Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 décembre 2014 1 29 /12 /décembre /2014 17:18

 

Pour éviter toutes déconvenues avec la mise à jour d'Overblog, je déménage et m'installe

ici

 

A très vite et joyeuses fêtes.

Published by Riz-Deux-ZzZ - dans Bla-bla...
commenter cet article
22 décembre 2014 1 22 /12 /décembre /2014 10:42

Policier.

Exemplaire publié en 2014,

aux éditions La Bourdonnaye.

266 pages.

 

Un assassin, qui se fait appeler le Prince, exécute des mères de famille sous les yeux horrifiés de leurs jeunes fils âgés de 7 ans. Opérant à l’arme blanche avec une rare sauvagerie, le meurtrier taille ses victimes en lanières. Telle est la punition qu’il inflige. Mais qui punit-il ? Et de quoi ?
Pour répondre à ces deux questions fondamentales, le commandant Falier s’adjoint les services du professeur Bareuil, spécialiste des crimes rituels, « retraité » de la Sorbonne, et de Jeanne Lumet, qui fut sa plus brillante élève. Or la jeune femme est mère d’un petit garçon de 7 ans. Détail qui n’échappera sans doute pas au Prince…

 

http://img4.hostingpics.net/pics/519679InsigneBoiteux.jpg

 

Margaud en avait parlé dans une de ses vidéos bilan et l'histoire m'avait intrigué.

 

J'ai bien aimé le style de l'auteur même s'il est difficile au départ de se plonger dans son univers. Les personnages ont pour la plupart un langage assez vulgaire, que l'on découvre dès les premières lignes : pour certains ça leur colle à la peau, pour d'autres c'est un peu plus perturbant.

Cependant, le récit en lui-même est agréable à lire et le suspense présent donne envie de connaître le dénouement.

 

Les personnages sont bien travaillés et crédibles malgré ce petit souci de langage. Falier a le profil type du commandant qui parle fort et assez vulgairement mais la personnalité de Jeanne, que j'ai perçu comme une femme discrète et menue ne colle pas réellement à certaines tournures de phrases typiquement masculines à mon goût.

La plupart du temps, elle s'exprime de façon correcte mais à certains passages elle change complètement...

Les autres personnages, secondaires comme Bareuil (quoiqu'il ait un rôle important dans l'histoire) ainsi que Paul et Léo sont également fouillés et attachants même si Bareuil reste antipathique une bonne partie du roman.

 

L'intrigue est très intéressante car T. Berlanda ne nous laisse pas entrer dans l'esprit du coupable : on découvre alors au fur et à mesure certains indices qui nous poussent vers un personnage ou un autre mais le lecteur est obligé d'être surpris par le dénouement et l'identité du meurtrier puisqu'il n'a, à aucun moment, pu deviner qui il était.

L'explication du rituel du tueur est originale et quelques flash-back nous montrent plus ou moins la voie.

Cependant, je trouve que le résumé du livre en dévoile un peu trop puisque du coup, on s'attend forcément à ce que Jeanne soit impliquée plus que prévu dans le scénario du Prince. C'est dommage car sans ce détail, les lecteurs les plus coriaces aurait pu deviner mais les autres se serait laisser prendre au jeu et aurait sûrement été encore plus surpris par le final.

Final qui, pour moi, clôt l'enquête et l'histoire entière puisqu'il n'y a pas d'ouverture vers d'autres indices ou meurtres.

 

 

En bref, l'intrigue est intéressante et la personnalité du tueur originale. Malgré une entrée en matière qui pourra surprendre certains lecteurs, ce roman se lit très vite et l'enquête nous fait tourner les pages jusqu'à la fin. Je ne vois pas vraiment quelle suite l'auteur pourrait donner aux personnages, mais je serais toutefois contente de les découvrir dans d'autres aventures.

 

 

 

Cette lecture m'a été offerte par l'auteur et les éditions, merci beaucoup.

 

Elle me permet de participer au challenge gourmand de Lecture-addict, le chocolat : «Elle prépare le chocolat chaud et dit qu'elle n'a pas le temps de déjeuner mais qu'elle sera de retour à midi et qu'elle préparera un super gâteau pour eux trois.»

http://img15.hostingpics.net/pics/601573challengegourmand.png

 

 

 

Pour aller plus loin : La bibliographie de l'auteur – Un tome 2 est apparemment prévu pour février 2015.

 

 

 

Fiche Babelio de l'auteur Site des éditions La Bourdonnaye

 

 

 

http://www.livraddict.com/images/logo_liv.jpg

 

 

 

15 décembre 2014 1 15 /12 /décembre /2014 10:07

Contemporain.

Version publiée en 2014,

aux éditions Rue Fromentin.

176 pages.

 

Un samedi soir, une librairie de quartier.

Comme toutes les nuits, sitôt le rideau tombé, les livres s’éveillent et se racontent leurs histoires... Mais ce soir, l’heure est grave : les nouveautés viennent d'arriver, et les romans du fond de la librairie n'ont plus que quelques jours pour trouver un lecteur !

