encore, pas tout à fait!)... Ma préférence est allée vers les personnages un peu plus murs et matures comme David et ses parents : ils ont vécu hors de la ville et ont connu l'époque d'avant les Pretties et les Uglies, ils ont donc un certain recul par rapport à cette nouvelle idéologie de la beauté.

Néanmoins, que ce soit pour les Uglies ou pour David et ses parents j'ai trouvé que l'auteur n'avait pas vraiment fouillé leurs émotions : on reste dans le cas classique « amitié-amour-jalousie », c'est assez dommage je trouve car cela gâche l'univers très intéressant qu'il a su construire... De même pour le passé des Uglies, où vivaient Tally et Shay avant d'arriver dans le dortoir des Uglies ?

 

Comme je le disais, l'univers m'a beaucoup plu. J'avais emprunté en même temps le guide de la saga Secrets où l'auteur nous explique un peu plus profondément quelques principes et quelques inventions de cette saga... J'ai une assez mauvaise imagination donc les schémas et les petits détails qui n'ont pas forcément leurs places dans les tomes de la saga m'ont été très utiles pour appréhender l'environnement des Uglies et de New Pretty Town.

J'ai également été surprise par le tournant que prend l'histoire lorsque S. Westerfeld nous révèle les découvertes de Maddy et Az, les parents de David qui ont participé aux débuts des opérations... On sent que l'idée est fouillée, et qu'il y a un vrai univers à découvrir.

Idem pour l'Histoire d'avant, où le monde des Rouillés ressemble étrangement au nôtre... L'auteur sait ré-inventer nos technologies afin d'en faire une toute autre utilité dans le monde des Uglies.

Pour les détails gênants dont je parlais plus haut, j'ai eu du mal à passer des descriptions et des révélations prenantes, fouillées et finalement assez dures (avant l'Opération, tout le monde se sent moche, les Uglies ne vivent que pour cette Opération qui va changer leur vie... quitte à les changer complètement) aux problèmes assez futils (assez ados!) des personnages : « tu m'a piqué mon mec, jte parle plus, bla bla bla... »... C'est justement de ça dont j'avais peur et malheureusement je n'y ai pas échappé !

 

La fin se pressent petit à petit et n'est donc pas surprenante mais S. Westerfeld sait tenir en haleine et donne envie de savoir la suite des aventures !

 

 

En bref, un très joli univers bien fouillé malheureusement gâché par des personnages trop jeunesses à mon goût aux préoccupations assez futiles... Je lirais la suite pour apprendre l'évolution de l'histoire mais celle des héros et héroïnes ne fait pas sauter sur le tome 2.

 

 

Cette lecture était donc une lecture commune organisée sur Livraddict, vous pouvez retrouver toutes les autres chroniques ici.

 

http://www.livraddict.com/images/logo_liv.jpg

 

Pour aller plus loin : Ma médiathèque possède tous les tomes de cette saga, ce sera un bon moyen de connaître la suite à l'occasion !

 

Repost 0
10 novembre 2012 6 10 /11 /novembre /2012 08:55

Harry Potter, tome 1 : A l'école des sorciers

Fantasy Jeunesse.

Version publiée en 2011,

aux éditions Folio Junior.

322 pages.

 

Le jour de ses onze ans, Harry Potter, un orphelin élevé par un oncle et une tante qui le détestent, voit son existence bouleversée.

Un géant vient le chercher pour l'emmener à Poudlard, une école de sorcellerie !

Voler en balai, jeter des sorts, combattre les trolls : Harry Potter se révèle être un sorcier doué. Mais un mystère entoure sa naissance et l'effroyable V..., le mage dont personne n'ose prononcer le nom.


HP1

 

« Elle donnait autant d'argent et permettait de vivre aussi longtemps qu'on le souhaitait ! Les deux choses que la plupart des humains désirent le plus au monde, l'ennui, c'est que les humains ont un don pour désirer ce qui leur fait le plus de mal. »

p. 300

 

Bon, tout le monde connaît et a déjà lu Harry Potter, et grâce à Livr0ns-n0us, maintenant moi aussi !

Cette chronique va être brève, ça ne sert à rien de s'attarder sur des détails et sur une histoire que tout le monde a déjà lu et relu des dizaines de fois !!

 

Je connaissais bien sur H.P. grâce aux films mais j'ai beaucoup aimé découvrir le style de J.K. Rowling, agréable, simple et efficace. J'ai été surprise par les notes de cynisme qu'elle glisse dans son récit. Malgré que cette saga soit placée en jeunesse, le ton et l'histoire ne sont pas si enfantins que l'on pourrait penser.

 

Les personnages sont hilarants et très attachants car on découvre avec eux l'univers des sorciers et de Poudlard et finalement on arrive à se poser les mêmes questions qu'eux... Par contre, j'ai trouvé que la Hermione du livre est un peu plus coincée et moins sympa que celle du film : j'ai eu l'impression qu'elle mettait plus de temps à s'intégrer, c'est dommage car ses répliques sont toujours très drôles malgré elle !

 

L'intrigue de ce premier tome est finalement assez courte puisque une bonne première partie est consacrée à la vie d'H.P. avant Poudlard puis à sa découverte de l'école et de ses professeurs... Du coup, la recherche et la protection de la Pierre Philosophale qui donne son nom au premier tome en V.O. sont reléguées au second plan et ne prennent place qu'en fin de roman...

 

En bref, une découverte assez tardive mais une très bonne lecture malgré une intrigue tronquée par la mise en place du monde et des personnages de cette saga... Néanmoins, je comprends désormais l'engouement de tous pour ce petit sorcier et cette auteure !

 

 

Énormément de Livraddictiens l'ont lu notamment Jess, Mina et Melisende !

 

 http://www.livraddict.com/images/logo_liv.jpg

 

Pour aller plus loin : Je crois que la folie H.P. m'a frappé et j'ai bien envie de découvrir la suite des évènements, n'ayant pas tellement suivi les adaptations ciné...

 

J'ai lu ce livre dans le cadre du challenge Lire en Thème #6 : Sorciers et sorcières.

http://img11.hostingpics.net/pics/797430Lireenthme6.jpg

 


Repost 0

  • : Riz-Deux-ZzZ
  • Riz-Deux-ZzZ
  • : On ne devrait lire que les livres qui nous piquent et nous mordent. Si le livre que nous lisons ne nous réveille pas d'un coup de poing sur le crâne, à quoi bon le lire ? [Franz Kafka]
  • Contact

En Cours...

Glacé de B. Minier

 

 

LC prévues...

17.01 -> La délicatesse de D. Foenkinos

24.01 -> Les mères de S. Hayes

 

28.02 -> L'assassin royal, tome 3 : La nef du crépuscule de R. Hobb

L'épreuve, tome 1 : Le labyrinthe de J. Dashner

 


Rechercher

Instagram

Youtube

Facebook