Pour sortir par la grande porte, il leur faudra s'unir et prendre la place des best-sellers solidement empilés près de la caisse. Autant dire qu'ils n'ont pratiquement aucune chance...

 

http://img4.hostingpics.net/pics/407483souslescouvertures.jpg

 

Inconnu au bataillon avant que Price Minister me le propose, j'ai été attirée par le résumé : je suis curieuse de voir les auteurs parler de livres dans leurs romans.

 

La plume de B. Guillot est recherchée et assez poétique mais reste abordable et fluide. Il a réussi à faire d'un livre qui parle de livres une histoire vivante, parfois drôle, parfois plus profonde. Quelques allusions aux services presses et à Amazon m'ont fait sourire.

 

Les personnages principaux sont les livres, donc difficiles de s'y attacher. Pourtant, l'auteur les décrit par quelques mots sur leur histoire et on se prend à vouloir reconnaître le titre cité... Certains m'ont parlé, d'autres moins.

On découvre aussi quelques humains, notamment Sarah, la nouvelle libraire ainsi que le patron de la librairie que l'on découvre. J'ai largement préféré Sarah, qui essaye de faire redécoller cette librairie tandis que le patron m'a semblé totalement blasé de son métier...

 

L'intrigue est plutôt sommaire mais permet au lecteur de passer une agréable lecture. Les revendications des livres du Boudoir sont compréhensibles et leurs actions sont bien imaginées et retranscrites de façon à ce que l'on puisse imaginer la scène.

Néanmoins, certains petits détails m'ont gêné, notamment la confusion entre l'histoire du roman et son auteur : parfois, B. Guillot nous parle d'un livre par ses personnages et son action puis le décrit ensuite avec la personnalité de son auteur... Je trouve cet amalgame dommage, j'aurais préféré que l'on reste sur l'histoire des romans et que l'on laisse l'auteur de côté étant donné que c'est bien de livres que l'on parle ici...

J'ai également eu un peu de mal avec le ton très cynique du début du roman : le patron de la librairie ainsi que les livres ont des propos défaitistes et donnent l'impression que l'on doit s'apitoyer sur leur sort... La personnalité et les idées de Sarah remontent ensuite le moral mais justement, je trouve que l'auteur a passé un peu trop vite sur ce sentiment positif : on évoque très vite quelques bons exemples pour faire repartir la librairie mais sans s'y attarder.

 

 

En bref, c'est une bonne lecture du point de vue original des livres eux-mêmes. L'histoire principale est intéressante mais malheureusement, elle est un peu gâchée par des propos trop pessimistes au départ : certes, l'univers de la librairie n'est pas à son apogée en ce moment mais le côté larmoyant m'a gêné... On retiendra cependant des anecdotes ainsi qu'un ton ironique en seconde partie qui font sourire.

 

 

 

Cette lecture me permet de participer aux matchs de la rentrée littéraire organisés par Price Minister.

http://img11.hostingpics.net/pics/812067PMrentreeliteraire2013.png

 

 

 

Pour aller plus loin : La bibliographie de l'auteur

 

 

 

Fiche Babelio de l'auteur Site des éditions Rue Fromentin

 

 

 

http://www.livraddict.com/images/logo_liv.jpg

 

 

 

8 décembre 2014 1 08 /12 /décembre /2014 13:26

Thriller.

Version publiée en 2014,

aux éditions Pocket.

479 pages.

 

 

Et si on vous demandait de mourir… dans un jeu ?
Ilan et Chloé, deux jeunes gens spécialistes des chasses au trésor ont rêvé des années durant de participer à la partie ultime, d’un jeu mystérieux dont on ne connaît pas les règles, dont on ne connaît pas l’entrée, et dont on ne sait même pas s’il existe. Mais dont on connaît le nom : Paranoïa.
Lorsqu’un an après leur rupture Chloé réapparaît dans la vie d’Illan en lui annonçant qu’elle sait comment jouer, ce dernier a totalement rompu avec l’univers des jeux, et vit isolé dans la maison de ses parents disparus en mer. Officiellement morts, mais Ilan est persuadé qu’ils ont été enlevés à cause de leurs recherches scientifiques. Après avoir refusé l’aventure, Illan cède alors que Chloé lui fait part de la rumeur : le gagnant remporterait 300 000 euros.
Après un premier jeu de pistes dans Paris, les deux amis sont enfin sélectionnés. C’est alors qu’ils découvrent la règle numéro 1 : «Quoiqu’il arrive, rien de ce que vous allez vivre n’est la réalité. Il s’agit d’un jeu.», rapidement suivie, à leur arrivée sur les lieux du jeu - un gigantesque bâtiment isolé en pleine montagne appelé Complexe psychiatrique de Swanessong – de la règle numéro 2 : «L'un d’entre vous va mourir.»
Quand les joueurs découvrent le premier cadavre, quand Illan retrouve dans le jeu des informations liées à la disparition de ses parents, la distinction entre le jeu et la réalité est de plus en plus difficile à faire…
Et Paranoia peut alors réellement commencer…

 

http://img4.hostingpics.net/pics/994823puzzle.jpg

 

J'avais hâte de me replonger dans un livre de Frank Thilliez... J'en ai quelques uns dans ma PAL, que je ne me décide pas à sortir car j'ai toujours peur que ça passe trop vite puisque je sais pertinemment que je vais adorer, oui je suis très bizarre en ce qui concerne mes auteurs chouchous...

 

Du coup, vous le savez déjà si vous me suivez depuis quelques temps : j'adore le style de cet auteur. Son écriture est fluide mais le travail de recherche est présent et nous permet d'approfondir notre lecture et le thème qu'il a choisi d'aborder.

Je trouve ça très intéressant de pouvoir s'instruire sur un sujet plus ou moins connu dans une lecture dite de loisirs, c'est toujours un plus pour moi.

 

Ce roman est un one-shot donc l'auteur nous présente de nouveaux personnages, toujours bien travaillés et aux personnalités originales et attachantes.

La plupart de ses personnages sont souvent malmenés, au bord de la rupture et le lecteur ne peut que prendre pitié et se laisser happer par leurs vies. On ne se reconnaît pas en eux, mais on est captivés par leurs histoires.

C'est évidemment le cas pour Ilan et Chloé, les deux personnages principaux de Puzzle. On s'attarde surtout sur le passé d'Ilan, qui est le point névralgique de toute l'action.

 

L'histoire est banale puisque l'auteur nous emméne dans le domaine de la psychiatrie : thème largement abordé dans de nombreux thrillers mais l'ambiance confinée du huit-clos accentuée par la sensation d'étouffement de la tempête de neige et du bâtiment abandonné donne un roman captivant avec de l'action à toutes les pages.

La notion de jeu est aussi très intéressante car le lecteur découvre l'addiction qu'un jeu peut provoquer sur quelqu'un, et ce que l'appât du gain peut amener à faire...

Malheureusement, même si je reste toujours bouche bée face au travail et à l'imagination débordante de F. Thilliez, j'avais déjà plus ou moins découvert le dénouement avant la fin... Quelques détails m'ont paru évidents, quoiqu'il me manquait deux ou trois explications pour relier tout ensemble.

[SPOILER : il était évident pour moi que la Chloé du début n'était pas réellement la Chloé qu'Ilan avait connu, j'avais compris que c'était Ilan le meurtrier des 8 personnes dans le refuge mais la connexion avec Lucas me manquait, le code caché par Lucas dans la barre du lit m'a tout de suite sauté aux yeux...]

Malgré tout, je referme le roman avec la sensation d'avoir lu une histoire complètement folle et les nombreux rebondissements et retournements de situation renforcent mon amour pour l'écriture et l'imagination de l'auteur.

 

 

En bref, si quelques mystères m'ont sauté aux yeux, je n'en reste pas moins agréablement surprise par ce roman. Le thème de la psychiatrie, même s'il est vu et revu, est toujours un thème qui me passionne et F. Thilliez arrive à merveille à renouveler le genre grâce à une histoire captivante et un huit-clos angoissant. Je reste également toujours aussi admirative du travail de recherche qui est fait dans chacun de ses romans.

 

 

 

Cette lecture me permet de participer au challenge des 170 idées d'Helran, n°78 : quelque chose de froid.

http://img15.hostingpics.net/pics/258800challenge170ides.jpg

 

au challenge Lire en thème : Hiver.

http://img4.hostingpics.net/thumbs/mini_813529lireentheme.jpg

 

et au challenge gourmand de Lecture-addict, le chocolat : «Ilan fouilla les poches, il ne trouva ni clé, ni cygne, ni carte, ni tournevis, mais une poignée de céréales au chocolat.»

http://img15.hostingpics.net/pics/601573challengegourmand.png

 

 

 

Du même auteur, sur le blog :

La chambre des morts

La forêt des ombres

Le syndrome [E]

[Gataca]

L'encre et le sang

 

 

 

Pour aller plus loin : La bibliographie de l'auteur

 

 

 

Fiche Babelio de l'auteur Site des éditions Pocket

 

 

 

http://www.livraddict.com/images/logo_liv.jpg

 

http://www.nouslisons.fr/on/images/button150x60.png

 

 

 

5 décembre 2014 5 05 /12 /décembre /2014 15:52

Saga Commissaire Adamsberg, tome 4.

 

Policier.

Exemplaire publié en 2010,

aux éditions J'ai Lu (Policier).

346 pages.

 

Ce sont des signes étranges, tracés à la peinture noire sur des portes d'appartements, dans des immeubles situés d'un bout à l'autre de Paris. Une sorte de grand 4 inversé, muni de deux barres sur la branche basse. En dessous, trois lettres : CTL. A première vue, on pourrait croire à l'œuvre d'un tagueur. Le commissaire Adamsberg, lui, y décèle une menace sourde, un relent maléfique. De son côté, Joss Le Guern, le Crieur de la place Edgar-Quinet, se demande qui glisse dans sa boîte à messages d'incompréhensibles annonces accompagnées d'un paiement bien au-dessus du tarif. Un plaisantin ou un cinglé ? Certains textes sont en latin, d'autres semblent copiés dans des ouvrages vieux de plusieurs siècles. Mais tous prédisent le retour d'un fléau venu du fond des âges...

 

http://img4.hostingpics.net/pics/946401parsviterevienstard.jpg

 

J'avais été agréablement surprise par l'écriture poétique de F. Vargas lors de ma découverte de cette auteur. J'ai donc été ravie de replonger dans sa plume.

Les chapitres sont assez courts et les pages se tournent donc très vite.

 

J'étais assez mitigée sur la personnalité d'Adamsberg, très atypique, mais je suis dorénavant totalement convaincue ! Il semble hors du monde actuel mais cela ne l’empêche pas d'être investi dans son métier et ses enquêtes.

Danglard est également un personnage fort puisqu'il est là pour recentrer un peu Adamsberg et pour le remettre sur les rails lorsqu'il doute.

Camille est toujours là et même si j'ai raté 2 tomes, leur relation est toujours compréhensible même si je pense qu'il me manque quelques détails... ça n'affecte en tout cas pas la lecture.

 

L'intrigue est très intéressante, notamment car la biologie et l'histoire se mélangent pour donner une enquête riche en détails et en rebondissements.

Le début du roman est déroutant car Adamsberg n'arrive que vers le quart du livre : on commence par découvrir les habitants de la place Edgar-Quinet, atypiques eux aussi, et le métier oublié de crieur. L'air de rien, l'auteur nous donne des détails qui seront très importants pour la suite.

Cependant, le dénouement a été une grande surprise pour moi car je ne m'attendais absolument pas au divers retournements de situation que l'on découvre au fur et à mesure des pages.

 

 

En bref, Adamsberg est fidèle à lui-même mais c'est ce tome-là qui m'a permis de l'apprécier à sa juste valeur. Les autres personnages sont également travaillés et permettent aux lecteurs de se fondre complètement dans la vie du quartier cible de l'enquête. Enquête qui est intéressante, surprenante ainsi que très recherchée.

 

 

 

Cette lecture fait partie de ma PAL d'automne et me permet de participer à la LC organisée par Praline,

 

au challenge des 170 idées d'Helran, n°117 : quelque chose de vert (la poubelle).

http://img15.hostingpics.net/pics/258800challenge170ides.jpg

 

 

à la session du Club de lecture Vendredi Lecture de novembre : Femmes primées.

http://img11.hostingpics.net/pics/271244CLVLnov2014.jpg

 

 

 

Du même auteur, sur le blog :

L'homme aux cercles bleus

Ceux qui vont mourir te saluent

 

 

 

Pour aller plus loin : La bibliographie de l'auteur – Les autres tomes de la saga

 

 

 

Fiche Babelio de l'auteur Site des éditions J'ai Lu

 

 

 

http://www.livraddict.com/images/logo_liv.jpg

 

http://www.nouslisons.fr/on/images/button150x60.png

 

 

 

3 décembre 2014 3 03 /12 /décembre /2014 14:18

IMM

 

~ Qu'est-ce qu'on m'a offert ? ~

 

L'auteur T. Berlanda m'a gentiment proposé de lire son roman L'insigne du boiteux.

 

 

~ Qu'est-ce que j'ai emprunté ? ~

 

J'ai emprunté Le livre sans nom, les Contes de Noël de Dickens pour le Bookclub Livraddict de décembre ainsi que 658 de J. Verdon pour le Qui M'Aime Me Suive de Caro Verdelivre.

 

 

~ Qu'est-ce que j'ai gagné ? ~

 

J'ai reçu Sous les couvertures de B. Guillot grâce aux matchs de la rentrée littéraire de Price Minister.

En participant au jeu hebdomadaire du site Nous Lisons, j'ai pu gagné L'héritage de Tata Lucie de P. Saimbert.

 

 

~ Et enfin, pour quoi j'ai craqué ? ~

 

Et c'est là que ça se corse !

 

J'ai acheté en librairie :

  • Certaines n'avaient jamais vues la mer de J. Otsuka

  • Spirales de T. de Rosnay

 

J'ai également craqué à la Foire du livre de Brive :

  • Mauvaise étoile de R.J. Ellory

  • Les morsures de l'ombre de K. Giebel (sur ses propres conseils !)

  • le recueil de nouvelles 13 à table, dédicacé par F. Thilliez

  • et Les Eveilleurs, tome 2 : Ailleurs de P. Alphen

 

J'ai dû passer ma commande France Loisirs du trimestre. J'ai choisi 13 ½ de N. Barr et j'avais le droit à un livre gratuit : Terezin Plage de M. Brensk.

 

Je suis également passé à la Bourse aux livres organisée en faveur d'Amnesty International. Je n'ai pas pu assister à la nocturne d'ouverture mais j'y suis allée le lendemain dès l'ouverture en espérant qu'il reste des livres intéressants et j'ai été très surprise car j'ai trouvé 14 livres en bon état, voire quasi neufs ! (Je ne vous mets pas la liste entière mais vous pouvez les voir dans la vidéo.)

 

J'ai fini par craquer lors de l'opération 1000K de Bragelonne/Milady/Castelmore le week-end dernier et j'ai choisi 5 e-books :

  • Les contes du Royaume, tome 1 : Poison de S. Pinborough

  • Les domestiques de M. Marshall Smith

  • Fog de J. Herbert

  • Le dernier jardin, tome 1 : Éphémère de L. DeStefano

  • et Le portrait du mal de G. Masterton.

 

  

 


Bilan

 

~ Qu'est-ce que j'ai lu ? ~

 

Au 1er décembre, j'ai fini mon livre en cours lors de mon dernier bilan, et lu 5 autres livres depuis...

 

Mes lectures en cours : 658 de J. Verdon. (73/441 pages)

Contes de Noël de C. Dickens (170/330 pages).

 

Ce qui fait un total de 2388 pages.

Challenge 1mois, 1000 pages → Objectif 1500 pages atteint.

 

 

~ Qu'est-ce que j'ai chroniqué ? ~

 

 

~ Où en sont mes challenges et LC ? ~

 

Vous pouvez retrouver tous mes challenges dans la rubrique «Je challenges, tu challenges, ...»

  • Challenge Un mot, des titres : Session 29 «ange» → 1 livre prévu.

  • Challenge des 170 idées créé par Helran → 49/170 idées (+4 ce mois-ci).

  • Challenge Lire sous la contrainte : Ni Dieu ni démon → 1 livre prévu.

  • Challenge gourmand : chocolat → 1 phrase pour l'instant.

  • Challenge Lire en thème : Hiver → 1 livre lu.

  • Challenge L'étagère magique : Novembre «Changement» → pas de livre prévu.

  • Club de lecture Vendredi Lecture : Novembre « Femmes primées » → 1 livre lu.

    Décembre «Londres» → 1 livre prévu.

  • LC du mois de novembre : L'école de la nuit de D. Harkness et Tabou de C. Hill

    4 LC prévues pour le mois de décembre : 658 de J. Verdon, Pars vite et reviens tard de F. Vargas, Les contes de Noël de Dickens (Bookclub Livraddict) et Gravé dans le sable de M. Bussi.

  • Suites de sagas à lire : 2 sagas commencées, 1 saga continuée, 0 saga finie.

 

 

N'hésitez pas à me raconter à votre tour ce que vous avez reçu et lu !

 

 


Published by Riz-Deux-ZzZ - dans Bilan du mois
commenter cet article
1 décembre 2014 1 01 /12 /décembre /2014 13:17

Bourbon Kid, tome 1.

 

Thriller.

Version publiée en 2010,

aux éditions Sonatine.

460 pages.

 

Santa Mondega, une ville d'Amérique du Sud oubliée du reste du monde, où sommeillent de terribles secrets.
Un serial killer qui assassine ceux qui ont eu la malchance de lire un énigmatique livre sans nom. La seule victime encore vivante du tueur, qui, après cinq ans de coma, se réveille, amnésique. Deux flics très spéciaux, des barons du crime, des moines férus d'arts martiaux, une pierre précieuse à la valeur inestimable, un massacre dans un monastère isolé, quelques clins d’œil à Seven et à The Ring, et voilà le thriller le plus rock'n'roll et le plus jubilatoire de l'année !

 

http://img4.hostingpics.net/pics/821710lelivresansnom.jpg

 

Encore un livre qui traînait dans ma wish-list depuis trop longtemps... La quatrième de couverture nous promet du Tarantino, et c'est exactement ça que ce soit dans le fond ou dans la forme !

 

Le style est décapant : le langage quelque fois vulgaire, en tout cas très familier nous emmène dans une sorte de western des temps modernes.

Du coup, c'est très fluide et les pages se tournent toutes seules !

 

Les personnages, majoritairement masculins, n'ont pas une espérance de vie assez suffisante pour pouvoir réellement s'attacher... Seuls les personnages principaux nous permettent de suivre le fil rouge de l'histoire.

J'ai beaucoup aimé Jefe et Dante, et bizarrement je trouve le Bourbon Kid attachant... Je ne saurais dire pourquoi mais comme on a envie de savoir pourquoi il agit comme ça, cela nous rapproche un peu du personnage afin d'essayer de le comprendre.

Dans tous les cas, les personnages sont tous très atypiques et quoiqu'assez nombreux, ils ont tous des caractéristiques qui font qu'on ne peut les confondre ou les oublier malgré les différents groupes formés et les chapitres qui alternent chacun.

 

L'action est présente du début à la fin, on ne s'ennuie pas ! Cependant, ce que je reproche aux films de Tarantino se retrouve dans ce roman : le début est très brouillon, ou en tout casl'action est rapide sans vraiment d'explications... Heureusement, tout s'éclaire au fil des pages pour s’imbriquer parfaitement lors de l'explication finale.

Paradoxalement, ce premier tome intitulé Le livre sans nom (qui n'apparaît qu'à la moitié du roman) est plus axé sur L'oeil de la Lune (soit le nom du second tome), la pierre qui s'apparente au Graal à Santa Mondega et qui est le centre d'attention dés le départ. (voilà voilà, c’était la réflexion du jour...)

J'ai également été assez surprise de l'arrivée du surnaturel dans ce roman, je ne pense pas que ça soit indispensable même s'il donne au dénouement la surprise que j'attendais.

Je pense lire le second tome même si cette fin ne me donne pas le sentiment d'inachevé, j'ai quand même hâte de voir ce qu'on peut encore faire avec ces personnages et cette histoire.

 

 

En bref, un roman qui quoiqu'il en soit ne laissera pas indifférent le lecteur ! J'ai beaucoup aimé ce premier tome qui pour moi se suffit à lui-même. Que ce soit l'écriture, les personnages ou l'action : tout est original et cela donne un combo explosif. Le côté surnaturel est également surprenant mais permet des retournements de situation inattendus !

 

 

 

Cette lecture me permet de participer au challenge des 170 idées d'Helran, n°130 : quelqu'un faire quelque chose,

http://img15.hostingpics.net/pics/258800challenge170ides.jpg

 

au challenge Un mot, des titres : « sans »,

Challenge Un mot, des titres

 

et au challenge gourmand de Lecture-addict, le chocolat : «Jenson attendait Somers en sirotant tranquillement une énorme tasse de chocolat au lait au café Olé au lait.».

http://img15.hostingpics.net/pics/601573challengegourmand.png

 

 

 

Pour aller plus loin :Les autres tomes de la saga

 

 

 

Site des éditions Sonatine

 

 

 

http://www.livraddict.com/images/logo_liv.jpg

 

http://www.nouslisons.fr/on/images/button150x60.png

 

 

24 novembre 2014 1 24 /11 /novembre /2014 10:18

Saga Reilly Steel, tome 1.

 

Thriller.

Version publiée en 2012,

aux éditions France Loisirs.

416 pages.

 

Une experte de la police scientifique affronte un terrifiant serial killer, bien décidé à enfreindre tous les tabous...
Reilly Steel a quitté la Californie et le FBI pour un poste d'experte à Dublin. Elle espère fuir un passé familial assombri par de terribles secrets. Un jeune couple vient d'être retrouvé : nu dans un lit, tué par balles. Tout laisse croire à un suicide mais quelque chose ne colle pas... Bientôt, d'autres corps sont découverts, la mise en scène de leur mort est aussi choquante qu'étrange : un tueur en série s'amuse à un jeu sordide. Et il vient juste de commencer la partie...

 

http://img4.hostingpics.net/pics/863679tabou.jpg

 

Je l'avoue, j'ai encore une fois été attirée par la couverture... Finalement, elle n'a pas réellement de rapport avec l'histoire mais je ne regrette pas pour autant.

 

Le style est agréable, simple et fluide. Casey Hill est en fait un pseudonyme qui regroupe Mélissa Hill (auteur chick-lit) et son mari : l'écriture à quatre mains ne se remarque pas du tout, l'ensemble est cohérent.

 

Les personnages sont assez attachants quoique tout de même très clichés (et c'est ce que je reprocherais à ce roman tout au long de ma lecture) : on retrouve le personnage principal au secret horrible et le personnage secondaire, plus ordinaire et qui va servir à équilibrer le récit entre suspense et humour.

Néanmoins j'ai beaucoup aimé suivre Reilly et Chris, le couple fonctionne bien même si le rapprochement est attendu dés les premières pages...

 

Le mode opératoire du coupable est très original et bien exploité malgré, encore une fois, des ficelles assez grosses pour les habitués du genre. Les indices sont bien distribués et l'identité du meurtrier est surprenant même si on peut le prédire à partir des 2/3 du roman environ...

Le dénouement n'est pas spectaculaire mais marche bien et l'épilogue est fidèle à ce qu'on pouvait imaginer.

 

 

En bref, ce thriller ne révolutionne pas le genre mais fait passer un bon moment de lecture. L'intrigue reste tout de même originale car les auteurs ont bien travaillé la psychologie du coupable. Les férus de thriller retrouveront tous les clichés possibles, cependant le suspense présent leur donnera envie de tourner les pages jusqu'au dénouement.

 

 

 

Cette lecture me permet de participer à la LC organisée sur le forum Les Fêlés des LC,

http://img11.hostingpics.net/pics/237322TabouFLC.jpg

 

et au challenge des 170 idées d'Helran, n°143 : quelque chose de chaud (le sang).

http://img15.hostingpics.net/pics/258800challenge170ides.jpg

 

 

 

Pour aller plus loin : La bibliographie des auteurs

 

 

 

Site des auteurs

 

 

 

http://www.livraddict.com/images/logo_liv.jpg

 

 

 

 


17 novembre 2014 1 17 /11 /novembre /2014 10:35

Saga Lewis, Tome 1.

 

Policier.

Version publiée en 2009,

aux éditions du Rouergue (Noir).

375 pages.

 

Marqué par la perte récente de son fils unique, l'inspecteur Fin Macleod, déjà chargé d'une enquête sur un assassinat commis à Edimburg, est envoyé sur Lewis, son île natale, où il n'est pas revenu depuis dix-huit ans. Un cadavre exécuté selon le même modus operandi vient d'y être découvert. Cependant, dés l'autopsie effectuée par le médecin légiste, Fin ne croit plus à un lien entre les deux affaires.

Sur cette île tempétueuse du nord de l’Écosse, couverte de landes, où l'on se chauffe à la tourbe, pratique encore le sabbat chrétien et parle la langue gaélique, Fin retrouve les acteurs de son enfance, à commencer par Ange, chef tyrannique de la bande dont il faisait partie. Marsaili, son premier amour, vit aujourd'hui avec Artair. Ce même Artair dont le père a perdu la vie en sauvant celle de Fin lors de l'expédition qui, chaque année, depuis des siècles, conduit une douzaine d'hommes sur An Sgeir, rocher inhospitalier à plusieurs heures de navigation, pour y tuer des oiseaux nicheurs.

Que s'est-il passé il y a dix-huit ans entre ces hommes, quel est le secret qui pèse sur eux et ressurgit aujourd'hui ?

 

http://img4.hostingpics.net/pics/575047lileauxchasseursdoiseaux.jpg

 

Dans ma wish-list depuis un moment, c'est le Bookclub Livraddict qui m'a fait sauter le pas.

 

J'ai beaucoup aimé le style du roman, plus travaillé que lors de ma précédente et première fois avec l'auteur.

Les descriptions sont très présentes mais essentielles au roman pour instiller une ambiance sombre et oppressante d'une petite ville reculée d’Écosse où les secrets de famille et les traditions pèsent de plus en plus sur les habitants.

L'ambiance est totalement réussie ! Le lecteur sent réellement la solitude et les non-dits de chaque personnage, leur mal-être et leurs regrets.

 

Les personnages sont du coup très attachants, car le lecteur ne peut s'empêcher de ressentir de l'empathie voire presque de la pitié.

Néanmoins, le personnage principal Fin m'a paru moins touchant : il essaye de revenir dans sa ville natale comme si de rien n'était mais on sent bien toute la distance qu'il a mis avec son ancienne vie. De plus, sa vie personnel n'est pas très développée et on a l'impression que tout au long de son séjour il n'y pense pas...

J'ai été très touchée par l'histoire de Calum mais aussi par Artair : je sais que beaucoup de lecteurs ne l'aiment pas du tout mais je trouve son destin très triste.

Gigs est également un personnage très important, l'homme mûr et posé du village, celui qui remet tout à plat lorsque les esprits s'échauffent.

 

Le problème pour moi a été l'intrigue.

Je m'attendais à un policier avec une enquête et finalement, ce livre est en réalité l'histoire d'un village qui vit avec des secrets de famille lourds et sombres.

Le meurtre d'Ange n'est en fait qu'un prétexte pour se plonger dans les différentes familles de Lewis. On découvre le corps sur les 50 premières pages et P. May en reparle uniquement dans les 100 dernières... J'ai été assez déçue par cet aspect car la mise en scène du meurtre est quand même assez intrigante et je voulais réellement comprendre le pourquoi du comment et même si le dénouement explique tout, j'aurais voulu un peu plus de passages destinés à l'enquête pure.

 

 

En bref, je m'attendais à une enquête policière et je me suis retrouvée en plein cœur d'un huit-clos autour de secrets de famille dans une ambiance sombre et oppressante. Ce n'est pas ce que j'attendais mais j'ai tout de même été prise dans le jeu grâce aux nombreuses descriptions de l'auteur qui insiste sur l'empathie des personnages et les traditions sordides de l'île de Lewis.

 

 

 

Cette lecture m'a permis de participer au Bookclub Livraddict du mois de septembre,

 

et au challenge des 170 idées d'Helran, n°54 : une bouche en mouvement.

http://img15.hostingpics.net/pics/258800challenge170ides.jpg

 

 

 

Du même auteur, sur le blog :

Scène de crime virtuelle

 

 

 

Pour aller plus loin : La bibliographie de l'auteur – Les autres tomes de la saga

 

 

 

Site de l'auteur Site des éditions du Rouergue

 

 

 

http://www.livraddict.com/images/logo_liv.jpg

 

http://www.nouslisons.fr/on/images/button150x60.png

 

 

 

12 novembre 2014 3 12 /11 /novembre /2014 09:16

Le livre perdu des sortilèges, tome 2.

 

Fantastique.

Version publiée en 2012,

aux éditions Orbit.

546 pages.

 

L'historienne Diana Bishop, issue d'une lignée de sorcières puissantes et le vampire Matthew Clairmont ont violé les lois de séparation des créatures. Lorsque Diana a découvert un manuscrit alchimique magique à la Bodleian Library, elle a déclenché une lutte dans laquelle elle est devenue liée à Matthew. Maintenant la coexistence fragile entre sorcières, démons, vampires et humains est dangereusement menacée.
Cherchant la sécurité, Diana et Matthew ont voyagé dans le temps pour se retrouver à Londres, en 1590. Mais ils réalisent vite que le passé n'est un havre de paix. Retrouvant son ancienne identité en tant que poète et espion de la reine Elizabeth, le vampire retombe avec un groupe de radicaux connus sous le nom de l'École de la Nuit. Beaucoup sont des démons rebelles, les esprits créatifs de l'âge, dont le dramaturge Christopher Marlowe et mathématicien Thomas Harriot.
Ensemble Matthieu et Diana chercheront le Londres des Tudor pour trouver le manuscrit insaisissable, l'Ashmole 782, et la sorcière qui va enseigner à Diana comment contrôler ses pouvoirs remarquables.

 

http://img4.hostingpics.net/pics/538070lcoledelanuit.jpg

 

http://img4.hostingpics.net/pics/384431rappeltome1.png

 

Tout d'abord, ce deuxième tome est tout aussi bien écrit que le premier. J'avais déjà remarqué le travail de recherche de l'auteure et cela se confirme encore puisque l'époque du XVIème siècle est énormément décrite, que ce soit dans l'architecture, dans les costumes ou dans les us et coutumes des différents endroits où les personnages vont évoluer.

J'ai également eu l'impression que ce roman était mieux découpé ou, en tout cas, plus fluide que le premier.

 

J'ai adoré découvrir Matthew dans cette époque qui colle vraiment à la peau : on apprend à connaître ses secrets les plus enfouis et on comprend également certaines de ses réactions à notre époque. Il est de plus en plus protecteur avec Diana (et donc de plus en plus chou, n'est-ce pas?) tandis qu'elle se décoince un peu et devient très intéressante grâce au déploiement de tous ses pouvoirs.

Le lecteur quitte tous les personnages qu'il a pu découvrir lors du premier tome pour en découvrir de nouveaux, tous aussi bien développés et uniques. Certains nous évoquent plus ou moins quelque chose et je trouve que D. Harkness a encore fait un énorme travail en incluant des personnalités connues dans son histoire.

 

L'intrigue prend un nouveau tournant et l'Ashmole 782 prend toute l'importance que j'attendais dans le premier tome : nous sommes plongés au cœur de l'action même si la relation Diana-Matthew reste très présente.

Malheureusement, il a bien fallu que les fameuses scènes de sexe apparaissent, mais cela reste tout de même tolérable : c'est cohérent et décent, parfait pour accentuer l'évolution de leur amour sans partir dans le grand n'importe quoi et l'orgie générale. (Encore une fois, merci Mme Harkness!)

La fin m'a assez surprise dans le sens où je m'attendais à un suspense important. Finalement, l'auteure nous quitte sur des retrouvailles touchantes mais l'intrigue n'est pas à son apogée.

Je lirais le troisième et dernier tome pour connaître le destin des deux amoureux et éventuellement savoir si, oui ou non, ils arrivent à retrouver le livre tant convoité.

 

 

En bref, la grosse surprise du premier tome où j'avais découvert un style travaillé et des personnages « crédibles » et matures se réitère dans ce deuxième tome. Les personnages principaux sont de plus en plus touchants grâce à cette histoire d'amour qui se concrétise et l'intrigue, même au second plan, reste intéressante.

 

 

 

Cette lecture me permet de participer à la LC organisée par Vivivamp,

 

au challenge des 170 idées d'Helran, n°129 : à travers une porte.

http://img15.hostingpics.net/pics/258800challenge170ides.jpg

 

au challenge Lire en thème : Couverture noire

http://img4.hostingpics.net/thumbs/mini_813529lireentheme.jpg

 

 

 

Du même auteur, sur le blog :

Le livre perdu des sortilèges, tome 1.

 

 

 

Pour aller plus loin : La bibliographie de l'auteur – Les autres tomes de la saga

 

 

 

Site de l'auteur Site des éditions Orbit 

 

 

 

http://www.livraddict.com/images/logo_liv.jpg

 

http://www.nouslisons.fr/on/images/button150x60.png

 

 

 

  • : Riz-Deux-ZzZ
  • Riz-Deux-ZzZ
  • : On ne devrait lire que les livres qui nous piquent et nous mordent. Si le livre que nous lisons ne nous réveille pas d'un coup de poing sur le crâne, à quoi bon le lire ? [Franz Kafka]
  • Contact

En Cours...

Glacé de B. Minier

 

 

LC prévues...

17.01 -> La délicatesse de D. Foenkinos

24.01 -> Les mères de S. Hayes

 

28.02 -> L'assassin royal, tome 3 : La nef du crépuscule de R. Hobb

L'épreuve, tome 1 : Le labyrinthe de J. Dashner

 


Rechercher

Instagram

Youtube

Facebook